George Orwell et La Ferme des Animaux

George Orwell et La Ferme des Animaux


Version audio de l’article

Gemmes

George Orwell est connu pour plusieurs ouvrages dont le plus fameux est «1984».

Mais j’aimerais que nous regardions ensemble, un de ses livres qui s’intitule «La Ferme des Animaux» et qui ressemble à un livre pour enfants. Sauf que, derrière cette petite histoire, en apparence bien innocente, George Orwell, a voulu, tout comme dans son livre «1984», mettre en garde les générations futures contre un danger bien réel…

Voulez-vous en savoir plus?

L’auteur

George Orwell, de son vrai nom Eric Arthur Blair, est né au Bengale, dans la ville de Motihari, en Inde Britannique le 25 juin 1903. Il revint en Grande-Bretagne, le temps de recevoir une éducation, puis il s’engage, en 1922, dans l’armée britannique. Il devient Sergent en Birmanie mais démissionne en 1927 pour revenir s’établir à Londres. Il décide alors de se consacrer à l’écriture pour dénoncer les abus de l’impérialisme.

Il vécu quelques mois à Paris en 1928 et publie, en 1933, son premier roman : «Dans la dèche à Paris et à Londres» sous le pseudonyme George Orwell.

Il s’attache à faire des reportages sur les conditions de travail des mineurs et leur vie sociale précaire. Il rejoint, la même année, les milices républicaines en Espagne qui se battent contre Franco.

Blessé, il retourne à Londres en 1937. Il dénonce la répression des communistes dans «Hommage à la Catalogne».

En 1945, il devient chroniqueur politique en France et en Allemagne, se consacrant encore plus à l’écriture.

Il décède le 21 janvier 1950 à Londres de la tuberculose sans vraiment connaître la notoriété. C’est surtout la publication de son livre «1984», quelques mois avant sa mort, qui s’imposera comme un best-seller dans le monde.

Cette jolie petite histoire

George Orwell a voulu dénoncer, dans ce court roman d’une dizaine de chapitres, les abus des régimes autoritaires.  Tout comme dans son livre «1984», il s’agit d’un ouvrage ou il anticipe une société qui deviendrait, dans le futur, totalitaire, avec bannissement de toutes expressions de liberté.

Il s’inspire de ce qu’il peut observer à son époque: les régimes totalitaires fascistes et communistes dans les pays alentour. Mais son livre «La Ferme des animaux», est surtout une satire sur le stalinisme et des régimes autoritaires sous forme de fable animalière.

 

Les personnages

Mr Jones

C’est un fermier. Il représente donc les capitalistes en tant que «patron» de la ferme. Il exploite les animaux jusqu’à leur dernier souffle et il a un droit de vie et de mort sur eux.

Les cochons Boule Neige et Napoléon

Ce sont eux qui dirigent la révolte des animaux de la ferme contre le fermier. Ils vont refaire la société après l’éviction du fermier. Leur nom indique leur tempérament : Napoléon a un caractère semblable à Staline en étant violent et brutal. Il trahit les idéaux qui avait été annoncés et fini par être pire que celui qu’ils avaient chassé. Boule de Neige, lui, est courageux et intelligent. Mais Napoléon essaiera de l’arrêter lorsqu’il prend le pouvoir.

Sage l’Ancien

Un autre cochon (une histoire cochonne, me direz-vous!). Il est à la tête du parti révolutionnaire et représente Karl Marx et tout ceux qui sont pour la théorie du communisme.

Le reste des animaux

Chacun d’entre eux représente un groupe. Les chiens représentent les policiers, les chevaux sont les militants, les moutons, la masse…

Les thèmes abordés par cette histoire

Une population se révolte contre la classe qui abuse d’eux, mais ceux qui ont dirigé cette révolte finissent par détourner la démocratie pour leur profit personnel et finissent par être pire que les premiers abuseurs.

Orwell montre les dérives du socialisme: à force de vouloir l’égalité, on finit par détruire la société car des hiérarchies finissent toujours par ce former. La nature humaine revient toujours à cela. Et dès qu’une classe de personnes reprend un pouvoir et domine sur les autres «classes», l’abus n’a plus de limite.

A voir aussi:  Une sueur de sang

Le troupeau de moutons représentant la majorité des membres d’une société, n’oppose pas vraiment de résistance et finit par se laisser asservir. On peut alors de poser la question : est-ce que l’homme peut seulement vivre dans un système basé sur la force et la violence?

 

Quelques citations notoires

«L’homme est la seule créature qui consomme sans produire. Il ne donne pas de lait, il ne pond pas d’œufs, il est trop débile pour pousser la charrue, bien trop lent pour attraper un lapin. Pourtant le voici le suzerain de tous les animaux. Il distribue les tâches entre eux, mais ne leur donne en retour que la maigre pitance qui les maintient en vie. Puis il garde pour lui le surplus.»

Les 7 commandements:

“1. Tout deux pattes est un ennemi.

  1. Tout quatre pattes ou tout volatile, un ami.
  2. Nul animal ne portera de vêtements
  3. Nul animal ne dormira dans un lit.
  4. Nul animal ne boira d’alcool.
  5. Nul animal ne tuera un autre animal.
  6. Tous les animaux sont égaux.»

Le seul commandement vers la fin de l’histoire: “Tous les animaux sont égaux mais certains sont plus égaux que d’autres.”

“Dehors, les yeux des animaux allaient du cochon à l’homme et de l’homme au cochon, et de nouveau du cochon à l’homme ; mais déjà il était impossible de distinguer l’un de l’autre.”

« Qui laboure le sol ? Nous ! Qui le féconde ? Notre fumier ! Et pourtant pas un parmi nous qui n’ait que sa peau pour tout bien »

« Camarades, est-ce que ce n’est pas clair comme de l’eau de roche ? Tous les maux de notre vie sont dus à l’Homme, notre tyran. »

Tous les cochons apprennent à marcher sur deux pattes. Les moutons, qui bêlaient habituellement “Quatrepattes oui, deuxpattes non” bêlent maintenant “Quatrepattes, bon ! Deuxpattes, mieux !” A la place des sept commandements, il n’y en a maintenant plus qu’un : “Tous les animaux sont égaux. Mais certains sont plus égaux que d’autres.” Les cochons supervisent le travail avec un fouet, Napoléon fume, les cochons portent des vêtements.

Selon la Bible

Il y a une chose que l’on ne pourra jamais éradiquer : la nature de l’homme qui tend «au péché». «Pécher» est souvent pris de manière péjorative, mais il couvre toutes nos tendances à faire le mal envers notre prochain.

Dans l’Ancien Testament, Dieu avait prévenu Israël du danger à vouloir un «Roi» qui règne sur eux :

Voici le passage, dans 1 Samuel 8 versets 5 à 9.

  • Ils lui dirent: Voici, tu es vieux, et tes fils ne marchent point sur tes traces; maintenant, établis sur nous un roi pour nous juger, comme il y en a chez toutes les nations.
  • Samuel vit avec déplaisir qu’ils disaient: Donne-nous un roi pour nous juger. Et Samuel pria l’Éternel.
  • L’Éternel dit à Samuel: Écoute la voix du peuple dans tout ce qu’il te dira; car ce n’est pas toi qu’ils rejettent, c’est moi qu’ils rejettent, afin que je ne règne plus sur eux.
  • Ils agissent à ton égard comme ils ont toujours agi depuis que je les ai fait monter d’Égypte jusqu’à ce jour; ils m’ont abandonné, pour servir d’autres dieux.
  • Écoute donc leur voix; mais donne-leur des avertissements, et fais-leur connaître le droit du roi qui régnera sur eux.

Et voici l’avertissement que Dieu leur donna sur un règne d’un roi «humain» (1 Samuel 8 versets 10 à 20):

  • Samuel rapporta toutes les paroles de l’Éternel au peuple qui lui demandait un roi.
  • Il dit: Voici quel sera le droit du roi qui régnera sur vous.
  • . Il prendra vos fils, et il les mettra sur ses chars et parmi ses cavaliers, afin qu’ils courent devant son char; il s’en fera des chefs de mille et des chefs de cinquante, et il les emploiera à labourer ses terres, à récolter ses moissons, à fabriquer ses armes de guerre et l’attirail de ses chars.
  • . Il prendra vos filles, pour en faire des parfumeuses, des cuisinières et des boulangères.
  • . Il prendra la meilleure partie de vos champs, de vos vignes et de vos oliviers, et la donnera à ses serviteurs.
  • . Il prendra la dîme du produit de vos semences et de vos vignes, et la donnera à ses serviteurs.
  • . Il prendra vos serviteurs et vos servantes, vos meilleurs boeufs et vos ânes, et s’en servira pour ses travaux.
  • . Il prendra la dîme de vos troupeaux, et vous-mêmes serez ses esclaves.
  • Et alors vous crierez contre votre roi que vous vous serez choisi, mais l’Éternel ne vous exaucera point.
  • Le peuple refusa d’écouter la voix de Samuel. Non! dirent-ils, mais il y aura un roi sur nous, et nous aussi nous serons comme toutes les nations; notre roi nous jurera il marchera à notre tête et conduira nos guerres.

Dieu était clair: si on refuse qu’Il devienne le Roi de notre pays, un être humain à la tête d’un pays, finira toujours par abuser de sa position.

A voir aussi:  4-La statue de Nebucadnestar – Le ventre

Mais est-ce là tout l’espoir que nous avons sur terre?

Non. Si nous avons des personnes qui œuvrent à la tête d’un pays, il faut qu’elles aient la crainte de Dieu au sein d’un système qui met en place des contre-pouvoirs. Que veux-je dire par là? Si on ne craint pas Dieu, on n’a pas peur de se retrouver un jour devant Lui pour répondre de ses actes. On finit par être arrogant et à abuser des gens autour de nous si on n’a plus de «garde-fou» dans son cœur. Il faut avoir la tête bien sur les épaules pour que le pouvoir ne nous monte pas à la tête, et ce n’est pas à la portée de tout le monde… Même une personne, au départ, qui commence avec de bons sentiments, peut, à la longue, se retrouver piégée dans ce jeu de pouvoir et de pression constante.

Mais quelqu’un qui a à cœur le peuple et qui sait qu’il devra répondre un jour, devant Dieu, de ses actes, cherchera à faire de son mieux. Cette crainte sera son bouclier.

Craindre Dieu n’est pas avoir «peur de lui», mais avoir du respect pour Ses lois. Jésus a dit que la Loi se résume à ceci:

Marc 12 versets 30 et 31.

  • (…) Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta pensée, et de toute ta force.
  • Voici le second: Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Il n’y a pas d’autre commandement plus grand que ceux-là.

Romains 13 verset 10.

  • L’amour ne fait point de mal au prochain: l’amour est donc l’accomplissement de la loi.

Si on aime l’autre, on ne cherche pas à lui faire du mal.

Aucun autre humain est appelé à se reposer sur un autre humain ou sur un gouvernement, quel qu’il soit :

Jérémie 17 verset 5.

  • Ainsi parle l’Éternel: Maudit soit l’homme qui se confie dans l’homme, Qui prend la chair pour son appui, Et qui détourne son coeur de l’Éternel!

Par contre, dans Psaumes 84 verset 12, il est dit:

  • Éternel des armées! Heureux l’homme qui se confie en toi!

Dieu est notre source, et non un gouvernement «providentiel».

Une société s’élève au  niveau des valeurs et croyances de ceux qui sont à sa tête :

Proverbes 11 verse 10.

  • Quand les justes sont heureux, la ville est dans la joie; Et quand les méchants périssent, on pousse des cris d’allégresse.

Proverbes 28 verset 12.

  • Quand les justes triomphent, c’est une grande gloire; Quand les méchants s’élèvent, chacun se cache.

Proverbes 29 verset 2.

  • Quand les justes se multiplient, le peuple est dans la joie; Quand le méchant domine, le peuple gémit.

Nous gouvernons avec ce qui émane de notre coeur:

A voir aussi:  5-La statue de Nebucadnestar – Les Jambes

Proverbes 12 verset 10.

  • Le juste prend soin de son bétail, Mais les entrailles des méchants sont cruelles.

 

Que faut-il retenir ?

George Orwell a utilisé une histoire imagée, sous forme en fait de «paraboles» pour dénoncer une réalité de son époque: celle de l’ère stalinienne qui était dure et cruelle, bien que les médias cachaient pas mal ce qui se passait.

On pourrait perdre espoir en le lisant et en voyant le fruit du communisme et socialisme dans le monde, car  l’homme a une propension à toujours devenir son propre tyran! Comme l’illustre George Orwell dans son livre, on ne finit plus à distinguer les cochons des humains, c’est-à-dire, que les nouveaux maîtres de la nation sont devenus comme ceux qu’ils avaient chassés!

Mais la Bible nous donne un espoir, bien réel.

Dieu nous annonce une vie où il n’y aura plus de «prostitutions» ni d’abus: celle de la Nouvelle Jérusalem.

Ezéchiel, un prophète, l’annonce dans son livre.

Voici un avant-goût dans Ezéchiel 43 verset 7:

  • Il me dit: Fils de l’homme, c’est ici le lieu de mon trône, le lieu où je poserai la plante de mes pieds; j’y habiterai éternellement au milieu des enfants d’Israël. La maison d’Israël et ses rois ne souilleront plus mon saint nom par leurs prostitutions et par les cadavres de leurs rois sur leurs hauts lieux.

Et dans Apocalypse 21 versets 1 à 5.

  • Puis je vis un nouveau ciel et une nouvelle terre; car le premier ciel et la première terre avaient disparu, et la mer n’était plus.
  • Et je vis descendre du ciel, d’auprès de Dieu, la ville sainte, la nouvelle Jérusalem, préparée comme une épouse qui s’est parée pour son époux.
  • Et j’entendis du trône une forte voix qui disait: Voici le tabernacle de Dieu avec les hommes! Il habitera avec eux, et ils seront son peuple, et Dieu lui-même sera avec eux.
  • Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n’y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu.
  • Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles. Et il dit: Écris; car ces paroles sont certaines et véritables.

Nous sommes, ici sur Terre, des voyageurs pour un temps. Dieu a non seulement un plan pour votre vie «ici-bas», mais bien plus encore dans l’éternité avec cette cité céleste qu’Il nous a préparée.

Voulez-vous l’accepter dans votre cœur?

Sur notre site, vous avez un exemple de prière dans le Menu «Bonne nouvelle».

Venez à Dieu tel que vous êtes: Il vous attend avec joie!

Vous avez aimé cet article ?

Ne pas hésiter à laisser un commentaire, vous abonner pour recevoir une notification lorsqu’il y a un nouvel article, de partager sur les réseaux sociaux…

Plus de détails et les sources sont données dans la section ci-dessous « En savoir plus… ».

Sources externes

Articles :

En Français

En Français

Vidéos à rechercher (*):

En Français

Copyright

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire