L’Evangile de Paul : qu’est-ce que c’est ?

L’Evangile de Paul : qu’est-ce que c’est ?


Version audio de l’article

Gemmes

Beaucoup pensent vivre l’Evangile alors que peu en connaissent les principes de bases.

Savez-vous que l’Apôtre Paul parle de « son évangile »?

Voulez-vous savoir ce qu’est l’Evangile selon la Bible ?

Selon la Bible

Le mot « évangile » vient du grec ancien qui veut dire « Bonne Nouvelle ».

Romains 1 :16-17.

  • Car je n’ai point honte de l’Évangile: c’est une puissance de Dieu pour le salut de quiconque croit, du Juif premièrement, puis du Grec, parce qu’en lui est révélée la justice de Dieu par la foi et pour la foi, selon qu’il est écrit: Le juste vivra par la foi.

Une fois que nous avons reçu Jésus dans notre cœur, ce n’est qu’un début, car nous devons, non seulement accepter l’Evangile, mais le VIVRE !

Ce n’est pas seulement une doctrine, mais un mode de vie, car il s’agit de manifester la vie de Christ. C’est un évangile de bonnes nouvelles !

L’Evangile est la puissance de Dieu pour le salut de quiconque croit. Il apporte :

  • La vie dans votre corps
  • La vie dans votre mental
  • La vie dans votre vie matérielle.

Cet évangile révèle la Justice de Dieu qui est obtenue par la foi et pour la foi.

Nous devons apprendre à vivre constamment par la foi tout au long de notre vie. La transformation dans notre cœur influe sur notre comportement, nos actions, notre manière de penser.

Pour tous ceux qui croient, le salut peut se manifester dans tous les domaines de leur vie. Nous pouvons avoir la foi développée dans un domaine de notre vie et pas dans d’autres. Il faut veiller à grandir et à l’appliquer dans tous les domaines.

 

Condamnation de la loi versus la loi de liberté d’Esprit et de vie

La loi vous rend conscient de tout ce que vous êtes et faites. En gros, elle vous met le nez sur votre nombril, sur vos manquements et vos erreurs. Elle a été instaurée pour vous faire réaliser que nous avions besoin d’être sauvé de notre propre nature !

Mais qu’est-ce que la loi dans notre quotidien ? Ce sont des objectifs que nous nous donnons pour plaire à Dieu par nos efforts ou juste « pour faire le bien ».

« Mais nous devons faire le bien ! » me direz-vous. Oui, bien sûr. Mais dieu regarde à la source de nos actions : est-ce que nous le faisons pour gagner des bons points ou pour juste faire le bien sans Lui, ou est-ce que nous le faisons parce que Son amour déborde de nous et que nous collaborons avec Lui ?

La Bible parle d’une autre loi : Celle de l’Esprit de vie et de liberté qui vous amène à fixer vos yeux sur Christ et sur tout ce qu’Il a fait pour vous. En réalisant ce qu’Il a fait pour vous, vous cessez de regarder à vous-même, à vos limites, vos échecs, et vous finissez par recevoir de Lui.

C’est en réalisant Son amour pour vous que vous êtes transformés, et non en essayant, par vos forces humaines, de vous conformer à ce que la loi (commandements) demande.

Le Saint Esprit nous a été donné afin de nous amener A CHRIST. Le Saint Esprit glorifie Jésus.

 

L’évangile de Paul

Romains 2 verset 16.

  • C’est ce qui paraîtra au jour où, selon mon Évangile, Dieu jugera par Jésus Christ les actions secrètes des hommes.

Paul parle de « mon évangile » !

De la même manière, nous devons nous approprier cet évangile de grâce !

Mais quel est « son évangile ? »

Jean 3 verset 36.

  • Celui qui croit au Fils a la vie éternelle ; celui qui ne croit pas au Fils ne verra point la vie, mais la colère de Dieu demeure sur lui.

Cet évangile repose sur l’annonce de ce que Jésus a fait pour nous !

Romains 16 verset 25.

  • A celui qui peut vous affermir selon mon Évangile et la prédication de Jésus Christ, conformément à la révélation du mystère caché pendant des siècles.

La « prédication de Jésus Christ » était le thème central de « l’évangile de Paul ». De la même manière, Christ doit être au centre de tout ce que l’on enseigne. Si ce n’est pas le cas, que reste-t’il ? Une morale ?

 

Quel est le cœur de Jésus envers vous ?

On peut prendre l’exemple de Paul qui, à son époque, était connu pour persécuter l’église de Christ, allant chercher les chrétiens jusque dans leurs maisons pour les faire mettre en prison, des fois en sachant qu’ils allaient être torturés et mis à mort.

Qu’a fait Jésus ? Alors que Saul (ancien nom de Paul) était en chemin pour persécuter davantage de Chrétiens hors de la juridiction de son pays, Jésus a fait briller Sa lumière. Il s’est révélé à lui pour mettre fin au zèle déplacé de Paul et afin de lui révéler l’Evangile de grâce.

Actes 9 :3

  • Comme il était en chemin, et qu’il approchait de Damas, tout à coup une lumière venant du ciel resplendit autour de lui.

S’ensuit ce dialogue:

Actes 9 :5

  • Il répondit: Qui es-tu, Seigneur? Et le Seigneur dit: Je suis Jésus que tu persécutes. Il te serait dur de regimber contre les aiguillons.

Ce fut un choc pour Paul d’apprendre qu’il était en train de persécuter des gens qu’il pensait être des adeptes d’une fausse doctrine : celle d’un faux Messie. Mais voilà que celui qu’il prenait pour un faux Messie qui avait été mis à mort lui adresse la parole !

Paul donna son cœur à Jésus et dû revoir toutes ses croyances à la lumière, justement, du Christ !

Nous avons alors une partie de l’enseignement que Paul a donné dans les versets qui suivent. Le thème de son enseignement : Christ, ressuscité des morts, remplissant la promesse annoncée à Dieu.

Paul n’utilise pas le mot « repentance » dans ce passage, mais son enseignement encourage les personnes à changer leurs perspectives : à croire qu’elles sont pardonnées de tous leurs péchés et que Christ est mort pour elles.

L’Agneau de Dieu a payé le prix de nos fautes une fois pour toutes : c’est la justification par la foi.

Paul ne dit pas : « vous devrez vous repentir et prier pendant longtemps pour expier vos fautes ». Non ! C’est Jésus qui a tout fait pour nous.

Actes 13 versets 38 à 39.

  • Sachez donc, hommes frères, que c’est par lui que le pardon des péchés vous est annoncé, et que quiconque croit est justifié par lui de toutes les choses dont vous ne pouviez être justifiés par la loi de Moïse.

Jésus nous justifie de toutes les choses « dont vous ne pouviez être justifiés par la loi de Moïse ».

Vous avez été déclarés justes ! Une fois que vous y croirez, votre vie finira par donner des fruits à la gloire de Dieu !

 

Mélange entre Loi et grâce

Dans Actes 15 versets 1 à 2, les disciples eurent une discussion assez houleuse car les juifs, qui avaient pourtant accepté Jésus comme leur sauveur, continuaient à faire un amalgame avec la Loi : ils voulaient que les non-juifs nouvellement convertis se fassent circoncire comme si cet acte faisait partie du salut !

Peut-être que cela vous fait rire, mais de nos jours, les enseignements dans les églises mélangent souvent des notions de l’Ancien Testament (la loi) avec celles du Nouveau Testament (la grâce). A tel point, que Paul a dû faire face à ce problème plusieurs fois dans ces lettres, notamment celle aux Galates qui est dédiée à ce thème !

A voir aussi:  Quel est ce Millénium dans la Bible?

Par exemple, il explique qu’Abraham est le père (dans le sens exemple à suivre) des juifs et non juifs (Romains 4 :13-16). La loi de Moïse, survenue des siècles plus tard, ne peut supplanter la promesse qui a été faite à Abraham. Pourquoi ? Parce qu’Abraham « crut Dieu » : il a eu foi en la promesse que Dieu lui a faite.

De nos jours, les promesses de Dieu s’obtiennent toujours par la foi. La foi, c’est juste Lui faire confiance et croire que ce qu’Il dit est vrai.

Du coup, il est dit qu’Abraham est le père des juifs et non juifs car tous doivent vivre et marcher par la foi !

Beaucoup de gens étaient guéris par les apôtres.

Les religieux furent jaloux au point de s’opposer pleinement à l’enseignement de Paul. Les religieux auraient pourtant dû être les premiers à adhérer puisqu’ils cherchent à plaire à Dieu. Mais ils ont préféré la gloire des hommes au-dessus de celle de Dieu.

Actes 13 verset 44-45.

  • Le sabbat suivant, presque toute la ville se rassembla pour entendre la parole de Dieu.
  • Les Juifs, voyant la foule, furent remplis de jalousie, et ils s’opposaient à ce que disait Paul, en le contredisant et en l’injuriant.

Paul, lui aussi un ancien pharisien, fut le premier à enseigner la grâce de Dieu. Il eut la révélation que chercher à se conformer à la loi ne fait que vous rendre malheureux car, plus on essaie de s’y conformer, moins on n’y arrive pour constater que rien de bon est en nous.

Romains 7 verset 18.

  • Ce qui est bon, je le sais, n’habite pas en moi, c’est-à-dire dans ma chair: j’ai la volonté, mais non le pouvoir de faire le bien.

Paul ne mâche pas ses mots. Ceux qui se détournent de l’Evangile qu’il enseigne – la grâce de Christ- sont « anathèmes », c’est-à-dire « maudits » (Galates 1 :6-9). Voir Deutéronome 28 pour la liste des malédictions qui tombent sur ceux qui sont maudits !

Lorsqu’on y réfléchit, il s’agit de l’unique malédiction dans le Nouveau Testament !

Jésus prophétisa un jugement sur plusieurs villes (Matthieu 11 :20-23), mais vous serez surpris en découvrant pour quel motif !

Les trois villes citées par Jésus étaient très connues : Chorazin, Bethsaïda et Capernaum. Ces villes ont « juste » rejeté l’Evangile de Christ bien qu’elles aient été témoins de miracles, de signes et de prodiges !

Et pourtant, Jésus dit que Sodome aurait été sauvée, malgré des péchés que certains jugent « pires », si cette ville avait entendu l’Evangile !

Rejeter l’Evangile de Christ est plus sévèrement jugé que les péchés de Sodome !

Peut-être que vous pensez que c’est injuste. Mais réfléchissez : ces villes ont vu des milliers de gens être guéris de maladies ou d’infirmités incurables ! Ces signes et prodiges démontraient l’amour de Dieu. Mais Dieu ne peut plus rien pour elles si elles refusent de recevoir son salut !

C’est comme si quelqu’un vous annonce son désir d’éponger vos dettes et que vous refusiez parce que vous pensez vous en sortir tout seul !

Dieu ne force jamais les portes. Il est dit qu’il frappe à la porte de notre cœur et que nous avons la liberté de le laisser entrer ou non.

Apocalypse 3 verset 20.

  • Voici, je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui, je souperai avec lui, et lui avec moi.

 

Les dernières recommandations de Paul avant de mourir

Actes 20 versets 20 à 23.

  • Vous savez que je n’ai rien caché de ce qui vous était utile, et que je n’ai pas craint de vous prêcher et de vous enseigner publiquement et dans les maisons, annonçant aux Juifs et aux Grecs la repentance envers Dieu et la foi en notre Seigneur Jésus Christ.
  • Et maintenant voici, lié par l’Esprit, je vais à Jérusalem, ne sachant pas ce qui m’y arrivera; seulement, de ville en ville, l’Esprit Saint m’avertit que des liens et des tribulations m’attendent.

Paul annonce la « repentance » aux Grecs et aux Juifs. C’est-à-dire un changement profond pour qu’Ils aient la foi en Jésus Christ.

Lisons la suite :

Actes 20 versets 24 à 27.

  • Mais je ne fais pour moi-même aucun cas de ma vie, comme si elle m’était précieuse, pourvu que j’accomplisse ma course avec joie, et le ministère que j’ai reçu du Seigneur Jésus, d’annoncer la bonne nouvelle de la grâce de Dieu.
  • Et maintenant voici, je sais que vous ne verrez plus mon visage, vous tous au milieu desquels j’ai passé en prêchant le royaume de Dieu.
  • C’est pourquoi je vous déclare aujourd’hui que je suis pur du sang de vous tous, car je vous ai annoncé tout le conseil de Dieu, sans en rien cacher.

Annoncer la grâce de Dieu, selon Paul, c’est prêcher le royaume de Dieu et tout le conseil de Dieu !

En Grec, « le conseil de Dieu » veut dire : le plan délibéré, le décret, le plan immuable ». Pour reformuler, le conseil de Dieu, c’est annoncer la grâce de Dieu qui est un plan immuable !

Paul s’adresse ensuite aux dirigeants de groupes de Chrétiens (pasteurs etc.) :

Actes 20 versets 27 à 32.

  • Car je vous ai annoncé tout le conseil de Dieu, sans en rien cacher.
  • Prenez donc garde à vous-mêmes, et à tout le troupeau sur lequel le Saint Esprit vous a établis évêques, pour paître l’Église du Seigneur, qu’il s’est acquise par son propre sang.
  • Je sais qu’il s’introduira parmi vous, après mon départ, des loups cruels qui n’épargneront pas le troupeau, et qu’il s’élèvera du milieu de vous des hommes qui enseigneront des choses pernicieuses, pour entraîner les disciples après eux.
  • Veillez donc, vous souvenant que, durant trois années, je n’ai cessé nuit et jour d’exhorter avec larmes chacun de vous.
  • Et maintenant je vous recommande à Dieu et à la parole de sa grâce, à celui qui peut édifier et donner l’héritage avec tous les sanctifiés.

Il les encourage à voir les gens dont ils sont responsables comme des brebis dont ils doivent avoir compassion. Ce qu’il les encourage à faire est de les faire « paître », c’est-à-dire de les nourrir de la Parole de Dieu.

Il les avertit, qu’après son départ, des loups viendront pour leur enseigner des choses « pernicieuses ». Des gens vont chercher à éloigner les brebis de la vérité de la grâce de l’Evangile !

Comme on a vu plus haut : « tout le conseil de Dieu », Son plan, est manifesté dans l’annonce de l’Evangile de Grâce !

On annonce Christ, qui a pris sur Lui nos fautes, afin que tous sachent qu’il n’y a plus de condamnation divine contre eux, mais une vie éternelle de communion avec Dieu ! Mais la condition pour la recevoir est de croire et de l’accepter !

 

Que faut-il retenir ?

Dieu désire que nous entendions cet Evangile car il renferme tout le plan qu’Il a déterminé pour nous. Et c’est un plan qui contient une multitude de bénédictions, que ce soit ici-bas et « là-haut » !

Cet évangile ne consiste pas à suivre des règles, une loi, mais à recevoir une nouvelle vie pour que nous manifestions la vie de Dieu.

Et seul le véritable Evangile peut porter ce genre de fruits. S’il est mélangé à la loi, il devient davantage une morale à suivre qu’un mode de vie spontané. Cela annule la puissance de Dieu et de sa grâce. C’est la raison pour laquelle l’apôtre Paul se mettait tellement en colère contre cet amalgame et qu’il parlait de « son évangile » ! Il fut aussi le premier des apôtres à avoir une révélation plus profonde de la grâce de Dieu.

A voir aussi:  Le principe de deux ou trois témoins

Ézéchiel 36 verset 26.

  • Je vous donnerai un coeur nouveau, et je mettrai en vous un esprit nouveau; j’ôterai de votre corps le coeur de pierre, et je vous donnerai un coeur de chair.

Ce cœur, ce changement de nature, nous l’avons parce que Jésus a pris nos fautes à notre place à la croix afin de nous donner Sa vie en échange.

Nous sommes devenus justice de Dieu en Christ. (1 Corinthiens 1:30).

Lorsque nous l’acceptons, Dieu ne voit plus nos fautes car Il voit la justice de Jésus qui a payé nos transgressions passées, présentes et futures.

2 Corinthiens 5 :17-19.

  • Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées; voici, toutes choses sont devenues nouvelles.
  • Et tout cela vient de Dieu, qui nous a réconciliés avec lui par Christ, et qui nous a donné le ministère de la réconciliation.
  • Car Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec lui-même, en n’imputant point aux hommes leurs offenses, et il a mis en nous la parole de la réconciliation.

Dieu veut se réconcilier avec vous ! Et plus encore : Il vous donne le moyen de devenir son enfant. Allez-vous l’accepter ?

Si vous désirez l’accepter, vous avez une prière qui est disponible dans le Menu Bonne Nouvelle.

A bientôt !

Note :

Les références se trouvent dans la section « En Savoir plus » ci-dessous.

 

Ce que dit la Bible

Le mot « évangile », du grec ancien εὐαγγέλιον (euangélion) qui veut dire « Bonne nouvelle ! »

Commentaires

Ecritures

Dieu a le pouvoir de faire de vous Son enfant.

Jean 1 versets 12-13.

Mais à tous ceux qui l’ont reçue, à ceux qui croient en son nom, elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu, lesquels sont nés, non du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l’homme, mais de Dieu.

Saul – avant de devenir l’apôtre Paul, était un pharisien qui persécutait à outrance l’Eglise de Christ. Ce passage raconte comment Christ s’est révélé à lui.

Actes 9 versets 1 à 6.

Cependant Saul, respirant encore la menace et le meurtre contre les disciples du Seigneur, se rendit chez le souverain sacrificateur, et lui demanda des lettres pour les synagogues de Damas, afin que, s’il trouvait des partisans de la nouvelle doctrine, hommes ou femmes, il les amenât liés à Jérusalem.

Comme il était en chemin, et qu’il approchait de Damas, tout à coup une lumière venant du ciel resplendit autour de lui.

Il tomba par terre, et il entendit une voix qui lui disait: Saul, Saul, pourquoi me persécutes-tu?

Il répondit: Qui es-tu, Seigneur? Et le Seigneur dit: Je suis Jésus que tu persécutes. Il te serait dur de regimber contre les aiguillons.

Tremblant et saisi d’effroi, il dit: Seigneur, que veux-tu que je fasse? Et le Seigneur lui dit: Lève-toi, entre dans la ville, et on te dira ce que tu dois faire.

Ce passage répète un enseignement donné par Paul :

Actes 13 versets 16 à 43.

Paul se leva, et, ayant fait signe de la main, il dit: Hommes Israélites, et vous qui craignez Dieu, écoutez!

Le Dieu de ce peuple d’Israël a choisi nos pères. Il mit ce peuple en honneur pendant son séjour au pays d’Égypte, et il l’en fit sortir par son bras puissant.

Il les nourrit près de quarante ans dans le désert; et, ayant détruit sept nations au pays de Canaan, il leur en accorda le territoire comme propriété.

Après cela, durant quatre cent cinquante ans environ, il leur donna des juges, jusqu’au prophète Samuel.

Ils demandèrent alors un roi. Et Dieu leur donna, pendant quarante ans, Saül, fils de Kis, de la tribu de Benjamin;

puis, l’ayant rejeté, il leur suscita pour roi David, auquel il a rendu ce témoignage: J’ai trouvé David, fils d’Isaï, homme selon mon coeur, qui accomplira toutes mes volontés.

C’est de la postérité de David que Dieu, selon sa promesse, a suscité à Israël un Sauveur, qui est Jésus.

Avant sa venue, Jean avait prêché le baptême de repentance à tout le peuple d’Israël.

Et lorsque Jean achevait sa course, il disait: Je ne suis pas celui que vous pensez; mais voici, après moi vient celui des pieds duquel je ne suis pas digne de délier les souliers.

Hommes frères, fils de la race d’Abraham, et vous qui craignez Dieu, c’est à vous que cette parole de salut a été envoyée.

Car les habitants de Jérusalem et leurs chefs ont méconnu Jésus, et, en le condamnant, ils ont accompli les paroles des prophètes qui se lisent chaque sabbat.

Quoiqu’ils ne trouvassent en lui rien qui fût digne de mort, ils ont demandé à Pilate de le faire mourir.

Et, après qu’ils eurent accompli tout ce qui est écrit de lui, ils le descendirent de la croix et le déposèrent dans un sépulcre.

Mais Dieu l’a ressuscité des morts.

Il est apparu pendant plusieurs jours à ceux qui étaient montés avec lui de la Galilée à Jérusalem, et qui sont maintenant ses témoins auprès du peuple.

Et nous, nous vous annonçons cette bonne nouvelle que la promesse faite à nos pères,

Dieu l’a accomplie pour nous leurs enfants, en ressuscitant Jésus, selon ce qui est écrit dans le Psaume deuxième: Tu es mon Fils, Je t’ai engendré aujourd’hui.

Qu’il l’ait ressuscité des morts, de telle sorte qu’il ne retournera pas à la corruption, c’est ce qu’il a déclaré, en disant: Je vous donnerai Les grâces saintes promises à David, ces grâces qui sont assurées.

C’est pourquoi il dit encore ailleurs: Tu ne permettras pas que ton Saint voie la corruption.

Or, David, après avoir en son temps servi au dessein de Dieu, est mort, a été réuni à ses pères, et a vu la corruption.

Mais celui que Dieu a ressuscité n’a pas vu la corruption.

Sachez donc, hommes frères, que c’est par lui que le pardon des péchés vous est annoncé, et que quiconque croit est justifié par lui de toutes les choses dont vous ne pouviez être justifiés par la loi de Moïse.

Ainsi, prenez garde qu’il ne vous arrive ce qui est dit dans les prophètes:

Voyez, contempteurs, Soyez étonnés et disparaissez; Car je vais faire en vos jours une oeuvre, Une oeuvre que vous ne croiriez pas si on vous la racontait.

Lorsqu’ils sortirent, on les pria de parler le sabbat suivant sur les mêmes choses; et, à l’issue de l’assemblée, beaucoup de Juifs et de prosélytes pieux suivirent Paul et Barnabas, qui s’entretinrent avec eux, et les exhortèrent à rester attachés à la grâce de Dieu.

Vif débat entre ceux qui voulaient que les nouveaux chrétiens non juifs suivent la loi de Moïse !

Actes 15 versets 13 à 39.

Lorsqu’ils eurent cessé de parler, Jacques prit la parole, et dit: Hommes frères, écoutez-moi!

Simon a raconté comment Dieu a d’abord jeté les regards sur les nations pour choisir du milieu d’elles un peuple qui portât son nom.

Et avec cela s’accordent les paroles des prophètes, selon qu’il est écrit:

Après cela, je reviendrai, et je relèverai de sa chute la tente de David, J’en réparerai les ruines, et je la redresserai,

Afin que le reste des hommes cherche le Seigneur, Ainsi que toutes les nations sur lesquelles mon nom est invoqué, Dit le Seigneur, qui fait ces choses,

Et à qui elles sont connues de toute éternité.

C’est pourquoi je suis d’avis qu’on ne crée pas des difficultés à ceux des païens qui se convertissent à Dieu, mais qu’on leur écrive de s’abstenir des souillures des idoles, de l’impudicité, des animaux étouffés et du sang.

Car, depuis bien des générations, Moïse a dans chaque ville des gens qui le prêchent, puisqu’on le lit tous les jours de sabbat dans les synagogues.

Alors il parut bon aux apôtres et aux anciens, et à toute l’Église, de choisir parmi eux et d’envoyer à Antioche, avec Paul et Barsabas, Jude appelé Barnabas et Silas, hommes considérés entre les frères.

Ils les chargèrent d’une lettre ainsi conçue: Les apôtres, les anciens, et les frères, aux frères d’entre les païens, qui sont à Antioche, en Syrie, et en Cilicie, salut!

Ayant appris que quelques hommes partis de chez nous, et auxquels nous n’avions donné aucun ordre, vous ont troublés par leurs discours et ont ébranlé vos âmes, nous avons jugé à propos, après nous être réunis tous ensemble, de choisir des délégués et de vous les envoyer avec nos bien-aimés Barnabas et Paul, ces hommes qui ont exposé leur vie pour le nom de notre Seigneur Jésus Christ.

Nous avons donc envoyé Jude et Silas, qui vous annonceront de leur bouche les mêmes choses.

Car il a paru bon au Saint Esprit et à nous de ne vous imposer d’autre charge que ce qui est nécessaire, savoir, de vous abstenir des viandes sacrifiées aux idoles, du sang, des animaux étouffés, et de l’impudicité, choses contre lesquelles vous vous trouverez bien de vous tenir en garde. Adieu.

Eux donc, ayant pris congé de l’Église, allèrent à Antioche, où ils remirent la lettre à la multitude assemblée.

Après l’avoir lue, les frères furent réjouis de l’encouragement qu’elle leur apportait.

Jude et Silas, qui étaient eux-mêmes prophètes, les exhortèrent et les fortifièrent par plusieurs discours.

Au bout de quelque temps, les frères les laissèrent en paix retourner vers ceux qui les avaient envoyés.

Toutefois Silas trouva bon de rester.

Paul et Barnabas demeurèrent à Antioche, enseignant et annonçant, avec plusieurs autres, la bonne nouvelle de la parole du Seigneur.

Quelques jours s’écoulèrent, après lesquels Paul dit à Barnabas: Retournons visiter les frères dans toutes les villes où nous avons annoncé la parole du Seigneur, pour voir en quel état ils sont.

Barnabas voulait emmener aussi Jean, surnommé Marc; mais Paul jugea plus convenable de ne pas prendre avec eux celui qui les avait quittés depuis la Pamphylie, et qui ne les avait point accompagnés dans leur oeuvre.

Ce dissentiment fut assez vif pour être cause qu’ils se séparèrent l’un de l’autre. Et Barnabas, prenant Marc avec lui, s’embarqua pour l’île de Chypre.

Celui qui annonce un évangile différent de celui enseigné par Paule est deux fois maudits (« anathème »).

Galates 1 versets 6 à 9.

Je m’étonne que vous vous détourniez si promptement de celui qui vous a appelés par la grâce de Christ, pour passer à un autre Évangile.

Non pas qu’il y ait un autre Évangile, mais il y a des gens qui vous troublent, et qui veulent renverser l’Évangile de Christ.

Mais, quand nous-mêmes, quand un ange du ciel annoncerait un autre Évangile que celui que nous vous avons prêché, qu’il soit anathème!

Nous l’avons dit précédemment, et je le répète à cette heure: si quelqu’un vous annonce un autre Évangile que celui que vous avez reçu, qu’il soit anathème!

Jésus annonça que 3 villes allaient être jugées parce qu’elles n’ont pas accepté la bonté de Dieu.

Matthieu 11 versets 20 à 23.

Alors il se mit à faire des reproches aux villes dans lesquelles avaient eu lieu la plupart de ses miracles, parce qu’elles ne s’étaient pas repenties.

Malheur à toi, Chorazin! malheur à toi, Bethsaïda! car, si les miracles qui ont été faits au milieu de vous avaient été faits dans Tyr et dans Sidon, il y a longtemps qu’elles se seraient repenties, en prenant le sac et la cendre.

C’est pourquoi je vous le dis: au jour du jugement, Tyr et Sidon seront traitées moins rigoureusement que vous.

Et toi, Capernaüm, seras-tu élevée jusqu’au ciel? Non. Tu seras abaissée jusqu’au séjour des morts; car, si les miracles qui ont été faits au milieu de toi avaient été faits dans Sodome, elle subsisterait encore aujourd’hui.

Débat houleux entre les croyants anciennement juifs qui veulent imposer la circoncision aux nouveaux convertis non-juifs.

Actes 15 versets 1 à 2

Quelques hommes, venus de la Judée, enseignaient les frères, en disant: Si vous n’êtes circoncis selon le rite de Moïse, vous ne pouvez être sauvés. Paul et Barnabas eurent avec eux un débat et une vive discussion; et les frères décidèrent que Paul et Barnabas, et quelques-uns des leurs, monteraient à Jérusalem vers les apôtres et les anciens, pour traiter cette question.

Abraham est le père des juifs et des non-juifs car la promesse que Dieu lui a faite repose sur LA FOI que tous, juifs ou non, devons avoir !

Romains 4 :13-16.

En effet, ce n’est pas par la loi que l’héritage du monde a été promis à Abraham ou à sa postérité, c’est par la justice de la foi.

Car, si les héritiers le sont par la loi, la foi est vaine, et la promesse est anéantie, parce que la loi produit la colère, et que là où il n’y a point de loi il n’y a point non plus de transgression.

C’est pourquoi les héritiers le sont par la foi, pour que ce soit par grâce, afin que la promesse soit assurée à toute la postérité, non seulement à celle qui est sous la loi, mais aussi à celle qui a la foi d’Abraham, notre père à tous, selon qu’il est écrit.

Le magicien fut confronté par Paul et rendu aveugle car il empêchait le proconsul de recevoir Jésus.

Actes 13 versets 6 à 13.

Ayant ensuite traversé toute l’île jusqu’à Paphos, ils trouvèrent un certain magicien, faux prophète juif, nommé Bar Jésus, qui était avec le proconsul Sergius Paulus, homme intelligent. Ce dernier fit appeler Barnabas et Saul, et manifesta le désir d’entendre la parole de Dieu.

Mais Élymas, le magicien, -car c’est ce que signifie son nom, –leur faisait opposition, cherchant à détourner de la foi le proconsul.

Alors Saul, appelé aussi Paul, rempli du Saint Esprit, fixa les regards sur lui, et dit:

Homme plein de toute espèce de ruse et de fraude, fils du diable, ennemi de toute justice, ne cesseras-tu point de pervertir les voies droites du Seigneur?

Maintenant voici, la main du Seigneur est sur toi, tu seras aveugle, et pour un temps tu ne verras pas le soleil. Aussitôt l’obscurité et les ténèbres tombèrent sur lui, et il cherchait, en tâtonnant, des personnes pour le guider.

Alors le proconsul, voyant ce qui était arrivé, crut, étant frappé de la doctrine du Seigneur.

Lorsque nous acceptons Christ dans notre vie, nous recevons Sa vie.

1 Corinthiens 1:30

Or, c’est par lui que vous êtes en Jésus Christ, lequel, de par Dieu, a été fait pour nous sagesse, justice et sanctification et rédemption.

 

A voir aussi:  Jésus dans la Bible

Copyright

  • Louis Segond (LSG) by Public Domain
  • Image mise en avant : photo personnelle.
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire