Histoire

Origine de la Madeleine

Version audio de l’article

Gemmes

Une madeleine est un petit gâteau traditionnel français aux œufs ayant une jolie forme de coquillage légèrement allongée. Mais d’où vient-elle?

Regardons ensemble…

Son origine

En fait, l’origine de la Madeleine n’est pas sûre.

Comme on retrouve son existence en Espagne où elle est souvent cuisinée, certains pensent qu’elle aurait été importée en Espagne grâce à des pèlerins venant de France qui allaient à Saint Jacques de Compostelle.

Mais la légende veut qu’elle vienne d’une histoire qui s’est déroulée en 1755.

D’ailleurs, on trouve plusieurs petites variantes de cette «légende».

En 1755, Stanislas Leszczynski, beau-père de Louis XV, occupe souvent le château de Commercy qui est une des résidences qu’il apprécie le plus. Il y organise souvent de nombreuses réceptions.

Seulement, un jour les choses ne se passent pas comme prévu. En plein milieu d’une réception, le bouffon de Stanislas, surnommé «Bébé» (son véritable nom est Nicolas Ferry) a poussé à bout la patience du chef pâtissier du château (d’autres versions disent qu’il s’était fâché avec l’intendant).

L’échange devient houleux, et les babas au rhum, qui devaient être servis pour le dessert, finissent sur le sol (une autre version dit que le chef pâtissier est parti avec le dessert).

Quelle que soit la version, le chef pâtissier, fou de rage, quitte le lieu.

C’est le désastre : comment terminer une réception sans avoir une douceur à la fin du repas ?

Quelle humiliation pour Stanislas qui ne peut honorer le repas d’un dessert. Sa réputation et son honneur sont en jeu !

Madeleine Paulmier, servante de la marquise Perrotin de Baumont, propose de faire des biscuits venant d’une recette de sa grand-mère.

Stanislas accepte avec joie.

Madeleine prépare donc cette recette familiale. Comme elle n’a pas de moule pour faire de petites bouchées, elle a l’idée d’utiliser des coquilles Saint-Jacques. Ces dernières sont justes parfaites pour donner une jolie forme aux biscuits pendant leur cuisson au four.

Et surprise : non seulement Stanislas, mais tous les convives sont enchantés par ce délicieux biscuit.

Stanislas s’empresse de demander à cette servante le nom de ce délicieux biscuit. «Il n’y en a pas» réplique-t-elle. Stanislas lui demande alors son prénom : «Madeleine».

Et c’est ainsi que ces biscuits devinrent nos fameuses «Madeleines» toujours présentes en pâtisserie et dans les rayons pour le bonheur des grands et petits !

Légende ? Histoire ? L’historien lorrain Charles Sadoul attribue cette recette à une cuisinière du cardinal de Retz qui vécu en ce lieu un siècle plus tôt.

Tout ce que nous pouvons affirmer proviennent des écrits qui mentionnent, pour la première fois, le mot «Madeleine» en 1755. Il se trouve dans un ouvrage de recettes intitulé «Les soupers de la Cour, ou L’art de travailler toutes sortes d’aliments, pour servir les meilleurs tables, suivant les quatre saisons» par Joseph Menon.

Et c’était pour une recette de «Sauce à la- Madeleine» utilisant de la chapelure et un bouillon, et non le biscuit que l’on connaît.

On retrouve ce biscuit en 1815, sous le libellé de «Madelaines au Cédrat» (avec cette orthographe) dans une recette qui est plus proche du biscuit qui nous est familier. Le livre est intitulé «Le pâtissier royal parisien ou Traité élémentaire et pratique de la pâtisserie ancienne et moderne» de Marie-Antoine Carême.

Mais saviez-vous que Madeleine doit sa popularité auprès du grand public grâce au chemin de fer ?

En effet, dès la fin la fin du XIXème siècle jusqu’à la veille de la Seconde Guerre mondiale, les voyageurs qui passaient par la gare de Commercy avaient droit à une vente insolite et unique en France : celle des madeleines.

Les vendeuses se pressaient contre le train à l’arrêt pour les vendre, tenant contre leur flanc des paniers en osier indiquant la marque de Madeleine qu’elles cherchaient à vendre.

A voir aussi:  Haïti, une île des justes?

Peut-être une idée à reprendre dans les gares ?

Selon la Bible

Bien sûr, la Bible ne mentionne pas ce fameux biscuit…

Mais ce nom est familier dans le Nouveau Testament.

Il mentionne «Marie-Magdeleine» avec son prénom qui varie suivant les traductions et éditions en «Marie-Madeleine».

En fait, cette Marie était originaire de Magdala en Galilée.  Elle est parfois mentionnée sous le nom de «Marie de Magdala».

Voici ce que l’on sait d’elle :

  • Elle était parmi les femmes qui suivaient Jésus pour le servir :

Matthieu 27 versets 55-56.

    • Il y avait là plusieurs femmes qui regardaient de loin; qui avaient accompagné Jésus depuis la Galilée, pour le servir. Parmi elles étaient Marie de Magdala, Marie, mère de Jacques et de Joseph, et la mère des fils de Zébédée.
  • Elle assista à la crucifixion de Jésus (Marc 15:39-41).
  • Lorsque Jésus mourut à la croix, elle vérifia, avec une autre Marie, où l’on mettait le corps de Jésus pour revenir le lendemain matin au sépulcre (Matthieu 27:61 ; 28:1).
  • Lorsqu’elle revint le lendemain au sépulcre avec Marie, mère de Joses, elle assista à l’ouverture du sépulcre de Jésus par un ange qui leur annonça que Jésus était ressuscité. Elles furent donc les premiers témoins de la résurrection de Jésus ! Dieu voulut redonner une place d’honneur aux femmes qui étaient traitées comme une propriété par les hommes romains et les Juifs l’estimaient inférieure aux hommes !

Le christianisme met la femme sur un pied d’égalité :

Galates 3 verset 28.

  • Il n’y a plus ni Juif ni Grec, il n’y a plus ni esclave ni libre, il n’y a plus ni homme ni femme ; car tous vous êtes un en Jésus Christ.

Paul donne des instructions à ce sujet pour que la femme ne soit pas méprisée ni rabaissée.

Tous doivent se soumettre les uns aux autres dans la crainte de Christ (Éphésiens 4:21).

Le mari (non tous les hommes) est chef de SA femme qu’il doit aimer comme Christ a aimé l’église. Paul ajoute «que chacun doit aimer sa femme COMME LUI-MÊME, et la femme doit respecter son mari.» C’est la conclusion de ses instructions sur les rapports entre maris et femmes (v.33 d’Éphésiens 4 – mais voir le contexte aux versets 22-33).

Jésus précise qu’au ciel, il n’y aura plus «ni homme ni femme».

Beaucoup utilisent le passage dans 1 Corinthiens 11 pour dire que la femme serait inférieure à l’homme. Mais c’est tirer ce passage hors de son contexte.

Paul traite le problème du voile portée par les femmes à Corinthe. Selon leur culture, le voile signifiait qu’elles étaient sous une autorité masculine.

Paul souligne bien que «Toutefois, dans le Seigneur» il y a égalité entre hommes et femmes (v.10-12) :

  • C’est pourquoi la femme, à cause des anges, doit avoir sur la tête une marque de l’autorité dont elle dépend.
    Toutefois, dans le Seigneur, la femme n’est point sans l’homme, ni l’homme sans la femme.
    Car, de même que la femme a été tirée de l’homme, de même l’homme existe par la femme, et tout vient de Dieu.

Paul continue en disant que la nature a paré les femmes de cheveux longs comme un voile :

1 Corinthiens 11 versets 14-15.

  • La nature elle-même ne vous enseigne-t-elle pas que c’est une honte pour l’homme de porter de longs cheveux, mais que c’est une gloire pour la femme d’en porter, parce que la chevelure lui a été donnée comme voile?

Voici une traduction de 1 Corinthiens 11 versets 10 à 16 dans la version The Message (traduit par nos soins) :

  • D’ailleurs, ne soyez pas trop regardant sur les différences ici entre les hommes et les femmes. Ni l’homme ni la femme ne peuvent faire cavalier seul ou revendiquer leur priorité. L’homme fut créé en premier comme un magnifique reflet éclatant de Dieu – et c’est vrai. Mais la tête sur le corps d’une femme surpasse clairement en beauté la tête de l’autre «tête» de son mari. La première femme fut tirée de l’homme – c’est vrai – mais depuis, tous les hommes viennent d’une femme! Et puisque pratiquement toutes choses viennent de Dieu de toute manière, arrêtons ses discussions sur ces «qui doit passer en premier».
    N’êtes-vous pas d’accord pour dire qu’il y a quelque chose de naturellement puissant dans la symbolique – une femme, avec ses cheveux magnifiques qui rappellent celles des anges, priant en adoration ; l’homme, avec sa tête nue en signe de révérence, priant en soumission ? J’espère que vous n’allez pas faire des débats là-dessus. Toutes les églises de Dieu voient les choses ainsi ; je ne souhaite pas que vous fassiez exception à cela.»
A voir aussi:  Apathie qui a laissé l'Holocauste arriver

Allez ! Une dernière pour la route :

1 Pierre 3 verset 7.

  • Maris, montrer à votre tour de la sagesse dans vos rapports avec vos femmes, comme avec un sexe plus faible; honorez-les, comme devant aussi hériter avec vous de la grâce de la vie. Qu’il en soit ainsi, afin que rien ne vienne faire obstacle à vos prières.

Dans ce passage, Pierre dit que les MARIS (non tous les hommes!) doivent considérer la femme comme «un sexe plus faible».

Les femmes ont besoin de la protection de l’homme. Cela ne veut pas dire qu’elles doivent être rabaissées. Au contraire ! Pierre ajoute que le mari doit HONORER sa femme parce qu’elle aussi hérite COMME LUI la grâce de la vie de Dieu.

Et le «pompon» pour ceux qui pensent autrement : Pierre ajoute une petite note aux maris qui seraient récalcitrant à honorer leur femme : s’ils ne respectent pas leur femme, il y aura un OBSTACLE à leurs prières !

Que faut-il retenir ?

La Madeleine est une autre recette qui est devenue connue par le hasard de la vie. Si cette servante n’avait pas eu la recette familiale, elle serait tombée dans l’oubli. Ce qui est bien dommage lorsque l’on découvre le goût d’une Madeleine qui est incomparable !

Le Nouveau Testament a une fameuse «Madeleine» – Marie de Magdala – qui entra dans l’histoire pour avoir, non seulement suivi Jésus pour le servir pendant son ministère – mais aussi qui fut le premier témoin de Sa mort ET de Sa résurrection.

Dieu voulut remettre les femmes sur un pied d’égalité avec les hommes, car en Christ, nous sommes tous un ! Observez la place des femmes dans les pays dits «chrétiens» et dans ceux où ce n’est pas la cas et posez-vous la question : est-ce dans les pays dits «chrétiens»  que la femme a le plus de liberté ?

Certes, il y en aura toujours qui chercheront à la traiter comme inférieure – il y aura toujours un esprit pharisien.

Mais vous, comment traitez-vous la femme ?

La voyez-vous comme Dieu qui vit en Marie de Magdala une précieuse Madeleine, faisant d’elle un témoin de la mort et résurrection de Jésus ?

 

Vous avez aimé cet article ?

Ne pas hésiter à laisser un commentaire, vous abonner pour recevoir une notification lorsqu’il y a un nouvel article, de partager sur les réseaux sociaux…

Vous trouverez plus de détails, les références et les sources dans la section ci-dessous « En savoir plus… ».

Ce que dit la Bible

Commentaires

Écritures

Paul indique que nous devons TOUS nous soumettre les uns aux autres dans la crainte de Christ.

 

Il précise les relations entre maris et femmes où le mari doit (dans sa conclusion au dernier verset) aimer sa femme comme lui-même : c’est une égalité. La femme doit, en retour, le respecter.

Éphésiens 5 versets 21-33.

(…) vous soumettant les uns aux autres dans la crainte de Christ.

 

Femmes, soyez soumises à vos maris, comme au Seigneur; car le mari est le chef de la femme, comme Christ est le chef de l’Église, qui est son corps, et dont il est le Sauveur.

Or, de même que l’Église est soumise à Christ, les femmes aussi doivent l’être à leurs maris en toutes choses.

Maris, aimez vos femmes, comme Christ a aimé l’Église, et s’est livré lui-même pour elle, afin de la sanctifier par la parole, après l’avoir purifiée par le baptême d’eau, afin de faire paraître devant lui cette Église glorieuse, sans tache, ni ride, ni rien de semblable, mais sainte et irrépréhensible.

C’est ainsi que les maris doivent aimer leurs femmes comme leurs propres corps. Celui qui aime sa femme s’aime lui-même.

Car jamais personne n’a haï sa propre chair; mais il la nourrit et en prend soin, comme Christ le fait pour l’Église, parce que nous sommes membres de son corps.

C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme, et les deux deviendront une seule chair.

Ce mystère est grand; je dis cela par rapport à Christ et à l’Église.

Du reste, que chacun de vous aime sa femme comme lui-même, et que la femme respecte son mari.

Jésus dit qu’au ciel, il n’y aura plus la notion d’hommes ou femmes.

Matthieu 22 verset 30.

Car, à la résurrection, les hommes ne prendront point de femmes, ni les femmes de maris, mais ils seront comme les anges de Dieu dans le ciel.

Egalité en Chriest sans notion de sexe, race, origine.

Galates 3 verset 28.

Il n’y a plus ni Juif ni Grec, il n’y a plus ni esclave ni libre, il n’y a plus ni homme ni femme; car tous vous êtes un en Jésus Christ.

Paul traite le problème du voile portée par les femmes à Corinthe. Si elle n’en portait pas, elles étaient considérées comme des prostitués du temple païen. Elles n’avaient pas ce signe (le voile) qu’elles étaient mariées.

Mais Paul souligne bien que «Toutefois, dans le Seigneur» il y a égalité entre hommes et femmes.

1 Corinthiens 11 versets 10-12.

C’est pourquoi la femme, à cause des anges, doit avoir sur la tête une marque de l’autorité dont elle dépend.

 Toutefois, dans le Seigneur, la femme n’est point sans l’homme, ni l’homme sans la femme.

Car, de même que la femme a été tirée de l’homme, de même l’homme existe par la femme, et tout vient de Dieu.

Un couple a une autorité mutuelle sur leurs corps. Ils doivent se respecter et trouver un accord mutuel.

1 Corinthiens 7 verset 4.

 La femme n’a pas autorité sur son propre corps, mais c’est le mari; et pareillement, le mari n’a pas autorité sur son propre corps, mais c’est la femme.

Sources externes

Articles :

En Français

  • Wikipédia (.fr) – Madeleine (pâtisserie).
  • LorraineActu – L’incroyable histoire de la Madeleine.
A voir aussi:  Georgia Guidestones

Copyright

  • Louis Segond (LSG) by Public Domain sauf si spécifié autrement.
  • Image mise en avant : Image personnelle.

 

 

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu, pour fournir des fonctionnalités de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Politique de confidentialité et de cookies
Privacy & Cookies policy
Cookie nameActive

Qui sommes-nous ?

L’adresse de notre site Web est : https://k-dit-la-bible.com. Je suis un particulier qui habite en Auvergne en France. Voir la section « Objectif de ce site et qui suis-je? » pour un complément d’information.

Utilisation des données personnelles collectées

Commentaires

Quand vous laissez un commentaire sur notre site web, les données inscrites dans le formulaire de commentaire, mais aussi votre adresse IP et l’agent utilisateur de votre navigateur sont collectés pour nous aider à la détection des commentaires indésirables. Une chaîne anonymisée créée à partir de votre adresse de messagerie (également appelée hash) peut être envoyée au service Gravatar pour vérifier si vous utilisez ce dernier. Les clauses de confidentialité du service Gravatar sont disponibles ici : https://automattic.com/privacy/. Après validation de votre commentaire, votre photo de profil sera visible publiquement à coté de votre commentaire.

Vérification et publication des commentaires

Les commentaires

Les commentaires des visiteurs peuvent être vérifiés à l’aide d’un service automatisé de détection des commentaires indésirables. Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne répondent pas à nos critères de publication (à caractère indésirable ou ne correspondant pas à l’objet du site).

Formulaires de contact

Cookies

Si vous déposez un commentaire sur notre site, il vous sera proposé d’enregistrer votre nom, adresse de messagerie et site web dans des cookies. C’est uniquement pour votre confort afin de ne pas avoir à saisir ces informations si vous déposez un autre commentaire plus tard. Ces cookies expirent au bout d’un an. Si vous vous rendez sur la page de connexion, un cookie temporaire sera créé afin de déterminer si votre navigateur accepte les cookies. Il ne contient pas de données personnelles et sera supprimé automatiquement à la fermeture de votre navigateur. Lorsque vous vous connecterez, nous mettrons en place un certain nombre de cookies pour enregistrer vos informations de connexion et vos préférences d’écran. La durée de vie d’un cookie de connexion est de deux jours, celle d’un cookie d’option d’écran est d’un an. Si vous cochez « Se souvenir de moi », votre cookie de connexion sera conservé pendant deux semaines. Si vous vous déconnectez de votre compte, le cookie de connexion sera effacé. En modifiant ou en publiant une publication, un cookie supplémentaire sera enregistré dans votre navigateur. Ce cookie ne comprend aucune donnée personnelle. Il indique simplement l’ID de la publication que vous venez de modifier. Il expire au bout d’un jour.

Contenu embarqué depuis d’autres sites

Les articles de ce site peuvent inclure des contenus intégrés (par exemple des vidéos, images, articles…). Le contenu intégré depuis d’autres sites se comporte de la même manière que si le visiteur se rendait sur cet autre site. Ces sites web pourraient collecter des données sur vous, utiliser des cookies, embarquer des outils de suivis tiers, suivre vos interactions avec ces contenus embarqués si vous disposez d’un compte connecté sur leur site web.

Statistiques et mesures d’audience

Nous faisons des statistiques et mesures d’audience en interne (non publiées sur le site). Nous affichons seulement les statistiques classiques d’un site web : le nombre de vues sur les pages et le nombre de visites sur le site.

Utilisation et transmission de vos données personnelles

Nous ne faisons aucun commerce ni échange de données personnelles.

Durées de stockage de vos données

Les commentaires

Les commentaires des visiteurs peuvent être vérifiés à l’aide d’un service automatisé de détection des commentaires indésirables. Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne répondent pas à nos critères de publication. Si vous laissez un commentaire, le commentaire et ses métadonnées sont conservés indéfiniment. Cela permet de reconnaître et approuver automatiquement les commentaires suivants au lieu de les laisser dans la file de modération. Tous les utilisateurs et utilisatrices peuvent voir, modifier ou supprimer leurs informations personnelles à tout moment (à l’exception de leur nom d’utilisateur/trice). Les gestionnaires du site peuvent aussi voir et modifier ces informations. A venir : Pour les utilisateurs et utilisatrices qui s’inscrivent sur notre site (si cela est possible), nous stockons également les données personnelles indiquées dans leur profil.

Les droits que vous avez sur vos données

Si vous avez laissé des commentaires sur le site, vous pouvez demander à recevoir un fichier contenant toutes les données personnelles que nous possédons à votre sujet, incluant celles que vous nous avez fournies. Vous pouvez également demander la suppression des données personnelles vous concernant. Cela ne prend pas en compte les données stockées à des fins administratives, légales ou pour des raisons de sécurité.

Droits d'auteur

L'ensemble de ce site relève de la législation française et internationale sur le droit d'auteur et la propriété intellectuelle. Tous les droits de reproduction sont réservés, y compris pour les documents téléchargeables et les représentations iconographiques et photographiques. Certains visuels d'illustration de ce site sont propriété de l’auteur de ce site ou acheté à des tiers. Les droits d'utilisation, de reproduction et de diffusion sont strictement réservés à la communication de ce site. La reproduction de tout ou partie de ce site sur un support électronique quel qu'il soit est formellement interdite sauf autorisation expresse du directeur de la publication. La reproduction des textes de ce site sur un support papier est autorisée, tout particulièrement dans le cadre pédagogique, sous réserve du respect des trois conditions suivantes :
  •     Gratuité de la diffusion,
  •     Respect de l'intégrité des documents reproduits : pas de modification ni altération d'aucune sorte,
  •     Citation claire et lisible de la source, par exemple, sous la forme suivante « Ce document provient du site Internet K Dit la Bible https://www.k-dit-la-bible.com Les droits de reproduction sont réservés et strictement limités. »
Pour d'autres utilisations, veuillez contacter le responsable du site. Les marques citées ou sources sur ce site sont déposées par les sociétés qui en sont propriétaires.

Informations de contact

Vous pouvez nous contacter à cette adresse email : contact@k-dit-la-bible.com pour toute demande ou question. Nous vous remercions !

Mentions de Copyright

Les mentions de Copyright de chaque image(s) utilisée(s) sont indiquées par chaque article qui les utilise. La musique utilisée dans les versions audio des articles (mp3) et des vidéos hébergées par ce site a été acquise (achat) et est sous licence.  Source:  Envato - Purchase of "Adventure Cinematic” by Music Aura.
Save settings
Cookies settings