La grippe espagnole histoire se répète-t’elle avec celle de 2020?

La grippe espagnole histoire se répète-t'elle avec celle de 2020?


Version audio de l’article

Gemmes

L’histoire a répertorié entre 2 à 3 pandémies de grippe par siècle.

La «grippe espagnole», classée comme étant  une grippe de type A (H1N1), fut la pandémie mondiale du XXème siècle.

Elle s’est répandue  de mars 1918 à juillet 1921. Soit, exactement un siècle avant celle de 2020….

Est-ce qu’il y aurait des similitudes avec celle de 2020?

 

L’histoire

Cette pandémie fut surnommée «Grippe espagnole», car l’Espagne fut un des rares pays, à l’époque, à publier les informations relatives à cette épidémie.

 

Les populations touchées

Il a été estimée que cette pandémie, selon l’Institut Pasteur, a fait entre 20 à 50 millions de morts, et, selon une estimation refaite (?) en 2020, environ 2,5 à 5 % de la population mondiale.

Les premiers cas identifiés

Officiellement , le premier cas est enregistré le 4 mars 1918 dans le camp militaire de Funston au Kansas, Etats-Unis. Il s’agit d’un fermier du nom d’Albert Gitchell qui servait sous les drapeaux, qui aurait été contaminé par un de ses oiseaux malade. La maladie se propage: en avril, ce sont les hommes d’un cantonnement britannique à Rouen qui sont contaminés. Les troupes alliées, dans leurs mouvements, répandent l’épidémie: en Grande-Bretagne à Glasgow (mai), puis aux États-Unis, l’Italie et l’Allemagne. Le pic fut atteint au mois de juin 1918 alors, qu’en parallèle, de nouveaux cas se manifestent en Nouvelle-Écosse (Canada).

Les informations sur la maladie sont censurées car elles touchent les pays souffrant déjà de la guerre. En mai 1918, la grippe touche l’Espagne. Comme ce pays n’est pas en guerre, la presse espagnole est la première à le signaler, d’où, le nom de cette pandémie.

L’Europe considère l’épidémie terminée en juillet, bien que d’autres foyers épidémiques, plus localisés, sont observés en Inde et en Nouvelle-Zélande (juillet), et en Afrique du Sud (août).

Même aujourd’hui, il n’est pas établit s’il y avait une ou plusieurs souches.

Cette première vague présentait des symptômes bénins.

 

Les cas mortels à partir de Septembre 1918

Le 14 septembre 1918, les premiers cas mortels de cette grippe, sont signalés à Boston, aux Etats-Unis.

Ce fut la date qui marqua les premiers cas fatals de cette pandémie alors qu’elle était issue de celle qui s’était propagée en Europe.

La mortalité y est 10 à 30 fois plus élevée que les autres grippes, soit 2,5 à 3 % des grippés.

Les symptômes s’aggravent provoquant une hémorragie  qui attaque les poumons avec une issue souvent fatale.

Cette grippe est très contagieuse et se propage rapidement.  Le nombre de cas mortels augmentent de manière significative dans tout le Nord-Est des États-Unis, sur les côtes américaines du golfe du Mexique, la Californie et dans la majorité des grandes villes de l’Est américain. Le mois suivant, c’est tout le pays qui est touché atteignant le taux de mortalité le plus élevé : 5% des malades, ce qui représente 30 à 40% de la population.

L’Europe et d’autres pays dans le monde, à leur tour, ne sont pas épargnés. Le taux de mortalité global s’élève à 2% de la population.

 

Pandémie mondiale à partir d’Otobre 1918

La situation empire et commence à affecter l’économie.

Le nombre de personnes ne pouvant travailler ou refusant d’aller travailler par peur de la contagion, affecte sérieusement l’économie.

Les médecins n’ont aucune information pour savoir comment faire face à cette contagion. Ils font du mieux qu’ils peuvent, mais une infirmière sur quatre meurt. Ce sont les militaires, avec les mouvements entre l’Europe et les USA, qui sont les premiers touchés.

Vers mi-octobre, la pandémie continue à se propager par les Alliées en arrivant au Nord-Est de la France, pour toucher tout le territoire et entrer en Grande-Bretagne.

A leur tour, l’Espagne, l’Italie, l’Allemagne et les pays alentours sont progressivement touchés. Des marins européens, infectés par la grippe, la répandent malencontreusement en Afrique, Amérique du Sud, en Indes et en Chine, ainsi que vers l’Océanie : le stade de la pandémie est atteint.

L’épidémie devient aussi grave qu’aux États-Unis. C’est un médecin de la ville de Saint-Louis (Missouri),  Max C. Starkloff, qui met en place une distanciation sociale et qui limite le nombre de personnes en groupes et qui fait fermer les écoles.

Le port du masque fut mis en place.

Comme quoi, rien de nouveau dans les préconisations de 2020!

En Europe, les cas mortels sont bien plus élevés après quatre ans de guerre et de pénuries. Des villes entières sont paralysées, autant par la maladie que par sa crainte.  Pour la France et la Grande-Bretagne, mi-novembre à mi-décembre, c’est le pic de mortalité en raison de la saturation des infrastructures hospitalières.

La censure de la presse parle surtout des cas en Espagne et fait silence sur les dégâts en France.

L’Australie met en place une quarantaine stricte. Malheureusement, le virus se propage avec les mouvements des européens sur le continent africain, d’Amérique latine, les Indes, la Chine et l’Océanie. On estime qu’entre 30 à 80 % des populations locales sont touchées, dont 1 à 20 % de cas mortels. La vague dure entre deux à trois mois par région.

La pandémie s’essouffle pour s’éteindre début janvier 1919.

Mais l’accalmie est de courte durée: après deux mois, le nombre de cas reprend cette année-là. Mais cette vague est moins grave, beaucoup de personnes ayant développé une immunité suite aux vagues précédentes.

A voir aussi:  Premières paroles sur la Lune

Les foyers épidémiques sont donc éparses dans le monde et dureront jusqu’en 1920. L’Australie, qui était la plus épargnée par les vagues précédentes, résorbera cette vague en août 1919.

Le dernier cas enregistré est localisé en Nouvelle-Calédonie en juillet 1921.

 

Les chiffres

En un peu plus d’un an, la pandémie aura fait finalement plus de victimes dans le monde que la Première Guerre mondiale entre août 1914 et novembre 1918.

Selon l’historien Niall Johnson qui s’est basé sur la fourchette basse, les chiffres seraient, par rapport à leur population respective :

  • Inde : 18,5 millions – 6 %,
  • Chine : 4 à 9,5 millions – 0,8 à 2 %,
  • Europe Occidentale : 2,3 millions – 0,5 %,
  • États-Unis : 500 000 à 675 000 – 0,48 à 0,64 %.

 

Etudes sur la grippe espagnole ou le port du masque

Etude sur la grippe espagnole (Dr Fauci et ses collaborateurs)

Chose étonnante, le Dr Anthony Fauci, qui est l’expert de la Maison Blanche pour la pandémie du Covid qui a débuté en 2020, avait fait, en 2008, une étude en collaboration avec David M. Morens et Jeffery K. Taubengerger sur la grippe espagnole. Ils ont examiné les tissus provenant de 58 autopsies et données venant de 109 publications d’autopsies basées sur 8’398 individus.

Cette étude fut publiée dans «Journal of Infectious Diseases» du mois d’octobre 2008 sous le titre «Rôle prédominant de la pneumonie bactérienne comme cause de décès dans la grippe pandémique: implications pour la préparation à la grippe pandémique» (voir la section «En savoir plus»).

Leurs analyses et conclusion étaient des plus étonnantes au regard de ce qui a été préconisé au XXIème siècle.

La conclusion est que le nombre de morts s’est vu multiplié par le port du masque, non approprié et mal porté, qui était un bouillon de bactéries sur le visage qui a déclenché des pneumonies bactériennes.

Si l’on se fit au graphe des sources donnant un extrait de leurs analyses (voir section «En savoir plus»), il y aurait eu au moins 50 millions de morts sur les 500 millions contaminées. Soit un tiers de la population mondiale d’alors.

Pendant la pandémie de 1918-1919, il n’y avait pas d’antibiotiques pour éliminer les bactéries. L’antibiotique fut découvert seulement en 1928 et utilisé par le biologiste écossais Alexander Fleming seulement à partir de 1941.

L’analyse du Dr Fauci et de ses collègues indique que la grande majorité des décès résultait d’une pneumonie bactérienne secondaire. Ces bactéries se trouvaient dans le système respiratoire, ce qui fait que le port du masque n’a pas du tout aidé dans cette situation: tissu du masque humide avec la condensation de la respiration, réutilisation, utilisation prolongée, mauvaise filtration de l’air, augmentation des bactéries… Le bon bouillon de culture qu’il fallait pour abaisser le système immunitaire et s’affaiblir au point de ne pas tenir face à une grippe.

 

Etude de 2015 sur le port du masque

Il eut, en mars 2015, une étude publiée sur BMJ sous le titre «Un essai de masques en tissu par rapport aux masques médicaux chez les travailleurs de la santé.» qui mettait en cause les masques utilisés par les professionnels de la santé, supérieur en qualité par rapport à ceux mis à la disposition de la population.

Extrait de cette étude:

« Cette étude est le premier “essai aléatoire contrôlé (ERC)” de masques en tissu, et les résultats mettent en garde contre l’utilisation de ceux-ci.
Il s’agit d’une découverte importante pour s’informer à propos de la santé et de la sécurité au travail.
En plus de la rétention d’humidité, la réutilisation des masques en tissu et une mauvaise filtration peuvent entraîner un risque accru d’infection.
Plus de recherches sont nécessaires pour s’informer sur l’utilisation répandue des masques en tissu dans le monde. Cependant, en tant que mesure de précaution, les masques en tissu ne doivent pas être recommandés pour les travailleurs de la santé, en particulier les situations à haut risque et les préconisations doivent être mises à jour.»

 

Recommandation de l’OMS sur le port du masque

Même l’OMS a publié une recommandation de ne PAS porter de masque si l’on est en bonne santé et si on ne s’occupe pas de personnes malades.

Extrait :

«Il n’existe aucune preuve spécifique suggérant que le port de masques par la population de masse présente un quelconque avantage potentiel”, a déclaré le Dr Mike Ryan, épidémiologiste spécialisé dans les maladies infectieuses et la santé publique et directeur exécutif du programme des urgences sanitaires de l’OMS, lors d’un point de presse. “En fait, certaines données suggèrent le contraire dans l’utilisation abusive du port ou de l’ajustement correct d’un masque”.»

 

Selon la Bible

Une épidémie, comme la peste par exemple, a toujours été, sous l’Ancien Testament, un signe de jugement de Dieu contre une nation.

Mais attention! Dieu ne le fait pas gratuitement. Il y a une raison. Il ôte Sa protection lorsqu’une nation refuse d’écouter ses avertissements répétés et qu’elle refuse de faire ce qui est juste.

 

Lévitique 26 versets 21 à 25.

  • Si vous me résistez et ne voulez point m’écouter, je vous frapperai sept fois plus selon vos péchés.
    J’enverrai contre vous les animaux des champs, qui vous priveront de vos enfants, qui détruiront votre bétail, et qui vous réduiront à un petit nombre; et vos chemins seront déserts.
    Si ces châtiments ne vous corrigent point et si vous me résistez, je vous résisterai aussi et je vous frapperai sept fois plus pour vos péchés.
    Je ferai venir contre vous l’épée, qui vengera mon alliance; quand vous vous rassemblerez dans vos villes, j’enverrai la peste au milieu de vous, et vous serez livrés aux mains de l’ennemi.

Sous la nouvelle alliance, Dieu révèle Sa nature: Il veut que nous ayons Sa vie et non la mort du voleur (le diable) qui est le véritable destructeur.  Les livres de l’Ancienne Alliance n’avait pas une véritable connaissance de la nature de Dieu. C’est Jésus qui est venu révéler le Père ainsi que Sa nature.

A voir aussi:  Christophe Colomb

Pourtant, on voit des indices dans le livre de Job et lors d’une anecdote avec le Roi David lorsque ce destructeur l’incita à faire le dénombrement du peuple alors que Dieu avait donné l’ordre de ne jamais le faire. Des passages indiquent clairement que c’est le diable qui est derrière la destruction en incitant des gens à prendre des décisions qui mènent à la mort.

Jésus a clairement dit dans Jean 10 verset 10:

  • Le voleur ne vient que pour dérober, égorger et détruire; moi, je suis venu afin que les brebis aient la vie, et qu’elles soient dans l’abondance.

Toute contagion est un voleur de vies.

Jésus est venu pour nous libérer de ces malédictions afin que nous soyons des personnes bénies par Dieu le Père.

Galates 3 versets 13 à 14.

  • Christ nous a rachetés de la malédiction de la loi, étant devenu malédiction pour nous-car il est écrit: Maudit est quiconque est pendu au bois, – afin que la bénédiction d’Abraham eût pour les païens son accomplissement en Jésus Christ, et que nous reçussions par la foi l’Esprit qui avait été promis.

 

Que faut-il retenir ?

On peut se demander pourquoi le port du masque a été imposé alors que des études et analyses antérieures ont conclus que son efficacité est non prouvée, voire, néfaste.

Un bout de tissu, loin du masque des professionnelles de la santé, alors que leurs masques sont aussi mis en cause par d’autres études.

Il y aurait-il d’autres motifs impérieux derrière toutes ces préconisations?

Je vous laisse réfléchir.

Mais nous souhaitons finir avec une note d’espoir.

Oui, il y a dans ce monde un être qui cherche à détruire la race humaine: le diable.

Mais Jésus est venu pour payer le prix afin que nous ne soyons plus sous la malédiction.

Dieu le Père vous invite à vous abriter sous Son refuge: la protection qu’Il offre à Ses enfants.

Voici les paroles de réconfort et invitation qu’Il nous donne:

Psaumes 91 versets 1 à 7.

  • Celui qui demeure sous l’abri du Très Haut Repose à l’ombre du Tout Puissant.
    Je dis à l’Éternel: Mon refuge et ma forteresse, Mon Dieu en qui je me confie!
    Car c’est lui qui te délivre du filet de l’oiseleur, De la peste et de ses ravages.
    Il te couvrira de ses plumes, Et tu trouveras un refuge sous ses ailes; Sa fidélité est un bouclier et une cuirasse.
    Tu ne craindras ni les terreurs de la nuit, Ni la flèche qui vole de jour,
    Ni la peste qui marche dans les ténèbres, Ni la contagion qui frappe en plein midi.
    Que mille tombent à ton côté, Et dix mille à ta droite, Tu ne seras pas atteint;

Au milieu des ténèbres et de la mort qui frappent dans ce monde, Dieu vous invite à vous réfugier en Lui. Voulez-vous accepter Son invitation?

 

Vous avez aimé cet article ?

Ne pas hésiter à laisser un commentaire, vous abonner pour recevoir une notification lorsqu’il y a un nouvel article, de partager sur les réseaux sociaux…

Plus de détails et les sources sont données dans la section ci-dessous « En savoir plus… ».

Ce que dit la Bible

Commentaires

Ecritures

Dieu ne veut pas qu’on ait peur.

Il nous offre un refuge si nous l’acceptions dans notre vie.

Psaumes 91 en entier

Celui qui demeure sous l’abri du Très Haut Repose à l’ombre du Tout Puissant.
Je dis à l’Éternel: Mon refuge et ma forteresse, Mon Dieu en qui je me confie!
Car c’est lui qui te délivre du filet de l’oiseleur, De la peste et de ses ravages.
Il te couvrira de ses plumes, Et tu trouveras un refuge sous ses ailes; Sa fidélité est un bouclier et une cuirasse.
Tu ne craindras ni les terreurs de la nuit, Ni la flèche qui vole de jour,
Ni la peste qui marche dans les ténèbres, Ni la contagion qui frappe en plein midi.
Que mille tombent à ton côté, Et dix mille à ta droite, Tu ne seras pas atteint;
De tes yeux seulement tu regarderas, Et tu verras la rétribution des méchants.
Car tu es mon refuge, ô Éternel! Tu fais du Très Haut ta retraite.
 Aucun malheur ne t’arrivera, Aucun fléau n’approchera de ta tente.
 Car il ordonnera à ses anges De te garder dans toutes tes voies;
 Ils te porteront sur les mains, De peur que ton pied ne heurte contre une pierre.
Tu marcheras sur le lion et sur l’aspic, Tu fouleras le lionceau et le dragon.
Puisqu’il m’aime, je le délivrerai; Je le protégerai, puisqu’il connaît mon nom.
Il m’invoquera, et je lui répondrai; Je serai avec lui dans la détresse, Je le délivrerai et je le glorifierai.
 Je le rassasierai de longs jours, Et je lui ferai voir mon salut.

Pustules contre les Egyptiens qui ne reconnaissaient pas Dieu.

Exode 9 verset 10.

Ils prirent de la cendre de fournaise, et se présentèrent devant Pharaon; Moïse la jeta vers le ciel, et elle produisit sur les hommes et sur les animaux des ulcères formés par une éruption de pustules.

La peste est dans la liste des malédictions de ce qui rejettent Dieu.

Deutéronome 28 verset 21.

L’Éternel attachera à toi la peste, jusqu’à ce qu’elle te consume dans le pays dont tu vas entrer en possession.

La peste fut envoyé contre Israel lorsque le roi David fit le dénombrement du peuple, contre l’ordre donné par Dieu de ne jamais le faire.

L’histoire est relatée deux fois (Livres de Chroniques et Samuel). Un des livres révèle que c’est satan, le destructeur, qui l’a incité à faire cette faute.

2 Samuel 24 versets 1 et 15.

La colère de l’Éternel s’enflamma de nouveau contre Israël, et il excita David contre eux, en disant: Va, fais le dénombrement d’Israël et de Juda.

(…)

L’Éternel envoya la peste en Israël, depuis le matin jusqu’au temps fixé; et, de Dan à Beer Schéba, il mourut soixante-dix mille hommes parmi le peuple.

 

1 Chroniques 21 versets 1 et 14.

 Satan se leva contre Israël, et il excita David à faire le dénombrement d’Israël.

(…)

L’Éternel envoya la peste en Israël, et il tomba soixante-dix mille hommes d’Israël.

L’histoire de Job révèle de quelle manière le diable provoque Dieu a ôter Sa protection, pensant que la personne (Job en l’instance) va se rebeller contre Lui.

Job 1 versets 8 à 12.

L’Éternel dit à Satan: As-tu remarqué mon serviteur Job? Il n’y a personne comme lui sur la terre; c’est un homme intègre et droit, craignant Dieu, et se détournant du mal.

Et Satan répondit à l’Éternel: Est-ce d’une manière désintéressée que Job craint Dieu?

Ne l’as-tu pas protégé, lui, sa maison, et tout ce qui est à lui? Tu as béni l’oeuvre de ses mains, et ses troupeaux couvrent le pays.

Mais étends ta main, touche à tout ce qui lui appartient, et je suis sûr qu’il te maudit en face.

L’Éternel dit à Satan: Voici, tout ce qui lui appartient, je te le livre; seulement, ne porte pas la main sur lui. Et Satan se retira de devant la face de l’Éternel.

Sources externes

En anglais

  • ‘Plan’demic (.com)
A voir aussi:  Les exercices simulant une pandémie bien avant 2020 de manière troublante

Articles :

En Français

En anglais

  • Oxford academic (academic .oup.com) : Predominant role of bacterial pneumonia as a cause of death in pandemic influenza : implications for pandemic Influenza preparedness(extract).
  • ncbi (nlm, nih.gov) : Predominant role of bacterial pneumonia as a cause of death in pandemic influenza : implications for pandemic Influenza preparedness (similar extract – 2ndsource).
  • CDC (Centers for Disease Control and Prevention) – cdc (.gov) – 1918 Pandemic (H1N1 virus).
  • Bmjopen (.bmj.com) : A cluster randomised trial of cloth masks compared with medical masks in healthcare workers.
    • «Conclusions This study is the first RCT of cloth masks, and the results caution against the use of cloth masks. This is an important finding to inform occupational health and safety. Moisture retention, reuse of cloth masks and poor filtration may result in increased risk of infection. Further research is needed to inform the widespread use of cloth masks globally. However, as a precautionary measure, cloth masks should not be recommended for HCWs, particularly in high-risk situations, and guidelines need to be updated.» Trial registration number Australian New Zealand Clinical Trials Registry: ACTRN12610000887077.
  • WHO – WHO stands by recommendation to not wear masks if you are not sick or not caring for someone who is sick.
    • “There is no specific evidence to suggest that the wearing of masks by the mass population hasany potential benefit,” Dr. Mike Ryan, an epidemiologist who specializes in infectious diseases and public health and who is the executive director of the WHO health emergencies program, said at a media briefing. “In fact, there’s some evidence to suggest the opposite in the misuse of wearing a mask properly or fitting it properly”.
  • Online Library wiley (.com) – Face masks pose serious risks to the healthy (link forbiden for this site). Extract :
    • “As for the scientific support for the use of face masks, a recent careful examination of theliterature, in which 17 of the best studies were analyzed, concluded that, “None of the studies established a conclusive relationship between mask/respirator use and protection against influenza infection.” Keep in mind, no studies have been done to demonstrate that either a cloth mask or the N95 mask has any effect on transmission of the COVID-19 virus. Any recommendations, therefore, have to be based on studies of influenza virus transmission. The fact is, there is no conclusive evidence of their efficiency in controlling flu virus transmission.  ” Russell Blaylock, MD.

Copyright

  • Louis Segond (LSG) by Public Domain
  • Image mise en avant : image remaniée sans droits de flickr – Attribution 2.0 generic (cc by 2.0).
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire