De l’Homo Sapiens à l’Homo Deus

De l'Homo Sapiens à l'Homo Deus


Version audio de l’article

Gemmes

Une philosophie alimente ceux qui rêvent d’une version améliorée de l’humain.

Cette croyance? Celle de passer de l’homo sapiens à l’homo deus. Passer du singe à celle de Dieu…

Un de ceux qui prône cette philosophie s’appelle Yuval  Noah Harari…

Voulez-vous en savoir plus?

Une philosophie?

Ne croyez pas que c’est anodin. Obama, Macron… Beaucoup de personnes connues lui rendent hommage et soutiennent ses idées.

Son livre a acquis un statut de « culte » auprès de certains présidents, professeurs d’université, militants des droits des animaux et ministres. 21 millions d’exemplaires ont été vendus dans le monde et le livre a été traduit en 65 langues.

Harari a été le conseiller d’Obama lors de sa présidence et il est le Conseiller exécutif scientifique en Chef de Klaus Schwab, le co-fondateur et organisateur du World Economic Forum de Davos où tous les chefs d’état et têtes couronnées sont conviés chaque année.

Il a été invité par de multiples présidents dans le monde, dont Macron, le 12 septembre 2017, à l’Elysée lors de la sortie de son livre «Homo Deus».

Ses livres se sont vendus par millions.

Quelle est donc cette philosophie?

Regardons son livre qui sert de base à sa philosophie : «Sapiens, une brève histoire de l’humanité».

 

Sapiens : une brève histoire de l’humanité

Voici un petit résumé de son livre…

 

Si Homo sapiens règne sur le monde, c’est parce qu’il est le seul animal capable de croire en des choses qui n’existent que dans son imagination, comme les dieux, les États, l’argent et les droits de l’homme.

Partant de cette idée provocatrice, ce livre raconte l’histoire de l’espèce humaine d’un point de vue complètement nouveau selon l’auteur. Ce dernier explique que l’argent est le système de confiance mutuelle le plus pluraliste jamais conçu; que le capitalisme est la religion la plus réussie jamais inventée; que le traitement des animaux dans l’agriculture moderne est probablement le pire crime de l’histoire; et que même si nous sommes beaucoup plus puissants que nos ancêtres, nous ne sommes pas beaucoup plus heureux.

 

Il y a soixante-dix mille ans, il y avait au moins six espèces humaines différentes sur terre. C’étaient des animaux insignifiants, dont l’impact écologique était moins important que celui des lucioles ou des méduses. Aujourd’hui, il ne reste plus qu’une seule espèce humaine : Nous, les homo sapiens. Mais nous régnons sur la planète.

 

Pour résumer, le livre, parcourt toute l’histoire de l’humanité de l’origine de notre espèce jusqu’à l’ère du capitalisme et du génie génétique, pour découvrir pourquoi nous sommes ce que nous sommes.

 

Il se concentre sur les processus-clés qui, selon lui, ont façonné l’humanité et son environnement, tels que l’avènement de l’agriculture, la création de l’argent, la diffusion de la religion et l‘émergence de l’État-nation.

 

Harari est fier d’annoncer que son livre est différent de tout ce qui a été écrit jusqu’à présent car il adopte une autre approche qui combine plusieurs disciplines à la fois : l’histoire, la biologie, la philosophie et l’économie. Il prétend même raconter comment les choses ont été ressenties à chaque étape cruciale de l’humanité.

 

Et voici ce qu’il affirme : si l’homme en est arrivé à gouverner le monde, c’est parce qu’il est le seul animal capable de croire en des choses qui n’existent que dans son imagination. Des choses abstraites comme les dieux, les États, l’argent et les droits de l’homme.

Depuis toujours, l’homme a été un tueur en série écologique et ceci, dès l’époque où les hommes préhistoriques à l’âge de la pierre ont commencé à exterminer la moitié des grands mammifères terrestres (NDLR : il a dû les compter je suppose et se fier aux statistiques de l’époque!).

 

Harari conclue plusieurs points :

  • La révolution agricole est la plus grande imposture de l’histoire, le blé ayant domestiqué les Sapiens plutôt que l’inverse.
  • L’argent est le système de confiance mutuelle le plus universel et le plus pluraliste jamais conçu. L’argent est la seule chose à laquelle tout le monde se fie.
  • L’Empire est le système politique le plus réussi que les humains aient inventé, et notre ère actuelle de sentiment anti-impérial est probablement une aberration de courte durée.
  • Le capitalisme n’est pas une simple théorie économique : c’est une religion – et c’est la religion qui a eu le plus de succès à ce jour.
  • Le traitement des animaux dans l’agriculture moderne pourrait devenir le pire crime de l’histoire.(NDLR : et ceux des laboratoires pharmaceutiques alors?)
  • L’individualisme a été encouragé par les Etats et les marchés de façon à briser l’unité familiale et les communautés.

 

Bref, nous sommes bien plus puissants que nos ancêtres, mais pas plus heureux pour autant.

Face à ces constats, Harari annonce l’issue fatale de l’humanité : l’Homo sapiens va bientôt disparaître.

Mais attendez, tout va bien!… Ben oui! Car grâce aux nouvelles technologies, l’Homo sapiens va changer de classe pour se doter de facultés et d’attributs divins. Comment? Grâce au transhumanisme. La version 2.0 de l’homme qui va sauver l’humanité!

Pour Harari, nul doute, la boucle sera bouclée : l’Histoire a commencé quand les hommes ont inventé les dieux – elle se terminera quand les hommes deviendront des dieux.

 

Imposer une croyance

Comment faire adhérer tellement de gens vers le transhumanisme?

Dans un interview télévisé, il révèle qu’il faut utiliser le principe de Goebbels. Selon ses mots, il affirma : «Il n’y a rien que Joseph Goebbels ignorait concernant toutes ces idées sur les fake news et l’imposition de la vérité. L’une de ses célèbres déclarations est que si vous répétez un mensonge assez souvent, les gens penseront que c’est la vérité. » Plus le mensonge est gros, mieux c’est.

Il renchérit en déclarant que les fake news ont existé depuis des milliers d’années et prend la Bible comme exemple. «la résurrection de Jésus, la religion, c’est du fake news» selon lui.

 

La communication est utilisée pour contrôler les foules et leur imposer ce qu’ils doivent penser et croire. Ce transhumanisme, cette amélioration de l’homme va se faire grâce à un gouvernement mondial. Harari ne cache pas qu’ils sont en train d’en poser les fondements en attendant qu’une catastrophe permette d’y basculer pleinement. Pire encore: Harari regrette que les naz* n’aient pas pu faire plus pendant la 2ème guerre mondiale.

A voir aussi:  De la poussière intelligente

Harari ne cache rien: comment faire adopter une croyance à grande échelle? Très simple selon lui:

  • Utiliser une période de crise pour faire accepter aux gens ce qu’ils n’auraient jamais accepté en temps normal. Il ne le cache pas : la pandémie de la crise actuelle est capital car il va convaincre les gens d’accepter la surveillance digitale totale qui est en train d’être mise en place puisque l’objectif est d’aller jusqu’à récupérer des données biométriques prises sous la peau de l’individu. Déjà, des laboratoires géants fonctionnent en Chine et Israël. Celui qui contrôle les données d’une personne contrôle la vie de cet individu.
  • Imposer ce qu’il faut croire en éliminant les fakes news.
  • Faire comprendre aux gens qu’il faut suivre la science. Cela justifie les moyens mis en oeuvre pour surveiller et suivre chaque individu.
  • Harari indique que le vaccin aide «à rendre les choses plus gérables» (??). Il annonce une surveillance en utilisant «quelque chose mis sous la peau et que ce sera peut-être le développement le plus important du 21ème siècle»  (?????). Plus tard dans l’interview, il parle de «capteurs biométriques».

 

L’illusion du libre arbitre

Selon lui, le libre arbitre n’est qu’une illusion. Harari enfonce même le clou : «le libre arbitre, c’est terminé!».

Actuellement nos décisions sont empreintes du libre arbitre, mais selon Harari, ce n’est pas une bonne chose. Par exemple, la religion est une illusion puisqu’elle laisse l’individu avoir son libre arbitre. Tout ce que la religion est capable de donner  : une vision sur le bonheur, la vie éternelle, la justice, des notions idylliques, peut être remplacé par des interactions avec l’intelligence artificielle qui sont plus fiables car scientifiques.

Le libre arbitre repose trop souvent sur une illusion.

Le danger du libre arbitre est que ce n’est pas contrôlable : personne ne sait ce qui se passe en chacun de nous.

Ce qu’il propose : utiliser cette «chose mise sous la peau» afin de pirater et de collecter les données biométriques de l’individu, de les faire analyser par l’intelligence artificielle qui sera supérieure à ce qu’un individu peut comprendre de lui-même! En d’autres mots, utiliser l’intelligence artificielle pour nous contrôler au niveau de nos actions, de nos pensées et bien mieux que nous l’aurions fait avec notre libre arbitre! Harari pense même que l’intelligence artificielle aidera le passage des enfants du stade hétéro à transsexuel, devenir ce qu’ils choisissent d’être.

Tout cela, bien sûr, pour notre bien : une meilleure santé, plus de souci. Car nous n’aurons plus de libre arbitre, de biens (notion de propriété privé qui va être supprimée), de décisions à faire : chouchouté pour être comme un lapin gambadant au milieu de la nature… ou finir comme un lapin en cage?

 

L’homme, un animal piratable

Car il ne fait aucun doute pour Harari que l’homme doit se faire à l’idée de «ne plus être une âme mystérieuse» : «nous sommes désormais des animaux piratables».

Pour éviter les dérives, il faut contrôler tous les humains grâce à l’informatique. C’est l’informatique, l’intelligence artificielle qui contrôlera la vie des gens à tous points de vue.

Harari annonce que la technologie pour contrôler une population sur grande échelle existe, permettant pour la première fois de pouvoir éliminer la notion de vie privée. Un bien, selon lui.

On parle de nos jours du «tout internet, tout connecté». Le «e-connect». il s’agit non seulement de relier tous les services à l’ordinateur, mais aussi le corps humain et surtout leur âme!

 

Les avantages???

Harari se veut rassurant : la contrepartie d’être relié à l’intelligence artificielle est de se voir doté de pouvoirs incroyables au point d’élever l’humain au rang de Dieu! Harari ne voit que les possibilités positives illimitées : «il s’agit de réécrire le code du vivant». Il n’exclue pas recréer totalement la race humaine.

Donc, selon lui, fini les pandémies, les cancers… ce capteur biométrique inséré sous la peau nous fera vivre plus longtemps avec de superpouvoirs.

Le prix à payer: abandonner son libre arbitre, sa vie privée.

Un corps piratable veut dire qu’on peut le reprogrammer comme on veut : les possibilités de reconcevoir la vie sont innombrables.

 

Une croissance inéluctable

Un journaliste a demandé à Harari si on pouvait mettre la pédale de frein à cette évolution. Harari répondit par la négative : tout le système économique et politique est basé sur la croissance. Arrêter ce progrès technologique équivaudrait à vouloir arrêter la croissance économique. C’est donc impossible, selon lui, d’y mettre un terme.

 

Revers de la médaille : la classe inutile

Harari pose une question qui fait froid dans le dos : «pourquoi avons-nous besoin de tant d’humains?». Si l’intelligence artificielle prolonge la vie des gens en les maintenant en bonne santé et en les faisant vivre plus longtemps, tout le monde ne sera pas utile.

Lors de la révolution industrielle du 19ème siècle, la société s’est mise à produire du textile, des voitures etc. Mais toute la population mondiale n’a pas bénéficié de ce progrès économique et technologique.

La nouvelle révolution est de créer un nouvel individu. Une fois que vous savez créer un nouveau corps, un nouvel esprit, si vous refusez de vous mettre à jour pour devenir un humain 2.0, vous ferez parti du trop plein de main-d’œuvre. Harari se montre magnanime: il pense que la question de savoir quoi faire de la classe des inutiles sera une des problématiques majeures à traiter dans les années à venir. Ce ne sera pas la production de nourriture puisque l’intelligence artificielle va résoudre ce problème (???). Harari pense que ce problème sera peut-être résolu en occupant ces gens aux jeux vidéos et en leur faisant prendre des médicaments, de la drogue (NDLR : on aimerait bien un peu plus d’explications sur ce point ???).

A voir aussi:  Une croix dans notre corps : la laminine

 

Selon la Bible

Libre arbitre

La religion quelle qu’elle soit adhère au fait qu’on a le choix, le libre arbitre naturel de croire en quelque chose de divin et d’un créateur. Dieu aurait pu créer des esclaves sans libre arbitre, mais ce n’est pas ce qu’Il a fait. Adam et Eve avaient le choix entre l’arbre de vie et l’arbre de la connaissance du bien et du mal et ils ont choisi ce dernier.

Choisir Dieu dans sa vie est un choix.

Il semblerait que les transhumanistes ne veulent plus que l’on ait ce choix… Ils cherchent à imposer leur vérité, une nouvelle croyance au niveau mondial.

 

Or, Jésus a dit que nul ne va à Dieu le Père sauf par Lui et qu’Il est vérité.

Jean 14 verset 6.

  • Jésus lui dit: Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi.

Jean 1 verset 17.

  • (…) car la loi a été donnée par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par Jésus Christ.

 

Supprimer la vie privée

Les personnes qui n’ont pas de vie privée sont par définition celles qui n’ont plus de droits : les prisonniers, les esclaves…

Or, Dieu désire que personne ne soit esclave d’un autre.

Si quelqu’un cherche à le faire, il doit, au contraire, s’humilier pour ne pas s’élever au-dessus des autres.

Matthieu 20 versets 26-28.

  • (…) Mais quiconque veut être grand parmi vous, qu’il soit votre serviteur; et quiconque veut être le premier parmi vous, qu’il soit votre esclave. C’est ainsi que le Fils de l’homme est venu, non pour être servi, mais pour servir et donner sa vie comme la rançon de plusieurs.

 

Devenir des dieux

Etonnant que le transhumanisme repropose la tentation ultime qui fut la chute de l’humanité. Celle que le serpent proposa à Eve dans le livre de la Genèse : de devenir des dieux!

Voici le mensonge que le serpent utilisa pour tromper Eve :

Genèse 1 versets 4-5.

  •  Alors le serpent dit à la femme: Vous ne mourrez point; mais Dieu sait que, le jour où vous en mangerez, vos yeux s’ouvriront, et que vous serez comme des dieux, connaissant le bien et le mal.

Ce fut à partir de ce jour-là que l’humanité commença à devenir mortelle et à connaître toutes les souffrances et la détresse…

Mais la Bonne Nouvelle est que Christ est venu afin de rétablir toutes choses.

Jean 6 verset 40.

  • La volonté de mon Père, c’est que quiconque voit le Fils et croit en lui ait la vie éternelle; et je le ressusciterai au dernier jour.

Jean 17 verset 3.

  • Or, la vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi, le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus Christ.

 

Lorsque l’on accepte Christ dans notre vie, Dieu nous donne une nouvelle nature (1 Corinthiens 5:17) et une relation vivante avec Lui. Il nous transmet Sa vie (Romains 8:1).

 

Une surveillance avec quelque chose de mis sous la peau

La Bible a annoncé, depuis 2’000 ans qu’une telle chose allait arriver à la fin des temps puisqu’elle mentionne une marque faite sur la main et le front sans laquelle personne ne pourra ni acheter ni vendre. Le droit d’acheter ou de vendre fait partie de la vie privée.

 

Apocalypse 13 versets 16-18.

  • Et elle fit que tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, reçussent une marque sur leur main droite ou sur leur front, et que personne ne pût acheter ni vendre, sans avoir la marque, le nom de la bête ou le nombre de son nom. C’est ici la sagesse. Que celui qui a de l’intelligence calcule le nombre de la bête. Car c’est un nombre d’homme, et son nombre est six cent soixante-six.

 

C’est la fameuse marque 666. Mais ceux qui la recevront ne pourront être sauvés par Dieu comme s’ils n’avaient plus la possibilité de faire un choix. Lorsque l’on voit qu’Harari indique que ce capteur biométrique peut pirater un être humain et prendre des décisions pour lui…

Apocalypse 14 verset 11.

  • Et la fumée de leur tourment monte aux siècles des siècles; et ils n’ont de repos ni jour ni nuit, ceux qui adorent la bête et son image, et quiconque reçoit la marque de son nom.

 

Autre détail intéressant : les transhumanistes voient la version 2.0 de l’homme avec un corps biométrique. Ce dernier sera une sorte de robot qui offre la possibilité de vivre plus longtemps.

A la fin des temps, lorsqu’il y a aura un dictateur mondial qui gouvernera le monde, Dieu versera 7 coupes de fléaux. Voici ce qui arrivera avec l’une d’entre elle :

Apocalypse 9 versets 5-6.

  • Il leur fut donné, non de les tuer, mais de les tourmenter pendant cinq mois; et le tourment qu’elles causaient était comme le tourment que cause le scorpion, quand il pique un homme.
    En ces jours-là, les hommes chercheront la mort, et ils ne la trouveront pas; ils désireront mourir, et la mort fuira loin d’eux.

 

Il arrivera un moment où les hommes n’arriveront pas à mourir… Choses impossible jusqu’à présent, sauf si le transhumanisme arrive à offrir aux hommes un corps biométrique ou robotique avec la conscience humaine… Comme ce que l’on nous montre dans certains films de science-fiction comme «Transcendance» sorti en 2014.

 

La classe des inutiles

Harari ne semble pas choqué de parler de classe de gens qui deviendront inutiles. Il propose des solutions pour les maintenir «occupés» avec des drogues, médicaments et jeux vidéos…

A voir aussi:  Qu’est-ce qu’un xénobot?

Dieu est bien loin de penser cela : chaque être est une vie précieuse à Ses yeux au point où Il a envoyé Son fils unique pour sauver QUICONQUE. Il veut sauver chacun d’entre nous, si nous l’acceptons, de l’enfer! Dieu n’exclue personne, même pas le pire ou le plus faible d’entre nous!

Jean 3 verset 16.

  • Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle.

Dieu est clair :

Galates 3 verset 28.

  • Il n’y a plus ni Juif ni Grec, il n’y a plus ni esclave ni libre, il n’y a plus ni homme ni femme; car tous vous êtes un en Jésus Christ.

 

Que faut-il retenir ?

Vous l’aurez compris : Harari, à travers ses livres, fait l’apologie du transhumanisme et d’une société sous surveillance comme en Chine. C’est la mise en œuvre de la religion du transhumanisme qui veut rendre l’humain un objet connecté à vie à l’intelligence artificielle qui prendra les décisions à sa place.

Car c’est bien cela qu’ils veulent faire : une version 2.0 de l’homme.

Il croit vraiment que l’on entre dans une phase ou l’on peut réinventer la vie.

Si l’on sait pirater un objet (ou une personne!!), on peut reconcevoir, reprogrammer cet objet/personne!

Harari a donc une foi totale en cette science : celle qui va donner le pouvoir à l’homme de concevoir sa propre vie! Mais là encore, il ne dit pas qui sera le pirate ni le programme injecté… Car derrière un programme, il y a le programmeur. C’est une autre forme d’esclavage puisque le piraté sera «programmé» par l’intelligence artificielle.

 

Pour que cela «passe», Harari est confiant : la crise va faire accepter le déploiement des moyens pour surveiller la société et de faire accepter cette «chose sous la peau» qui va récolter les informations biométriques mais aussi permettre de contrôler l’individu.

Il vante les avantages que cela nous procureraient : abandonner notre vie privée pour vivre «mieux». Qui ne voudrait pas devenir un dieu grâce à de super pouvoirs? Des super pouvoirs que l’on voit seulement dans les films de science-fiction et jamais dans la réalité. Qui voudrait laisser son corps et sa conscience être piratés par un autre même si c’est pour soi-disant avoir plus de pouvoir? Est-ce vraiment pour avoir plus de pouvoirs ou pour contrôler une population mondiale qui s’accroit de plus en plus?

C’est l’histoire d’Adam et Eve qui se répète avec la même séduction : croquer dans un fruit qui nous mène à la destruction et à la souffrance au lieu de devenir des dieux!

Selon Harari (et Schwab si vous lisez ses livres), cette évolution doit être imposée pour que cela fonctionne grâce à un gouvernement mondial et en imposant la nouvelle croyance qu’apporte l’intelligence artificielle qui serait reliée à chaque humain. L’humain ne sera plus maître de ce qu’il doit croire ou penser.

Est-ce la société que vous voulez pour demain?

Dieu, Lui, nous propose la véritable liberté:

2 Corinthiens 3 verset 17.

  • Or, le Seigneur c’est l’Esprit; et là où est l’Esprit du Seigneur, là est la liberté.

 

 

Vous avez aimé cet article ?

Ne pas hésiter à laisser un commentaire, vous abonner pour recevoir une notification lorsqu’il y a un nouvel article, de partager sur les réseaux sociaux…

Plus de détails, sources et références sont donnés dans la section ci-dessous « En savoir plus… ».

 

Ce que dit la Bible

Commentaires

Ecritures

(elle) fit

ποιεῖ (poiei)

Référence Strong en grec 4160:

Faire, fabriquer, produire, construire, former, façonner…

Agir, faire faire, provoquer. avec les noms des choses.

 

 

Marque

χάραγμα (charagma)

Référence Strong en grec 5480:

l une empreinte, un timbre, une marque imprimée

l de la marque imprimée, emboutie sur le front ou la main droite en tant que insigne de disciple de l’Antéchrist

l la marque stigmatisée, mise au fer rouge sur les chevaux

l chose gravée, sculptée, travail gravé d’images idolâtres.

 

Sur (la main, le front)

ἐπὶ (epi)

Référence Strong en grec 1909:

l sur, à, par, avant

l de position, sur, à, par, au dessus, contre

l à travers, au temps de, à travers, contre

Apocalypse 13 versets 16-18.

Et elle fit que tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, reçussent une marque sur leur main droite ou sur leur front, et que personne ne pût acheter ni vendre, sans avoir la marque, le nom de la bête ou le nombre de son nom. C’est ici la sagesse. Que celui qui a de l’intelligence calcule le nombre de la bête. Car c’est un nombre d’homme, et son nombre est six cent soixante-six.

 

 

Sources externes

Livre

Homo Deus: A Brief History of Tomorrow écrit par Yuval Noah Harari, 2015.

 

Sites web :

En français

 

En anglais

 

Articles :

En Français

En anglais

 

Vidéos à rechercher :

En Français

  • Joseph Prince – Vivre sans stress
  • Interview d’Harari : enlever les ? dans le lien : https://?lbry.tv/)@Vivresainement:f/?yuval-noah-harari:dd

 

Copyright

  • Louis Segond (LSG) by Public Domainsauf si spécifié autrement.
  • Image mise en avant : image modifiée comprenant une image du singe à l’homme : ‘https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Human_evolution.svg Tkgd2007, CC BY-SA 3.0 <https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0>, via Wikimedia Commons

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu, pour fournir des fonctionnalités de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Politique de confidentialité et de cookies
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active

Qui sommes-nous ?

L’adresse de notre site Web est : https://k-dit-la-bible.com. Je suis un particulier qui habite en Auvergne en France. Voir la section « Objectif de ce site et qui suis-je? » pour un complément d’information.

Utilisation des données personnelles collectées

Commentaires

Quand vous laissez un commentaire sur notre site web, les données inscrites dans le formulaire de commentaire, mais aussi votre adresse IP et l’agent utilisateur de votre navigateur sont collectés pour nous aider à la détection des commentaires indésirables. Une chaîne anonymisée créée à partir de votre adresse de messagerie (également appelée hash) peut être envoyée au service Gravatar pour vérifier si vous utilisez ce dernier. Les clauses de confidentialité du service Gravatar sont disponibles ici : https://automattic.com/privacy/. Après validation de votre commentaire, votre photo de profil sera visible publiquement à coté de votre commentaire.

Vérification et publication des commentaires

Les commentaires

Les commentaires des visiteurs peuvent être vérifiés à l’aide d’un service automatisé de détection des commentaires indésirables. Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne répondent pas à nos critères de publication (à caractère indésirable ou ne correspondant pas à l’objet du site).

Formulaires de contact

Cookies

Si vous déposez un commentaire sur notre site, il vous sera proposé d’enregistrer votre nom, adresse de messagerie et site web dans des cookies. C’est uniquement pour votre confort afin de ne pas avoir à saisir ces informations si vous déposez un autre commentaire plus tard. Ces cookies expirent au bout d’un an. Si vous vous rendez sur la page de connexion, un cookie temporaire sera créé afin de déterminer si votre navigateur accepte les cookies. Il ne contient pas de données personnelles et sera supprimé automatiquement à la fermeture de votre navigateur. Lorsque vous vous connecterez, nous mettrons en place un certain nombre de cookies pour enregistrer vos informations de connexion et vos préférences d’écran. La durée de vie d’un cookie de connexion est de deux jours, celle d’un cookie d’option d’écran est d’un an. Si vous cochez « Se souvenir de moi », votre cookie de connexion sera conservé pendant deux semaines. Si vous vous déconnectez de votre compte, le cookie de connexion sera effacé. En modifiant ou en publiant une publication, un cookie supplémentaire sera enregistré dans votre navigateur. Ce cookie ne comprend aucune donnée personnelle. Il indique simplement l’ID de la publication que vous venez de modifier. Il expire au bout d’un jour.

Contenu embarqué depuis d’autres sites

Les articles de ce site peuvent inclure des contenus intégrés (par exemple des vidéos, images, articles…). Le contenu intégré depuis d’autres sites se comporte de la même manière que si le visiteur se rendait sur cet autre site. Ces sites web pourraient collecter des données sur vous, utiliser des cookies, embarquer des outils de suivis tiers, suivre vos interactions avec ces contenus embarqués si vous disposez d’un compte connecté sur leur site web.

Statistiques et mesures d’audience

Nous faisons des statistiques et mesures d’audience en interne (non publiées sur le site). Nous affichons seulement les statistiques classiques d’un site web : le nombre de vues sur les pages et le nombre de visites sur le site.

Utilisation et transmission de vos données personnelles

Nous ne faisons aucun commerce ni échange de données personnelles.

Durées de stockage de vos données

Les commentaires

Les commentaires des visiteurs peuvent être vérifiés à l’aide d’un service automatisé de détection des commentaires indésirables. Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne répondent pas à nos critères de publication. Si vous laissez un commentaire, le commentaire et ses métadonnées sont conservés indéfiniment. Cela permet de reconnaître et approuver automatiquement les commentaires suivants au lieu de les laisser dans la file de modération. Tous les utilisateurs et utilisatrices peuvent voir, modifier ou supprimer leurs informations personnelles à tout moment (à l’exception de leur nom d’utilisateur/trice). Les gestionnaires du site peuvent aussi voir et modifier ces informations. A venir : Pour les utilisateurs et utilisatrices qui s’inscrivent sur notre site (si cela est possible), nous stockons également les données personnelles indiquées dans leur profil.

Les droits que vous avez sur vos données

Si vous avez laissé des commentaires sur le site, vous pouvez demander à recevoir un fichier contenant toutes les données personnelles que nous possédons à votre sujet, incluant celles que vous nous avez fournies. Vous pouvez également demander la suppression des données personnelles vous concernant. Cela ne prend pas en compte les données stockées à des fins administratives, légales ou pour des raisons de sécurité.

Droits d'auteur

L'ensemble de ce site relève de la législation française et internationale sur le droit d'auteur et la propriété intellectuelle. Tous les droits de reproduction sont réservés, y compris pour les documents téléchargeables et les représentations iconographiques et photographiques. Certains visuels d'illustration de ce site sont propriété de l’auteur de ce site ou acheté à des tiers. Les droits d'utilisation, de reproduction et de diffusion sont strictement réservés à la communication de ce site. La reproduction de tout ou partie de ce site sur un support électronique quel qu'il soit est formellement interdite sauf autorisation expresse du directeur de la publication. La reproduction des textes de ce site sur un support papier est autorisée, tout particulièrement dans le cadre pédagogique, sous réserve du respect des trois conditions suivantes :
  •     Gratuité de la diffusion,
  •     Respect de l'intégrité des documents reproduits : pas de modification ni altération d'aucune sorte,
  •     Citation claire et lisible de la source, par exemple, sous la forme suivante « Ce document provient du site Internet K Dit la Bible https://www.k-dit-la-bible.com Les droits de reproduction sont réservés et strictement limités. »
Pour d'autres utilisations, veuillez contacter le responsable du site. Les marques citées ou sources sur ce site sont déposées par les sociétés qui en sont propriétaires.

Informations de contact

Vous pouvez nous contacter à cette adresse email : contact@k-dit-la-bible.com pour toute demande ou question. Nous vous remercions !

Mentions de Copyright

Les mentions de Copyright de chaque image(s) utilisée(s) sont indiquées par chaque article qui les utilise. La musique utilisée dans les versions audio des articles (mp3) et des vidéos hébergées par ce site a été acquise (achat) et est sous licence.  Source:  Envato - Purchase of "Adventure Cinematic” by Music Aura.
Save settings
Cookies settings