Le culte de la raison sous la Révolution Française

Le culte de la raison sous la révolution française


Version audio de l’article

Gemmes

La Révolution Française, portée par la philosophie des «Lumières» voulait refaire la société et éradiquer le christianisme vu comme un frein à la modernité face à leurs pensées «éclairées». Contre toute attente, elle instaura un culte de la Raison qui ressemble étrangement à une religion.

Que s’est-il passé?

 

Table des matières

 

Le début du culte de la raison

Le culte de la raison fut instauré environ trois ans après la révolution française. La Grande Terreur, où beaucoup de citoyens furent guillotinés sur dénonciations justifiées ou non, battait son plein.

La stabilité politique et économique du pays était encore très fragile et, avec les menaces d’agressions extérieures cherchant à ré-établir la royauté créaient un climat d’insécurité permanent.

On voulut rassurer le peuple et les détourner de leurs préoccupations. Les Lumières voulaient remplacer une religion chrétienne qu’ils considéraient arriérée pour mettre en avant les idéaux qu’ils défendaient : la liberté individuelle, l’égalité.

Ils ont vu, dans le culte de la raison, le moyen de renforcer la déchristianisation du pays tout en propageant les idées des Lumières.

Mais revenons un peu en arrière pour comprendre le contexte de ce culte…

La révolution française fut inspirée par la philosophie des Lumières avec les écrits de Voltaire, Diderot, Jean-Jacques Rousseau et bien d’autres.

En 1790, décision fut prise de convertir le clergé en Constitution civile. Ses membres deviennent des fonctionnaires, élus directement par les citoyens et ayant l’obligation de prêter un serment de fidélité à la Constitution. Beaucoup de prêtres choisissent de ne pas le faire et prennent la fuite pour éviter d’être arrêtés : ils sont appelés alors des «prêtres réfractaires».

En juillet 1792, les Prussiens et les Autrichiens ont envahi la France. Beaucoup d’hommes jeunes ont quitté Paris pour aller se battre à la frontière laissant derrière eux leurs familles sans défense.

  • Le 12 août 1792, il est désormais interdit de porter un costume ecclésiastique en dehors des actes religieux.
  • Le 16, les processions et manifestations religieuses sont interdites.
  • Le 17, les ornements religieux en bronze se trouvant dans des églises sont réquisitionnés pour être fondus dans le but d’en faire des canons.

Les prisons regorgent de nobles, de prêtres réfractaires et autres personnes s’opposant au régime en place.

La Commune de Paris décide d’imposer des mesures plus radicales.

Le 2 septembre 1792, des milliers de personnes – majoritairement des prêtres réfractaires- qui étaient sur le point d’être jugées, convoyées ou déjà en prison sont massacrées par la population. Cette dernière aurait cédé à un vent de panique devant le risque croissant d’être prise d’assaut par les prussiens ou par le nombre important de prisonniers opposé au régime au milieu d’eux pendant que les hommes sont au front. Les versions divergent sur cet événement. Mais le gouvernement en place accéléra ses actions contre les prêtres réfractaires en transformant plusieurs églises en temples de la Raison, notamment l’église Saint-Paul Saint-Louis dans le Marais.

Les cultes de la raison commencèrent après, à partir de 1793 jusqu’en 1794 (an II et an III).

En octobre 1793, Joseph Fouché, ardent défenseur de la politique de déchristianisation, interdit aux prêtres de rester célibataires. Ceux qui refusent de se marier doivent adopter un jeune orphelin ou prendre en charge un vieillard indigent.

Le 6 novembre 1793, la Convention décrète que les communes de France pourront choisir de renoncer au culte catholique. Elles auront le droit de fermer les églises et les presbytères et d’en chasser les religieux. C’est de cette manière que d’anciens bâtiments religieux sont affectés à des fonctions civiles ou démontés pour être recyclés en matériaux de construction.

 

En quoi consiste le culte de la raison?

Ce culte se base sur la Nature avec un grand «N» et provient de la philosophie «des Lumières» inspirée par les écrits de Denis Diderot , Jean-Jacques Rousseau, Voltaire et qui ont donné l’idée d’avoir une religion naturelle et athéiste.

Le « culte » commença dès 1793 (an II) d’abord à Lyon et dans la région du Centre, en organisant des cortèges, des carnavals et des cérémonies iconoclastes (destruction des icônes religieuses) où des églises furent dépouillées et leurs biens confisqués. D’autres cultes furent dédiés à des événements spéciaux : par exemple, honorer la mémoire des martyrs, etc.

 

Inauguration du culte de la Raison

Ce culte arriva à Paris lorsque la déesse de la Raison fut dévoilée pendant la fête de la Liberté à la cathédrale Notre-Dame le 10 novembre 1793. Cet événement fut organisé par Pierre-Gaspard Chaumette à Paris pendant que Joseph Fouché en faisait une dans la Nièvre et en Côte-d’Or en collaboration avec les Hébertistes.

La Commune de Paris décida de faire fermer toutes les églises parisiennes le 24 novembre 1793 en dépit de la Convention qui garantissait – apparemment en théorie – la liberté de culte. Le culte catholique est désormais interdit. En effet, les catholiques sont toujours suspectés d’être des contre-révolutionnaires : ils n’ont donc plus droit à la liberté de culte.Cette décision fut répercutée dans ce que l’on définit de nos jours la Bourgogne, la région du Centre, le bassin parisien, la région lyonnaise, le Nord, et le Nord du Languedoc. Si l’on regarde de plus près, ce sont les mêmes régions  qui ont eu le plus de prêtres assermentés, c’est-à-dire, qui ont prêté allégeance à la République et non au Pape appliquant les décisions de la Convention.

 

Instauration du culte de l’Être suprême

Mais à peine deux ans plus tard en 1794, Robespierre annonça un nouveau culte : le culte de l’Être suprême.  

Pourquoi en instaurer un autre?

Au départ, il s’agissait seulement de divulguer, de manière «tangible» une philosophie sans l’intention d’en faire une nouvelle religion comme le décret du 18 floréal an II confirme :

  • «Le culte de l’Être suprême est un ensemble de fêtes destinées, à la demande du peuple, à lui faire prendre conscience qu’il est souverain dans son pays.»

 

Robespierre était déiste, mais bien qu’il était d’accord sur le principe de déchristianisation, il n’était pas d’accord sur la manière de l’appliquer.

C’était surtout les ultra-révolutionnaires appelés «Hébertistes» qui poussaient cette politique de déchristianisation radicale mais aussi celle du culte de la raison vers la fin de 1793.

Robespierre ne souhaitait pas que l’on enlève, d’un seul coup, les repères religieux et moraux du peuple. La jeune république avait déjà beaucoup d’adversaires aussi bien sur son territoire qu’à l’extérieur : cette politique risquait d’en augmenter le nombre. La population vivant dans un climat de peur permanent, ce culte était le moyen de de l’occuper et de ramener des célébrations dans les rues. Il cherchait aussi à atteindre la société idéaliste de Rousseau qui devait être «vertueuse, démocratique et égalitaire». Ce sont toutes ces raisons qui l’ont amené à soumettre l’idée du culte de l’Être Suprême lors de l’assemblée révolutionnaire du 8 mai 1794.

A voir aussi:  Un ex-nazi à la Commission Européenne - Walter Hallstein

Maximilien de Robespierre imposa cette «religion naturelle» qui reconnaissait l’existence d’un Être Suprême et l’immortalité de l’âme dans un culte rationnel avec ses fêtes consacrées aux vertus civiques. Le but était, selon ses propres mots :

  • « de développer le civisme et la morale républicaine »

Bref, une sorte de religion civile…

Fouché, adversaire de Robespierre et ardent défenseur de l’athéisme prit cette nouvelle décision de Robespierre comme une opposition aux idées et actions qui avaient été menées jusque là. Cette décision isola davantage Robespierre au niveau politique.

C’est ainsi qu’ il y eut une déesse de la raison avec ses cérémonies et ses temples…  Petit à petit, ce culte passa d’un athéisme absolu vers une sorte de religion où l’athéisme fut rejeté pour le remplacer par un rationalisme débarrassé des symboles du christianisme pour en présenter d’autres. Ils voulaient  présenter quelque chose de tangible au peuple qui puisse symboliser la vertu et la justice. Dans son discours du 18 floréal an II (7 mai 1794) Robespierre déclara :

  • « L’idée de l’Être suprême est un rappel continuel à la justice, elle est donc sociale et républicaine. »

Mais le gouvernement voulut aller plus loin instaurant ce culte dans l’article premier du décret du 18 floréal :

  • « le peuple français reconnaît l’existence de l’Être suprême et de l’immortalité de l’âme ».

Quatre grandes fêtes républicaines furent planifiées dans le calendrier pour glorifier la Révolution : 14 juillet 1789, 10 août 1792, 21 janvier 1793 et 31 mai 1793.

 

La cérémonie d’inauguration

Maximilien de Robespierre organisa une fête d’inauguration le 20 prairial an II (8 juin 1794) pour célébrer la Nature et l’Être Suprême. Cette date coïncidait avec le dimanche de la Pentecôte où les chrétiens célébraient habituellement le premier baptême du Saint-Esprit.

La première partie de cette cérémonie se déroula devant le pavillon central des Tuileries qui était chapeauté d’un énorme bonnet rouge phrygien. Une statue représentait l’Athéisme en étoupe, entourée de l’Ambition, l’Égoïsme

et la fausse Simplicité. On avait niché à l’intérieur de «l’Athéisme», une statue de la Sagesse en matière incombustible. Elles furent installées devant un parterre de verdure simulant un amphithéâtre naturel.

En l’honneur de ces statues, il y eut le bruit tonitruant d’une canonnade, de fanfares suivi par les cœurs de l’Opéra qui entonnèrent cet hymne dédié à l’Être Suprême, écrit par le poète révolutionnaire Théodore Desorgues sur une musique de Gossec :

  • « Père de l’univers, suprême intelligence… »

Robespierre fit un discours en tant que président de la Convention puis mit le feu à la statue de l’Athéisme révélant celle de la Sagesse sortie indemne des flammes.

La deuxième partie de la cérémonie continua au Champ-de-Mars paré d’une montagne, d’une colonne de cinquante pieds, de quatre tombeaux étrusques, d’une pyramide, d’un temple grec et d’un autel.

Tout ce décor représentait le « Père de l’univers, suprême intelligence… ».

Robespierre, le symbole personnifié de la Révolution, ressemblait presque à un grand-prêtre, les députés se tenant une vingtaine de pas derrière lui. Il était revêtu d’un habit bleu, rappelant la couleur «céleste» du christianisme et d’une écharpe tricolore. A la main, il tenait un bouquet de fleurs et un épis comme pour faire une offrande.  

Ces détails n’échappèrent pas à la foule venue voir cette manifestation : les critiques fusèrent, les ricanements s’élevèrent au point où Robespierre s’en aperçut et eut de la peine à cacher son irritation.

Ses détracteurs, notamment les Montagnards, l’accusèrent de s’être affiché comme un «calotin» (un bigot).

 

La véritable origine de l’Être Suprême

Ce n’est pas la République qui inventa la notion d’Être Suprême : elle vient de l’Antiquité grecque. On la retrouve dans l’ouvrage intitulé «Métaphysique» d’Aristote qui précise que Dieu est le «premier moteur» puisqu’Il  «est éternel car ce qui meut en premier sera éternel, s’il est un ».

La philosophie des Lumières lui redonne vie en l’associant avec la «religion naturelle» qui est semblable au «Grand Architecte de l’Univers» des Francs-maçons. Toute cette terminologie a pour but de remplacer le mot «Dieu» par «Créateur» ou «Auteur de la Nature».

Alembert utilise «Être Suprême» en 1758 qui semble venir d’une traduction de l’anglais «Supreme being». Les écrits déistes de Voltaire et ceux théistes de Rousseau ont fortement influencés l’introduction de l’Être Suprême.

Pour n’en citer qu’un, Rousseau écrivit dans «Émile ou De l’éducation» :

  • « C’est l’ordre inaltérable de la nature qui montre le mieux l’être suprême ». 

Mais ce culte a donné des déclarations plutôt cocasses pour un pays qui ne voulait plus de religion. Extrait de la déclaration de la commune de Landau lors d’une fête de l’Être Suprême :

  • «L’Être Suprême est le souverain de la nature;
    La nature nourrit la République ;
    La République est une et indivisible ;
    L’unité  et l’indivisibilité sont l’invincibilité de la République ;
    L’invincibilité est la force de la République ;
    Le triomphe de la République est la naissance de la liberté ;
    La liberté est la mère de l’égalité;
    L’égalité est la sœur de la fraternité ;
    La fraternité est le soutien de la République ;
    Le soutien de la République croit par la raison et la philosophie ;
    La raison et la philosophie créent la vertu ;
    La vertu est l’ornement du républicain ;
    Le républicain est patriote ;
    Le patriote croit à l’Être suprême et à l’immortalité de l’âme.
    Vive la République ! Vive la Montagne ! Vivent les Jacobins!»

 

Après la Révolution

Si le culte a disparu, sa croyance a perduré aux travers des écrits qui sont à l’origine de cette philosophie. Ils ont continué à influencer des hommes au cours des siècles avec Thalès, père de la pensée éolienne, Spinoza avec son panthéisme qui influença à son tour Rousseau et Robespierre.

Ce dernier déclara dans un discours du 18 floréal, An II :

  • « Le véritable prêtre de l’Être Suprême, c’est la Nature, son temple, l’univers, son culte, la vertu »

Spinoza explique que le “souverain bien” provient de “la connaissance de l’union de l’âme humaine avec la nature tout entière”.

Emile Chartier, dit Alain,  écrivit un ouvrage intitulé  “Le culte de la raison comme fondement de la République”:

  • « La Raison, c’est bien là le Dieu libérateur, le Dieu qui est le même pour tous, le Dieu qui fonde l’Égalité et la Liberté de tous les hommes, qui fait bien mieux que s’incliner devant les plus humbles, qui est en eux, les relève, les soutient. Ce Dieu-là entend toujours lorsqu’on le prie, et la prière qu’on lui adresse, nous l’appelons la Réflexion. C’est par la Raison que celui qui s’abaisse sera élevé, c’est-à-dire que celui qui cherche sincèrement le vrai, et qui avoue son ignorance, méritera d’être appelé sage.»

L’ Être Suprême est donc aussi la déesse de la raison qui se fit à ce qu’elle voit dans la nature (ce qui est tangible).

Einstein, le fameux physicien, admirait Démocrite, un autre philosophe qui influença le culte de la raison. Il, transmit cette vision des choses à ses collègues physiciens. Si on veut résumer la philosophie de Démocrite, elle dit en gros que la vie est constituée d’atomes et de vide. Le réel (matérialisme tangible) est un composé d’atomes en mouvement dans le vide. Ce qui est non tangible (non-être) comme le destin, proviennent de l’agencement des atomes. Le langage est la matière qui se détache de nous sous forme d’émissions d’atomes pour nous permettre de communiquer. Il existe des simulacres ; si il y a des dieux, ils sont semblables aux autres simulacres, et si l’âme existe, elle est matérielle.

A voir aussi:  La guerre des mondes selon Orson Welles : canular ou bien..?

Le physicien Stephen Hawking le résume autrement :

  1. «Si nous découvrons une théorie complète [sur l’univers], ce sera le triomphe ultime de la raison humaine – dès lors nous connaîtrons la pensée de Dieu».

Le culte de l’Être suprême ne fut jamais effacé du préambule de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789.

Voici ce qu’il dit :

  • « l’Assemblée nationale reconnaît et déclare, en présence et sous les auspices de l’Être suprême, les droits suivants de l’homme et du citoyen…»

 

Inscriptions sur les façades d’églises

On peut encore retrouver de nos jours une inscription gravée sur les façades de certaines églises plus ou moins lisibles.

LE PEUPLE FRANÇAIS RECONNAIT L’ETRE SUPRÊME ET L’IMMORTALITÉ DE L’AME.

Si jamais vous visitez un de ces édifices, vous pourrez la voir partiellement  :

  • A l’entrée de l’église de Louversey dans l’Eure  :
  • Sur le panneau de bois sur la façade de l’église Saint-Sulpice à Paris.
  • Au-dessus de l’entrée de l’église de Houdan dans les Yvelines.
  • Sur le fronton du portail Nord de la cathédrale de Clermont-Ferrand.
  • Au-dessus de la porte d’entrée dela cathédrale de Cavaillon (Vaucluse).
  • Il y en a bien d’autres…

C’est l’inscription trouvée sur la cathédrale de Cavaillon qui confirme la date de ce culte :

DECRET DU 18 FLOREAL AN 2 DE LA REP UNE ET INDIVIS

 

Selon la Bible

Résumons…

Résumons un peu les principes du culte de la raison :

La raison humaine cherche à comprendre la théorie complète, c’est-à-dire le fonctionnement de l’univers et de l’homme, tout ce qui est visible, tangible, donc de l’ordre du «matériel». En pensant y arriver un jour, ils pensent qu’ils «connaîtrons la pensée de Dieu». La raison permet de trouver cette vérité. Car «L’Être Suprême est  ce qui se reflète dans la nature et c’est cette dernière qui nourrit l’humanité. La raison et la philosophie, selon eux, créent la vertu, c’est-à-dire la capacité à faire le bien : la liberté, l’égalité, la fraternité. L’âme de chaque humain se retrouve dans cette nature – l’âme est immortelle.

Il s’agit d’une philosophie qui s’oppose totalement à ce que la Bible enseigne :

La nature (tangible, matérielle) manifeste la gloire de Dieu et ce qu’Il est (l’invisible, l’immatériel/esprit). C’est Dieu qui est à l’origine de toutes choses: il est le premier et le dernier, l’Alpha et l’Oméga. Il est la source de notre vie spirituelle et physique. Mais notre nature déchue rend l’homme incapable de faire le bien. Jésus est donc venu et a payé le prix à la croix pour faire de nous des enfants de Dieu afin de nous donner l’Esprit de Dieu qui nous rende capable de faire le bien. L’âme est éternelle mais chacun choisit sa destinée : pour l’éternité avec Dieu ou sans Dieu (en enfer).

 

Les valeurs de ce culte vs la bible

Parcourons ensemble les valeurs que reprend ce culte pour voir ce que la Bible en dit :

Valeurs du culte de l’Être suprême

Ce que la Bible dit

Nature

Dieu manifeste qui Il est dans la création (nature). Sa création montre le créateur!

Romains 1 versets 19-22.

Car ce qu’on peut connaître de Dieu est manifeste pour eux, Dieu le leur ayant fait connaître.

En effet, les perfections invisibles de Dieu, sa puissance éternelle et sa divinité, se voient comme à l’œil, depuis la création du monde, quand on les considère dans ses ouvrages. Ils sont donc inexcusables, puisque ayant connu Dieu, ils ne l’ont point glorifié comme Dieu, et ne lui ont point rendu grâces; mais ils se sont égarés dans leurs pensées, et leur cœur sans intelligence a été plongé dans les ténèbres.

Se vantant d’être sages, ils sont devenus fous;

Indivisibilité

Dieu est un. Il est indivisible dans le mot «unique».

Marc 12 versets 29-30.

Jésus répondit: Voici le premier: Écoute, Israël, le Seigneur, notre Dieu, est l’unique Seigneur; et: Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton coeur, de toute ton âme, de toute ta pensée, et de toute ta force.

Jésus a repris les paroles de la loi (en hébreu cela dit «Dieu est un» :

Deutéronome 6 verset 4.

Écoute, Israël! l’Éternel, notre Dieu, est le seul Éternel.

Fraternité

Dieu nous demande de nous aimer les uns les autres (comme des frères) :

1 Jean 4 verset 20.

Si quelqu’un dit: J’aime Dieu, et qu’il haïsse son frère, c’est un menteur; car celui qui n’aime pas son frère qu’il voit, comment peut-il aimer Dieu qu’il ne voit pas?

Marc 12 verset 31.

Voici le second: Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Il n’y a pas d’autre commandement plus grand que ceux-là.

Actes 2 verset 46.

Ils étaient chaque jour tous ensemble assidus au temple, ils rompaient le pain dans les maisons, et prenaient leur nourriture avec joie et simplicité de cœur.

Vertu

La vertu consiste à être disposé à faire le bien.

2 Pierre 1 verset 3.

Comme sa divine puissance nous a donné tout ce qui contribue à la vie et à la piété, au moyen de la connaissance de celui qui nous a appelés par sa propre gloire et par sa vertu.

Contrairement au culte de la raison, la bible dit que la vertu ne vient pas des hommes ni d’un concept mais de Dieu. Car personne ne peut faire le bien. Notre justice, celui qui nous amène à faire ce qui est juste, c’est Jésus par Son Esprit :

Romains 3 versets 11-12.

Nul n’est intelligent, Nul ne cherche Dieu; Tous sont égarés, tous sont pervertis; Il n’en est aucun qui fasse le bien, Pas même un seul;

Romains 8 versets 2-4.

En effet, la loi de l’esprit de vie en Jésus Christ m’a affranchi de la loi du péché et de la mort.

Car-chose impossible à la loi, parce que la chair la rendait sans force, -Dieu a condamné le péché dans la chair, en envoyant, à cause du péché, son propre Fils dans une chair semblable à celle du péché, et cela afin que la justice de la loi fût accomplie en nous, qui marchons, non selon la chair, mais selon l’esprit.

Être suprême

Psaumes 9 verset 3.

Car l’Éternel est un grand Dieu, Il est un grand roi au-dessus de tous les dieux.

Psaumes 97 verset 9.

Car toi, Éternel! tu es le Très Haut sur toute la terre, Tu es souverainement élevé au-dessus de tous les dieux.

Unité

1 Corinthiens 1 verset 10.

Je vous exhorte, frères, par le nom de notre Seigneur Jésus Christ, à tenir tous un même langage, et à ne point avoir de divisions parmi vous, mais à être parfaitement unis dans un même esprit et dans un même sentiment.

Liberté

Notre liberté doit tenir compte de celle des autres.

1 Corinthiens 8 verset 9.

Prenez garde, toutefois, que votre liberté ne devienne une pierre d’achoppement pour les faibles.

2 Corinthiens 3 verset 17.

Or, le Seigneur c’est l’Esprit; et là où est l’Esprit du Seigneur, là est la liberté.

Raison / philosophie

Colossiens 2 verset 8.

Prenez garde que personne ne fasse de vous sa proie par la philosophie et par une vaine tromperie, s’appuyant sur la tradition des hommes, sur les rudiments du monde, et non sur Christ.

Immortalité de l’âme

Jean 3 verset 16.

Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle.

 

A voir aussi:  Roe v. Wade : mais qui est Jane Roe?

Une religion pour en effacer une autre

C’est classique dans l’histoire de l’humanité : les croyants d’une religion viennent et prennent le pouvoir et cherchent à effacer la trace des autres croyances qui les dérangent.

Les catholiques ont voulu cacher les anciennes religions en érigeant leurs églises au-dessus d’anciens sites rituels païens. Les protestants ont voulu à une époque, casser les statues catholiques qui étaient contre le commandement de faire une image de Dieu. Les catholiques ont voulu brûler les temples protestants…

C’est la nature humaine et en rien quelque chose d’élogieux ni selon Dieu.

Le but est de détourner l’attention des gens  sur une nouvelle religion pour qu’ils ne considèrent plus ce qu’il y avait «avant». C’est ce que la politique de déchristianisation a cherché à faire : imposer un culte pour que les gens n’aillent plus à l’église catholique.

On retrouve la même stratégie dans la Bible avec l’histoire du Pharaon qui opprima le peuple d’Israël : il voulut occuper les gens en les faisant ployer sous le travail pour qu’ils n’écoutent pas le message de délivrance que Dieu avait donné à Moïse:

 

Exode 5 verset 9.

  • Que l’on charge de travail ces gens, qu’ils s’en occupent, et ils ne prendront plus garde à des paroles de mensonge.

 

De manière générale aujourd’hui, on peut dire que tout ce qui nous distrait est ce qui nous détourne de Dieu.

D’ailleurs, la définition du verbe «distraire» donne : Détourner (qqn) de l’objet auquel il s’applique, de ce dont il est occupé.

 

Dieu ne détourne pas son regard de vous

Les hommes peuvent tourner leurs regards «ailleurs», mais dieu ne détourne JAMAIS son regard de nous.

 

2 Chroniques 29 verset 6.

  • Car nos pères ont péché, ils ont fait ce qui est mal aux yeux de l’Éternel, notre Dieu, ils l’ont abandonné, ils ont détourné leurs regards du tabernacle de l’Éternel et lui ont tourné le dos.

 

Dieu est la source de vie et c’est Lui qui peut la restaurer totalement!

Alors, si notre regard se concentre sur les mauvaises choses, Dieu nous invite à regarder à Lui :

Hébreux 12 verset 2.

  • (…) Ayant les regards sur Jésus, le chef et le consommateur de la foi, qui, en vue de la joie qui lui était réservée, a souffert la croix, méprisé l’ignominie, et s’est assis à la droite du trône de Dieu.

 

Psaumes 86 verset 5.

  • Car tu es bon, Seigneur, tu pardonnes, Tu es plein d’amour pour tous ceux qui t’invoquent.

La bible mentionne toujours les hommes qui détournent leur regard de Dieu, mais jamais l’inverse!

 

Que faut-il retenir ?

Le culte de la Raison et de l’Être Suprême furent de courte durée. Le décret du 3 vendémiaire, an III (septembre 1794), autorisa à nouveau la liberté de culte mais en séparant le pouvoir de l’Église de celui de l’État.

Mais si le culte a disparu, la pensée perdure toujours car cette croyance tire son origine des philosophies de l’antiquité grecque puis de celle des Lumières.

On critique le christianisme, mais quelle religion et même celle «civile» de la République n’ont pas cherché à éradiquer la liberté de culte des autres?

Pour ceux qui croient en la Bible, il est important de se rappeler que nous sommes porteurs d’une Bonne Nouvelle et qu’il faut aussi tenir compte des libertés des autres :

1 Corinthiens 8 verset 9.

  • Prenez garde, toutefois, que votre liberté ne devienne une pierre d’achoppement pour les faibles.

La véritable liberté, c’est celle que nous avons en nous en dépit des circonstances :

2 Corinthiens 3 verset 17.

  • Or, le Seigneur c’est l’Esprit; et là où est l’Esprit du Seigneur, là est la liberté.

Qu’en pensez-vous?

 

Vous avez aimé cet article ?

Ne pas hésiter à laisser un commentaire, vous abonner pour recevoir une notification lorsqu’il y a un nouvel article, de partager sur les réseaux sociaux…

Plus de détails, sources et références sont donnés dans la section ci-dessous « En savoir plus… ».

 

Ce que dit la Bible

Commentaires

Ecritures

Personne n’est juste aux yeux de Dieu. Plus on cherche à Lui plaire ou à faire le bien, moins on y arrive : c’est ce que provoque la loi en nous. Jésus est mort pour nous afin que ce soit Dieu qui nous rende justes en nous faisant vivre par Son Esprit.

Romains 3 versets 20-24.

Car nul ne sera justifié devant lui par les œuvres de la loi, puisque c’est par la loi que vient la connaissance du péché.

 Mais maintenant, sans la loi est manifestée la justice de Dieu, à laquelle rendent témoignage la loi et les prophètes, justice de Dieu par la foi en Jésus Christ pour tous ceux qui croient. Il n’y a point de distinction.

Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu; et ils sont gratuitement justifiés par sa grâce, par le moyen de la rédemption qui est en Jésus Christ.

 

Romains 8 versets 2-4.

En effet, la loi de l’esprit de vie en Jésus Christ m’a affranchi de la loi du péché et de la mort.

Car-chose impossible à la loi, parce que la chair la rendait sans force, -Dieu a condamné le péché dans la chair, en envoyant, à cause du péché, son propre Fils dans une chair semblable à celle du péché, et cela afin que la justice de la loi fût accomplie en nous, qui marchons, non selon la chair, mais selon l’esprit.

 

Selon l’abbé de La Chambre, cité par l’abbé Mallet dans l’article « déistes » de l’Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, il existe deux sortes de déistes :

  • ceux d’origine unitarienne ;
  • ceux qui s’inscrivent dans la tradition de Malebranche et de Leibniz

 

Sources externes

Livres :

En Français

Articles :

En Français

En anglais

Vidéos à rechercher :

En Français

 

Copyright

  • Louis Segond (LSG) by Public Domain sauf si spécifié autrement.
  • Image mise en avant : dessin personnel.

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu, pour fournir des fonctionnalités de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Politique de confidentialité et de cookies
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active

Qui sommes-nous ?

L’adresse de notre site Web est : https://k-dit-la-bible.com. Je suis un particulier qui habite en Auvergne en France. Voir la section « Objectif de ce site et qui suis-je? » pour un complément d’information.

Utilisation des données personnelles collectées

Commentaires

Quand vous laissez un commentaire sur notre site web, les données inscrites dans le formulaire de commentaire, mais aussi votre adresse IP et l’agent utilisateur de votre navigateur sont collectés pour nous aider à la détection des commentaires indésirables. Une chaîne anonymisée créée à partir de votre adresse de messagerie (également appelée hash) peut être envoyée au service Gravatar pour vérifier si vous utilisez ce dernier. Les clauses de confidentialité du service Gravatar sont disponibles ici : https://automattic.com/privacy/. Après validation de votre commentaire, votre photo de profil sera visible publiquement à coté de votre commentaire.

Vérification et publication des commentaires

Les commentaires

Les commentaires des visiteurs peuvent être vérifiés à l’aide d’un service automatisé de détection des commentaires indésirables. Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne répondent pas à nos critères de publication (à caractère indésirable ou ne correspondant pas à l’objet du site).

Formulaires de contact

Cookies

Si vous déposez un commentaire sur notre site, il vous sera proposé d’enregistrer votre nom, adresse de messagerie et site web dans des cookies. C’est uniquement pour votre confort afin de ne pas avoir à saisir ces informations si vous déposez un autre commentaire plus tard. Ces cookies expirent au bout d’un an. Si vous vous rendez sur la page de connexion, un cookie temporaire sera créé afin de déterminer si votre navigateur accepte les cookies. Il ne contient pas de données personnelles et sera supprimé automatiquement à la fermeture de votre navigateur. Lorsque vous vous connecterez, nous mettrons en place un certain nombre de cookies pour enregistrer vos informations de connexion et vos préférences d’écran. La durée de vie d’un cookie de connexion est de deux jours, celle d’un cookie d’option d’écran est d’un an. Si vous cochez « Se souvenir de moi », votre cookie de connexion sera conservé pendant deux semaines. Si vous vous déconnectez de votre compte, le cookie de connexion sera effacé. En modifiant ou en publiant une publication, un cookie supplémentaire sera enregistré dans votre navigateur. Ce cookie ne comprend aucune donnée personnelle. Il indique simplement l’ID de la publication que vous venez de modifier. Il expire au bout d’un jour.

Contenu embarqué depuis d’autres sites

Les articles de ce site peuvent inclure des contenus intégrés (par exemple des vidéos, images, articles…). Le contenu intégré depuis d’autres sites se comporte de la même manière que si le visiteur se rendait sur cet autre site. Ces sites web pourraient collecter des données sur vous, utiliser des cookies, embarquer des outils de suivis tiers, suivre vos interactions avec ces contenus embarqués si vous disposez d’un compte connecté sur leur site web.

Statistiques et mesures d’audience

Nous faisons des statistiques et mesures d’audience en interne (non publiées sur le site). Nous affichons seulement les statistiques classiques d’un site web : le nombre de vues sur les pages et le nombre de visites sur le site.

Utilisation et transmission de vos données personnelles

Nous ne faisons aucun commerce ni échange de données personnelles.

Durées de stockage de vos données

Les commentaires

Les commentaires des visiteurs peuvent être vérifiés à l’aide d’un service automatisé de détection des commentaires indésirables. Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne répondent pas à nos critères de publication. Si vous laissez un commentaire, le commentaire et ses métadonnées sont conservés indéfiniment. Cela permet de reconnaître et approuver automatiquement les commentaires suivants au lieu de les laisser dans la file de modération. Tous les utilisateurs et utilisatrices peuvent voir, modifier ou supprimer leurs informations personnelles à tout moment (à l’exception de leur nom d’utilisateur/trice). Les gestionnaires du site peuvent aussi voir et modifier ces informations. A venir : Pour les utilisateurs et utilisatrices qui s’inscrivent sur notre site (si cela est possible), nous stockons également les données personnelles indiquées dans leur profil.

Les droits que vous avez sur vos données

Si vous avez laissé des commentaires sur le site, vous pouvez demander à recevoir un fichier contenant toutes les données personnelles que nous possédons à votre sujet, incluant celles que vous nous avez fournies. Vous pouvez également demander la suppression des données personnelles vous concernant. Cela ne prend pas en compte les données stockées à des fins administratives, légales ou pour des raisons de sécurité.

Droits d'auteur

L'ensemble de ce site relève de la législation française et internationale sur le droit d'auteur et la propriété intellectuelle. Tous les droits de reproduction sont réservés, y compris pour les documents téléchargeables et les représentations iconographiques et photographiques. Certains visuels d'illustration de ce site sont propriété de l’auteur de ce site ou acheté à des tiers. Les droits d'utilisation, de reproduction et de diffusion sont strictement réservés à la communication de ce site. La reproduction de tout ou partie de ce site sur un support électronique quel qu'il soit est formellement interdite sauf autorisation expresse du directeur de la publication. La reproduction des textes de ce site sur un support papier est autorisée, tout particulièrement dans le cadre pédagogique, sous réserve du respect des trois conditions suivantes :
  •     Gratuité de la diffusion,
  •     Respect de l'intégrité des documents reproduits : pas de modification ni altération d'aucune sorte,
  •     Citation claire et lisible de la source, par exemple, sous la forme suivante « Ce document provient du site Internet K Dit la Bible https://www.k-dit-la-bible.com Les droits de reproduction sont réservés et strictement limités. »
Pour d'autres utilisations, veuillez contacter le responsable du site. Les marques citées ou sources sur ce site sont déposées par les sociétés qui en sont propriétaires.

Informations de contact

Vous pouvez nous contacter à cette adresse email : contact@k-dit-la-bible.com pour toute demande ou question. Nous vous remercions !

Mentions de Copyright

Les mentions de Copyright de chaque image(s) utilisée(s) sont indiquées par chaque article qui les utilise. La musique utilisée dans les versions audio des articles (mp3) et des vidéos hébergées par ce site a été acquise (achat) et est sous licence.  Source:  Envato - Purchase of "Adventure Cinematic” by Music Aura.
Save settings
Cookies settings