Baal, Zeus, Pergame – quel rapport?

Baal, Zeus, Pergame - Quel rapport?


Version audio de l’article

Gemmes

Baal est souvent mentionné dans la Bible comme étant un dieu idolâtré dans les temps anciens.

Mais est-ce que cette idole existe encore de nos jours? Et quels liens existeraient-ils entre Baal, Zeus et Pergame?

La réponse risque de vous surprendre…

 

Selon la Bible

Dans l’Ancien Testament, Baal a été mentionné à maintes reprises.

En fait, il y a depuis toujours, une guerre entre le Dieu d’Israël l’Eternel, et Baal.

 

Les cailles de Baal-Tséphon (Çéphon)

Baal est mentionné dans ce passage de la Bible:

Exode 14 verset 2.

  • Parle aux enfants d’Israël; qu’ils se détournent, et qu’ils campent devant Pi Hahiroth, entre Migdol et la mer, vis-à-vis de Baal Tsephon; c’est en face de ce lieu que vous camperez, près de la mer.

Les enfants d’Israël étaient positionnés face à Baal Tsephon.

«Baal» veut dire «maître» dans le sens «idole» dans ce contexte, et Tsephon ou Çéphon, est en fait le nom du vent du Nord aussi appelé «Aquilon» réputé pour être violent lorsque l’été prend fin.

Il y a en fait, une ancienne légende Phénicienne (1) où l’idole Baal-Hammân (Baal Hamon), le dieu d’abondance, est mort pour revivre sous les traits d’Adonis . Ce nom veut toujours dire «Seigneur» en Grec, ce qui rejoint le Baal «maître» en Orient. On le retrouve aussi sous le nom de  Tammouz ou de Thamous aussi mentionné dans la Bible. Ce «dieu» est mort alors qu’il était en voyage en Libye lorsqu’il fut tué par Baal-Çéphon mais il reprit vit lorsqu’on lui mit une caille sous ses narines.

Les Phéniciens, se basant sur cette légende, se mirent à lui offrir des cailles en guise d’offrande, car c’est lors de la saison de l’Aquilon qu’on les mange. Selon leur croyance, cette nourriture donnait de la vigueur et, par conséquent, propice à la fécondité.

Un vent, des cailles… Cette légende ressemble étrangement à une autre histoire.

Tout comme les dix plaies d’Egypte qui étaient un jugement de Dieu contre les faux dieux d’Egypte, Dieu a rendu un jugement contre l’idole Baal-Çéphon en approvisionnant abondamment le peuple d’Israël en viande de cailles:

Exode 16 versets 12-13.

  • J’ai entendu les murmures des enfants d’Israël. Dis-leur: Entre les deux soirs vous mangerez de la viande, et au matin vous vous rassasierez de pain; et vous saurez que je suis l’Éternel, votre Dieu.

Le soir, il survint des cailles qui couvrirent le camp; et, au matin, il y eut une couche de rosée autour du camp.

Les enfants d’Israël se trouvaient dans une mauvaise impasse: la Mer rouge en face d’eux, la montagne sur les côtés, et derrière eux, Pharaon et son armée d’élites près à venir les massacrer dans ce trou!

Pourtant, c’est Dieu qui les a dirigés dans cette impasse et face, de surcroît, au lieu appelé «Baal-Tséphon».

Les Egyptiens se lancèrent à leur poursuite, persuadés qu’ils ne pourraient leur échapper.

Alors qu’Israël semblait à la merci du Pharaon, Dieu opéra un miracle qui sera connu à travers tous les siècles: Il souffla un vent (oui, comme un Aquilon-Tséphon!) qui ouvrit un passage salutaire à Israël à travers la Mer Rouge. La Mer se referma sur Pharaon et toute son armée qui périrent d’un seul coup.

Exode 14 verset 9.

  • Les Égyptiens les poursuivirent; et tous les chevaux, les chars de Pharaon, ses cavaliers et son armée, les atteignirent campés près de la mer, vers Pi Hahiroth, vis-à-vis de Baal Tsephon.

Mais le vent se manifeste encore pour amener des cailles pour nourrir le peuple d’Israël pendant leur voyage:

A voir aussi:  L’histoire derrière le chant ‘Tel que je suis’

Nombres 11:31

  • L’Éternel fit souffler de la mer un vent, qui amena des cailles, et les répandit sur le camp, environ une journée de chemin d’un côté et environ une journée de chemin de l’autre côté, autour du camp. Il y en avait près de deux coudées au-dessus de la surface de la terre.

Petit détail intéressant de la version «Aramaic Bible in Plain English» de ce même passage (4):

  • Et l’Esprit venant du Seigneur Yaweh souffla et amena les cailles de la mer pour les rabattre sur le camp pendant la journée ainsi qu’autour du camp et il y eu environ deux coudées sur la surface de la terre.

Le vent de l’Eternel est Son Esprit. D’ailleurs, en hébreu, son Esprit est souvent «Ruah» en hébreu qui veut dire souffle ce qui est justement le mot utilisé dans ce passage.

Et voilà! L’Eternel a vaincu Baal-Tséphon à son propre jeu! Dieu a prouvé qu’Il est le Seigneur (Adonaï – Dieu Seigneur).

 

De Baal à Zeus

On retrouve le noms des Dieux mythologiques ou de l’antiquité dans divers pays sous des noms différents alors qu’il s’agit de la même idole.

Le nom de Baal devint progressivement «Baal-Zebub» pour donner «Belzebuth» ou «Belzebub» puis «Zeus» en plus court (3).

Il existe un autel qui fut dédié au dieu Zeus dans l’antiquité: l’autel de Pergame, qui existe toujours depuis qu’il a été retrouvé en 1871 puis remonté au Musée de Berlin.

Il s’agit d’un autel qui servit aux sacrifices humains.

Israël fut conquit par les romains. Selon l’historien Josephus (2), en 167 avant JC, le roi de Syrie Antiochus IV Epiphane contraignit les Juifs à ne plus circoncire leurs enfants et exigea qu’ils sacrifient des porcs sur l’autel, ce qui était un acte de sacrilège visant à rendre le lieu d’adoration de leur dieu impur.  

Pour rendre le message clair, il érigea un autel au-dessus de celui du temple de Jérusalem afin de dédier ce temple à Zeus en sacrifiant un porc pour mettre fin au sacrifice perpétuel.

Daniel l’avait prophétisé dans ce passage (12 verset 11):

  • Depuis le temps où cessera le sacrifice perpétuel, et où sera dressée l’abomination du dévastateur, il y aura mille deux cent quatre-vingt-dix jours.

Cette profanation provoqua un soulèvement des Juifs dirigé par les Macchabées.  Après trois ans de lutte, Judas Maccabée réussi à rétablir le temple et à le dédier à nouveau à l’Eternel. Il institua la fête de l’Inauguration ou Hanoukka pour se rappeler de cet événement. Cette fête est toujours célébrée de nos jours.

La Bible parle d’un autre homme, celui appelé «l’antichrist», fera quelque chose de similaire à la fin des temps selon les propos de Jésus:

Matthieu 24 verset 15.

  • C’est pourquoi, lorsque vous verrez l’abomination de la désolation, dont a parlé le prophète Daniel, établie en lieu saint, -que celui qui lit fasse attention!

«L’abomination de la désolation» est justement ce qu’Antiochus a fait en rendant le Temple impur par un sacrifice idolâtre et outrageant.

De Zeus à nos jours

En fait, l’histoire se répète…

Figurez-vous que l’autel de Pergame a joué un rôle pendant la 2ème guerre mondiale:

Hitler, en personne, demanda à ce que la tribune principale (la Zeppelinhaupttribüne) qui lui servi d’estrade pour s’adresser au fameux rallye nazi à Nuremberg soit faite sur le modèle de l’autel de Pergame.

Elle eut une longueur de 390 mètres et une hauteur de 24 mètres surmontée d’une croix gammée sculptée en pierre.

Cet autel est mentionné dans l’Apocalypse, comme devant à nouveau jouer un rôle dans le futur avec l’antichrist.

Jésus, par le biais de l’apôtre Jean, écrivit une lettre à l’église de Pergame en lui disant (Apocalypse 2 verset 13 ):

  • Je sais où tu demeures, je sais que là est le trône de Satan. Tu retiens mon nom, et tu n’as pas renié ma foi, même aux jours d’Antipas, mon témoin fidèle, qui a été mis à mort chez vous, là où Satan a sa demeure.

Cet autel est le symbole de la demeure et du trône de satan.

A voir aussi:  L'expérience de prison de l'Université de Stanford

Esaïe confirme que satan a bien eu un trône et qu’il essaie d’en avoir un autre avec cet autel:

Ésaïe 14 verset 13.

  • Tu disais en ton coeur: Je monterai au ciel, J’élèverai mon trône au-dessus des étoiles de Dieu; Je m’assiérai sur la montagne de l’assemblée, A l’extrémité du septentrion

L’autel de Pergame qui fut utilisé pour outrager le temple de l’Eternel fut remonté à Berlin l’année de la naissance d’Hitler et utilisé par ce dernier pour faire son fameux discours de Nurenberg. Intéressant pour un dictateur qui préfigure l’antichrist qui viendra.

En 2008, Barak Obama demanda une estrade particulière pour son discours d’investiture à l’élection présidentielle à Denver, le 28 août 2008. Là encore ils prirent comme modèle l’autel de Pergame. Il prononça une phrase troublante «Un vent de justice nous soutient» («A righteous wind is in our back» ), on ne peut s’empêcher de penser à Baal-Tséphon surtout que l’estrade est inspirée de l’autel de Zeus. Il annonça son premier projet : celui de promouvoir l’avortement des nouveaux-nés. Toute comparaison avec les bébés sacrifiés à Baal serait purement une coïncidence? Je vous laisse juger.

Encore un élément troublant:

Ce passage en Grec:

Luc 10 verset 18.

  • Jésus leur dit: Je voyais Satan tomber du ciel comme un éclair.

Donne en Araméen:

  •  « ra’ah satan naphal’aher baraq o bamah »

Baraq (comme Barak) veut dire «éclair».

O Bamah (comme Obama) veut dire «les hauteurs» ou «cieux».

Cela donne «Je voyais satan tomber de Barak (comme) Obama.

Pour le côté fun (quoique Barak Obama n’a pas dû aimé), il y a eu une petite controverse. Un film produit et diffusé par HIstory Channel en 2013 a fait une série sur la Bible. Pour le passage où satan tente Jésus dans le désert, ils ont utilisé un acteur (français en plus) qui ressemblait trait pour trait à Barak Obama. Ils furent obligé de retirer cette scène après le tumulte que cela provoqua.

 

Que faut-il retenir ?

L’adage qui dit «l’histoire se répète» se voit bien dans l’histoire de Baal et de l’autel de Pergame, ou devrais-je dire «l’autel de Zeus».

Jésus a annoncé que l’antichrist va refaire le coup de s’élever au-dessus de dieu en rendant impur le futur temple de Jérusalem.

L’avortement sacrifie encore des nouveau-nés de nos jours, tout comme ils étaient offerts à Baal autrefois.

Vous me dites, peut-être, «cela n’a rien à voir»?

Se poser cette question: si un acte interrompt ce que la nature fait selon les lois divines, n’est-ce pas un acte contre dieu? Il y a bien sûr des cas où c’est nécessaire, si la vie de la mère est en jeu…

Figurez-vous que dans nos temps «modernes» qui se targue de ne pas croire en des chimères, on remet à l’honneur cette ancienne idole?

En 2016, il était prévu d’ériger deux répliques exactes de l’arche du temple de Baal de quinze mètres de haut (à l’entrée du temple): une à Times Square à New York City et l’autre à Trafalgar Square à Londres. Suite aux plaintes des mouvements chrétiens, le projet fut annulé. Seule une porte fut érigée à New York le 19 septembre 2019, mais les autorités affirment qu’elle n’a rien à voir avec celle du temple de Baal (vous pouvez comparer pour vous faire une opinion).

A voir aussi:  Le Suaire de Turin

Pourquoi ériger des éléments qui viennent d’une idole qui fut connue pour les sacrifices de bébés et d’humains?

Je vous laisse réfléchir..

Références

Voir les références dans la section ci-dessous «En savoir plus…».

Sources externes

Référence (1) – Légende Phénicienne sur Baal-Haammân et Baal-Tséphon

Source: wikipédia (fr .org) – Céphon.

«Extrait de La Religion des Phéniciens, d’après des recherches récentes en Hollande de Albert Réville à la Revue des deux Mondes T.105, 1873 :

« …Le culte de Baal-Hammân ou Baal Hamon passa en Afrique. Au-dessus d’une inscription numide, gravée par ordre de Massinissa, on voit ce dieu représenté avec des bras qui se terminent en grenades et en grappes. C’était donc le dieu par excellence de la productivité naturelle, et ce dieu mourait et revivait comme Adonis. L’écrivain grec Athénée raconte à son sujet un mythe assez étrange. Comme Baal-Hammân voyageait en Libye, il fut tué par Typhon ; mais alors on lui mit une caille sous les narines, et il revint à la vie. Ce mythe doit être très vieux. Quand la chaleur de l’été semble se retirer vers les régions du sud, c’est Typhon ou Baal-Céphon, le vent du nord, qui règne. On faisait alors des offrandes de cailles dans la saison où cet oiseau est le plus gras et le plus savoureux. Les cailles passaient pour une nourriture échauffante et stimulante. C’était donc une manière de rendre à la nature sa puissance de fécondation… »

Référence (2) – Antiochus et l’autel de Zeus

Josephus – Livre des Juifs – Livre 1er – 34. Source: http://remacle.org/bloodwolf/historiens/Flajose/guerre1.htm

Référence (3) Baal-Zebub

Universalis (.fr) – Beelzebul – Belzebuth.

Jstor (.org) – 41736330 – Documents relatifs au culte Pélusien de Zeus: ‘https://www.jstor.org/stable/41736330 – Casios (Presses Universitaires de France – Pierre Chuvin et Jean Yoyotte). Zeus Casios correspond au nom du dieu phénicien Baal-Tséphon.

Référence (4) – Nombres 11:31

Texte d’origine qui a été traduit dans l’article:

Aramaic Bible in Plain English

And the Spirit moved on from before LORD JEHOVAH and brought up quails from the sea and poured them on the camp a day’s journey here and a day’s journey there around the camp, and there were about two cubits on the face of the ground.

Le mot «»vent/Esprit» dans ce passage est :

וְר֜וּחַ (wə·rū·aḥ)

Référence Strong 7307: Vent, expiration, souffle, vie, colère, une région du ciel, esprit.

Articles :

En Français

En anglais

Vidéos à rechercher :

En Français

En anglais

Copyright

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire