Albert Einstein

Albert Einstein


Version audio de l’article

Gemmes

Albert Einstein est de ceux qui ont eu un parcours atypique. On l’a surnommé «le père de la relativité» pour avoir découvert cette théorie. Mais comment est-il arrivé là?

 

Découvrons-le ensemble…

Réussite malgré un échec scolaire

Ses débuts en Europe

Albert Einstein est né le 14 mars 1879 à Ulm, dans la région de Wurtemberg (Allemagne). Sa famille est juive non pratiquante. L’école ne semble pas lui réussir: mauvais élève , étourdi et s’opposant à l’autorité des professeurs, il est renvoyé de l’école à l’âge de 15 ans. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, Einstein n’a pas su parler couramment avant l’âge de neuf ans. Oui: 9 ans! Il se forma aux mathématiques en autodidacte. Il n’obtint pas le baccalauréat, mais il réussi à entrer à l’école Polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ). En fait, il avait râté l’examen d’entrée, mais les professeurs, voyant son potentiel, lui permettent de le repasser une deuxième fois. Il réussi l’examen en 1896 et obtint son diplôme de justesse (1900). Selon ses propres propos, il a du mal à suivre les cours et de prendre des notes de manière scolaire.

C’est à l’EPFZ qu’il se lie d’amitié avec le mathématicien Marcel Grossmann qui l’aidera, plus tard, en géométrie non euclidienne. Mileva Maric, une des premières étudiantes féminines de l’école, devient sa première épouse en 1903 et elle l’épaulera sur la théorie de la relativité. Leur premier enfant, Hans-Albert voit le jour en 1904 et le deuxième, Eduarden, en 1910. En 1902, elle avait accouché d’une fille du nom de Liesert (Elisabeth) dont on perd la trace: elle était née hors mariage chez les parents de Mileva.

Ayant abandonné sa nationalité allemande, il obtient la nationalité suisse en 1901.

Pour gagner sa vie, il travaille dans un emploi administratif à Berne, la capitale Suisse. En parallèle, il fait des recherches et publie ses résultats sur la capillarité restreinte, la théorie des quanta et le mouvement Brownien en 1905. Il est petit à petit reconnu par ses pairs en Suisse, Prusse et Allemagne.

C’est la fameuse équation «E=mc2» – formule de transformation à l’origine de la fission nucléaire – qui le propulse au niveau mondial.

Il reçoit le 9 juillet 1909 une distinction «Docteur honoris causa» de l’université de Genève et devient professeur associé à l’université de Zurich.

En 1911, c’est l’université allemande de Prague qui le prend comme professeur. Il est invité au premier congrès Solvay, en Belgique, où les scientifiques les plus connus se retrouvent, ce qui lui permet de rencontrer Marie Curie, Max Planck et Paul Langevin.

En 1913, il devient membre de l’Académie des Sciences de Prusse.

Il s’installe à Berlin en 1914, juste avant la première guerre mondiale. Lorsque la guerre éclate, il reste à Berlin pour développer sa théorie sur la gravitation. Il devient membre de l’Académie Royale des Sciences et des Lettres de Berlin. Mais Mileva et Albert se séparent: elle rentre en Suisse avec les enfants: Eduard passera une bonne partie de sa vie en clinique pour ce qui semble être une schizophrénie et Hans-Albert deviendra ingénieur en Californie. Leur divorce sera prononcé en 1919: Albert épousera sa cousine Elsa la même année. Mileva donnera des cours de mathématiques et de piano.

A voir aussi:  7-La statue de Nebucadnestar – La pierre

En 1916, il publie «Théorie de la relativité restreinte et générale» qui supplante la théorie de la gravitation universelle d’Isaac Newton et qui servira de base à la physique moderne. En 1921,

Il reçoit le prix Nobel de Physique pour cette découverte puis la médaille Copley en 1925 et celle de Franklin dix ans plus tard.

Albert Einstein professe aussi des engagements politiques et des idées philosophiques. Il est pacifiste et soutient le

mouvement des juifs qui demandent un territoire pour leur peuple. Il refusera un poste de présidence de l’État Israélien proposé par Ben Gourion en personne en 1952.

Einstein dira: «J’ai passé ma vie à étudier des problèmes objectifs et je manque à la fois de l’aptitude naturelle et de l’expérience nécessaires pour traiter des problèmes humains et exercer des fonctions officielles».

En 1919, la Société des Nations fait appel à lui. En 1928, il devient le Président de la Ligue des Droits de l’Homme.

Avec la montée du nazisme en Allemagne, sa maison de Caputh est saccagée par les nazis. Devant cette menace, il s’exile aux États-Unis en 1933 après un court séjour en Belgique.

Exil aux États-Unis

C’est son ami Abraham Flexner et fondateur de l’Institute for Advanced Study de Priceton dans le New Jersey, qui l’a invité à venir aux États-Unis. Il le prend comme professeur, ce qui lui permet de poursuivre, en parallèle, ses recherches sur la théorie globale des champs qui porte sur les quatre interactions élémentaires qui forment le coeur de la recherche fondamentale: la gravitation, l’interaction électromagnétique, l’interaction faible et l’interaction forte.

On l’alerte sur le risque de voir la fission nucléaire être utilisée par le Troisième Reich pour créer une arme puissante. Il accepte de signer une lettre écrite par des physiciens nucléaires qui veulent alerter le Président des États-Unis de ce danger extrême le 2 août 1939. Il regrettera d’avoir signé cette lettre toute sa vie, car, cette lettre qui se voulait préventive, va mener au projet Manhattan, lançant les recherches sur la bombe nucléaire.

Ses convictions politiques et philosophiques lui vaut les foudres de Joseph McCarthy, directeur du FBI. Einstein avait, en effet, écrit une lettre avec un professeur anglais, WIlliam Frauenglass, suspecté de sympathies communistes. Einstein y dénonçait ce qu’il appelait «le maccarthysme» et encourageait les intellectuels à s’y opposer, y voyant des parallèles avec ce qu’il avait vu, en 1930, avec la montée du nazisme. Le FBI ouvre donc un dossier contre lui et John McCarthy l’attaque au Congrès en le traitant «d’ennemi de l’Amérique». Sa secrétaire est aussi impliquée, accusée d’espionnage au service de l’URSS! L’affaire est classée en 1954 sans preuve concluante.

A voir aussi:  Il a voulu prouver que c'était faux - L'enquête de Lee Strobel

 

Ses engagements contre les discriminations raciales

Einstein est surpris par la discrimination raciale qui existe aux États-Unis. Vivant au sein d’une communauté noire à Princeton, il est témoin de la ségrégation quotidienne. Il refuse alors d’intervenir dans les universités pratiquant cette ségrégation. Il se lie d’amitiés avec Paul Robeson, un chanteur noir, et devient avec lui un défenseur des droits civiques luttant contre le racisme. Tous deux militent aussi contre le franquisme, ajoutant une autre morceau au dossier de MacArthy contre lui.

Il est alors harcelé par le FBI pour ses convictions politiques. Einstein se porte garant pour W. E. B. Du Bois, fondateur de l’Association pour la Défense et la Promotion des Noirs (NAACP) qui est jugé par la Cour Fédérale pour haute trahison. Les juges n’osent plus le condamner.

Ses convictions religieuses et philosophiques

En 1929, le rabbin Herbert S. Goldstein lui demande: «Croyez-vous en Dieu?». Ce à quoi Einstein répond: «Je crois au Dieu de Spinoza qui se révèle lui-même dans l’ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se soucie du destin et des actions des êtres humains». Il croit seulement en un Jésus historique.

Il propose une nouvelle vision du monde dans son livre «Comment je vois le monde», publié en 1934.

Il ne croit pas en l’astrologie et il soutient la cause végétarienne qu’il présente comme un idéal.

Décès

Einstein s’éteint le 18 avril 1955 d’une rupture d’anévrisme.

Son cerveau et ses yeux seront prélevés (sans son consentement) pour être étudiés pour découvrir la source de son intelligence.

Selon la Bible

Lorsque l’on considère la vie des «Héros de la foi», on peut voir qu’ils avaient des imperfections. Pourtant, Dieu les a fait aller au-delà de leurs limites.

Moïse, le bégayeur, est devenu le porte-parole de Dieu devant Pharaon, alors le plus puissant dirigeant de l’époque sur terre.

Jacob, qui trompa deux fois son frère et son père pour voler le droit d’aînesse et la bénédiction, fut trompé par son beau-père multiples fois: pourtant, Dieu le déclara «Prince de Dieu» (Israël).

David était le dernier fils des huit enfants de Jesse. Il était celui qui gardait les troupeaux de brebis. Pourtant, Dieu l’éleva pour qu’il devienne roi d’Israël…

Que faut-il retenir ?

Ce ne sont pas nos conditions de naissance ni notre éducation qui nous déterminent.

C’était mal parti pour Albert Einstein: inaptitude à suivre le cursus scolaire, problème d’expression jusqu’à l’âge de neuf ans. Pourtant, regardez ce qu’il a accompli par la suite: on le considère aujourd’hui pour un génie!

A voir aussi:  L’histoire derrière le chant Grande est ta fidélité

Nos limites sont des choses sont temporaires. Chacun d’entre nous a le pouvoir de prendre une autre route si nous ne nous arrêtons pas à nos limites.

Quelques citations d’Epstein qui vous remettrons du baume au cœur:

  • «Tout le monde a du génie, mais si vous jugez un poisson à sa capacité à grimper à un arbre, il pensera toute sa vie qu’il est stupide.»
  • «La créativité, c’est l’intelligence qui s’amuse.»
  • «Au milieu de la difficulté se trouve l’opportunité».


Une partie du Psaumes 8 (versets 3 à 8) nous montre comment Dieu nous voit:

  • Quand je contemple les cieux, ouvrage de tes mains, La lune et les étoiles que tu as créées:
    Qu’est-ce que l’homme, pour que tu te souviennes de lui? Et le fils de l’homme, pour que tu prennes garde à lui?
    Tu l’as fait de peu inférieur à Dieu, Et tu l’as couronné de gloire et de magnificence.
    Tu lui as donné la domination sur les œuvres de tes mains, Tu as tout mis sous ses pieds,
    Les brebis comme les bœufs, Et les animaux des champs,
    Les oiseaux du ciel et les poissons de la mer, Tout ce qui parcourt les sentiers des mers.

Les circonstances ne devraient pas nous enfermer. L’apôtre Paul, qui a subi bien des épreuves (persécutions, coups de fouets, naufrages…), le proclame:

Philippiens 4 versets 12 et 13.

  • Je sais vivre dans l’humiliation, et je sais vivre dans l’abondance. En tout et partout j’ai appris à être rassasié et à avoir faim, à être dans l’abondance et à être dans la disette.
    Je puis tout par celui qui me fortifie.

Jésus est celui qui l’a fortifié. Il peut le faire pour vous….

L’important est que vous trouviez votre voie et qu’elle soit une source de ce qui vous apporte de la joie.

 

Vous avez aimé cet article ?

Ne pas hésiter à laisser un commentaire, vous abonner pour recevoir une notification lorsqu’il y a un nouvel article, de partager sur les réseaux sociaux…

Plus de détails et les sources sont données dans la section ci-dessous « En savoir plus… ».

Sources externes

Sites web :

En Français

En anglais

Vidéos à rechercher :

En Français

En anglais

 

Copyright

  • Louis Segond (LSG) by Public Domain
  • Image mise en avant : Albert Einstein – source: wikipédia (.fr) – Albert Einstein. Création : Copyrighted 1947, copyright not renewed. Einstein’s estate may still claim copyright on this image, but any such claim would be considered illegitimate by the Library of Congress. No known restrictions.

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire