L’homme est-il obsolète?

L'homme est-il obsolète?


Version audio de l’article

Gemmes

L’homme peut-il devenir «obsolète»? Cette question vous insurge peut-être… Et pourtant, des hommes l’ont soulevée…

Voulez-vous en savoir plus?

 

La réflexion du philosophe Günther Anders

En 1956  le philosophe juif Allemand Günther Anders écrivit cette réflexion prémonitoire :

  • « Pour étouffer par avance toute révolte, il ne faut surtout pas s’y prendre de manière violente.
    Les méthodes archaïques comme celles d’Hitler sont nettement dépassées.
    Il suffit de créer un conditionnement collectif si puissant que l’idée même de révolte ne viendra même plus à l’esprit des hommes.
    L’idéal serait de formater les individus dès la naissance en limitant leurs aptitudes biologiques innées…
    Ensuite, on poursuivrait le conditionnement en réduisant de manière drastique le niveau & la qualité de l’éducation, pour la ramener à une forme d’insertion professionnelle.
    Un individu inculte n’a qu’un horizon de pensée limité et plus sa pensée est bornée à des préoccupations matérielles, médiocres, moins il peut se révolter.
    Il faut faire en sorte que l’accès au savoir devienne de plus en plus difficile et élitiste..… que le fossé se creuse entre le peuple et la science, que l’information destinée au grand public soit anesthésiée de tout contenu à caractère subversif. Surtout pas de philosophie.
    Là encore, il faut user de persuasion et non de violence directe : on diffusera massivement, via la télévision, des divertissements abrutissant, flattant toujours l’émotionnel, l’instinctif.
    On occupera les esprits avec ce qui est futile et ludique. Il est bon avec un bavardage et une musique incessante, d’empêcher l’esprit de s’interroger, penser, réfléchir.
    On mettra la sexualité au premier rang des intérêts humains.
    Comme anesthésiant social, il n’y a rien de mieux. En général, on fera en sorte de bannir le sérieux de l’existence, de tourner en dérision tout ce qui a une valeur élevée, d’entretenir une constante apologie de la légèreté ; de sorte que l’euphorie de la publicité, de la consommation deviennent le standard du bonheur humain et le modèle de la liberté.
    Le conditionnement produira ainsi de lui-même une telle intégration, que la seule peur (qu’il faudra entretenir) sera celle d’être exclus du système et donc de ne plus pouvoir accéder aux conditions matérielles nécessaires au bonheur.
    L’homme de masse, ainsi produit, doit être traité comme ce qu’il est : un produit, un veau, et il doit être surveillé comme doit l’être un troupeau.
    Tout ce qui permet d’endormir sa lucidité,  son esprit critique est bon socialement, ce qui risquerait de l’éveiller doit être combattu, ridiculisé, étouffé…
    Toute doctrine remettant en cause le système doit d’abord être désignée comme subversive et terroriste et ceux qui la soutiennent devront ensuite être traités comme tels »

Extrait de « l’obsolescence de l’homme » 1956″par Günther Anders.

 

Contexte de l’œuvre de Günther Anders

Günthers Anders est un philosophe né le 12 juillet 1909 à Warclow en Pologne.

Sa vie a été marquée par deux événements importants du XXème siècle: le camp de concentration d’Auschwitz et la première bombe nucléaire lancée sur Hiroshima.

Selon lui, l’extermination humaine des camp de concentration est une résultante d’une société moderne qui n’est plus en harmonie entre ce que l’homme pense et ce qu’il est capable de faire. L’industrialisation qui découpe le travail en diverses phases de production, amène l’homme à vivre, non plus comme un être humain, mais comme un outil.

A voir aussi:  Apathie qui a laissé l'Holocauste arriver

Il échangea des lettres avec Claude Eatherly, le pilote américain qui donna le signal pour lancer la première bombe atomique. Sa réflexion porta sur la conscience humaine qui n’arrive pas à réaliser la puissance de la technologie qu’il utilise.

Il a donc inventé un mot: le «surliminal», opposé au «subliminal» pour désigner ce qui est imperceptible et qui nous dépasse. On peut le vivre au quotidien, lorsque le journal télévisé nous annonce un grand nombre de morts dans une catastrophe: nous ne ressentons plus aucune douleur.

L’homme ne se retrouve plus dans le monde qu’il a créé: c’est «l’utopie inversée». L’homme a honte de ce qu’il est devenu et de son existence face aux objets qu’il fabrique, qui sont pensés et calculés de manière très précise. L’homme a honte d’être «obsolète», imparfait par rapport à ce qu’il a produit.

Son livre sur l’obsolescence de l’homme l’exprime cette pensée en quatre parties.

  • La première partie décrit ce qu’il appelle «la honte prométhéenne » où l’humanité se retrouve humiliée devant la qualité de ce qu’elle produit au niveau technologique.
  • Dans la deuxième partie, il développe de quelle manière le monde s’est transformé sous l’influence des médias.
  • Dans la troisième,  intitulée « Être sans temps », où il utilise une parodie pour montrer comment l’homme se retrouve désœuvré dans cette société moderne.
  • Dans la quatrième partie intitulée « Sur la bombe et les causes de notre aveuglement face à l’apocalypse », il conclut son livre en montrant que le monde risque de devenir un laboratoire mondial face à l’aveuglement face à un apocalypse possible.

 

La «honte» prométhéeenne

Prométhée était un titan qui vola le feu sacré venant des dieux de l’Olympe pour en faire don aux hommes. Ces derniers pouvaient enfin cuire leurs aliments, développer des choses techniques et surmonter leurs limites.

En faisant ce don, Prométhée est considéré comme celui qui est à l’origine de la civilisation humaine, en ayant enseigné aux humains la métallurgie et d’autres arts avec ce feu.

Pour son acte de trahison, Zeus lui infligea un châtiment: celui d’avoir son foie dévoré par l’Aigle du Caucase pendant qu’il était maintenu attaché à un rocher de la montagne.

La «honte» dont parle Anders vient du paradoxe entre les machines et la technologie créées par l’homme qui deviennent de plus en plus performantes contrairement à la nature de l’homme qui reste limitée. L’homme en vient à préférer ce qu’il a fabriqué de ses mains au détriment de l’homme en soi. Cela lui confère un sentiment d’infériorité face aux machines.

Un prophète sur l’obsolescence programmée?

Ce qu’Anders décrivait en 1956 ressemble de nos jours à une prophétie qui est en train de se réaliser sous nos yeux.

Il a décrit l’argument mis en avant par les transhumanistes selon lequel il est indéniable que l’homme est «obsolète» face aux machines.

Le transhumanisme préfère un futur robotisé où le biologique est minimisé pour ne plus avoir affaire à ses limites. Dans l’univers qu’ils entrevoient pour l’humanité, l’homme devient son propre dieu et décide quelle machine il souhaite devenir. Ne voyons-nous pas, aujourd’hui, une explosion de «l’ingénierie humaine» avec l’intelligence artificielle qui est en train de s’immiscer dans les outils de notre quotidien? Sur les outils de notre ordinateur (les chatbots), les robots ménagers qui commencent à envahir notre maison (robot de cuisine, aspirateur etc.).

A voir aussi:  De l'Homo Sapiens à l'Homo Deus

Tout le monde sait que cette robotisation ne va aller qu’en s’amplifiant. Mais jusqu’où?

Est-ce que la machine va finir par prendre le dessus sur l’homme comme dans les pires scénarios de science-fiction?

Car les transhumanistes veulent aller beaucoup plus loin: ils songent à transférer «notre conscience, notre connaissance» dans un corps «parfait» fonctionnant à l’aide d’ondes cérébrales.

Cela va donc au-delà d’un être hybride moitié homme et machine qui va au-delà de l’histoire du monstre de Frankenstein.

Ils veulent créer une sorte de «race» qui finira par ne plus être humaine: échanger la mortalité et ce qui est périssable par un «corps» immortel et non périssable (quoiqu’ayant besoin de maintenance!). En d’autres mots «dépasser» l’homme en transférant «son esprit» dans un robot sophistiqué.

Mais est-ce qu’ils laisseront même la conscience, le cerveau humain contrôler ce robot du futur lorsque l’on voit à quel point l’intelligence artificelle semble s’infiltrer partout pour prendre les décisions à notre place? N’est-ce pas aussi le rejet de la faillibilité humaine au niveau de sa conscience et de sa force de volonté? Regardez ce que font le métaverse et les xénabots… Et ce ne sont que les prémices.

On peut se demander ce qu’il restera de la race humaine. Mais le savent-ils eux-mêmes?

Selon la Bible

Depuis les origines de la création, l’homme cherche à retrouver ce qu’il a perdu lors de la «chute» décrite dans le livre de la Genèse: celle de redevenir immortel. Seulement, il cherche, comme dans le cas du transhumanisme, à le faire sans Dieu. Pourquoi? Parce que, justement, ils ne croient pas en Lui. Ils cherchent donc une solution avec la manipulation génétique associée à l’ingénierie robotique.

La Bible propose pourtant une vie «éternelle» mais dans la présence de Dieu pour «quiconque croit».

Jean 3 verset 16.

  • Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle.

Or, la vie éternelle n’existe pas sans la présence de Dieu. Pourquoi? Car les démons et ceux qui rejettent Dieu seront loin de Sa présence, mais pour l’éternité. Ils ont donc aussi une vie éternelle mais pas digne d’être appelée «vie».

Jean 17 verset 3.

  • Or, la vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi, le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus Christ.

Dieu offre une autre vie à tout ceux qui le souhaitent:

Ézéchiel 36:26

  • Je vous donnerai un cœur nouveau, et je mettrai en vous un esprit nouveau; j’ôterai de votre corps le cœur de pierre, et je vous donnerai un cœur de chair.

 

Et ce changement de cœur arrive lorsque l’on reçoit Christ afin qu’Il vive en nous:

A voir aussi:  Que dit la Bible sur le tatouage ?

2 Corinthiens 5 verset 17-18.

  • Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées; voici, toutes choses sont devenues nouvelles.
    Et tout cela vient de Dieu, qui nous a réconciliés avec lui par Christ, et qui nous a donné le ministère de la réconciliation.

Car la véritable vie et celle qui peut nous donner du bonheur est celle qui prend source en Dieu. Jésus a payé le prix, à la croix, afin que nous ne mourrions pas, mais que nous soyons réconciliés avec Dieu pour recevoir Sa vie dans tous les domaines de notre être et vie.

C’est mieux que de transférer sa conscience dans un robot… Ne pensez-vous pas?

 

Que faut-il retenir ?

Au lieu que l’homme assujettisse la nature comme Dieu avait ordonné, les transhumanistes veulent, à l’inverse, se soumettre à une transformation qui les incorporent dans une machine.

Ne croyant pas en Dieu, ils estiment que c’est l’ultime solution pour venir à bout de tous les problèmes de la terre: adieu la pauvreté, la surpopulation, la maladie, le vieillissement, la mort.

Seulement, si l’esprit de l’homme en a le contrôle (s’il en reste quelque chose), sa nature se retrouvera dans un «corps» qui aura ses propres limites.

N’est-ce pas un leurre que de croire qu’en changeant de «corps» on va éradiquer tous les problèmes?

Et même s’ils arrivaient à transférer un esprit dans une machine, où serait la poésie dans un monde virtuel où rien n’est réel? Car ce nouvel «être» ne connaîtrait plus l’amour, l’étreinte d’un être bien-aimé. Quelle sera l’option? Se réfugier dans le virtuel. Et échappera-t’il à l’exploitation puisqu’il aura été créé pour être productif au maximum?

Malgré toutes ces questions, il y a des transhumanistes enthousiastes qui voient tout ceci comme «une évolution» inévitable devant remplacer «l’homo sapiens» limité en tous points. 

Alors, est-ce qu’Anders avait raison ?

 

Vous avez aimé cet article ?

Ne pas hésiter à laisser un commentaire, vous abonner pour recevoir une notification lorsqu’il y a un nouvel article, de partager sur les réseaux sociaux…

Plus de détails, sources et références sont donnés dans la section ci-dessous « En savoir plus… ».

Sources externes

Articles :

En Français

Copyright

  • Louis Segond (LSG) by Public Domain sauf si spécifié autrement.
  • Image mise en avant : image personnelle.

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu, pour fournir des fonctionnalités de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Politique de confidentialité et de cookies
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active

Qui sommes-nous ?

L’adresse de notre site Web est : https://k-dit-la-bible.com. Je suis un particulier qui habite en Auvergne en France. Voir la section « Objectif de ce site et qui suis-je? » pour un complément d’information.

Utilisation des données personnelles collectées

Commentaires

Quand vous laissez un commentaire sur notre site web, les données inscrites dans le formulaire de commentaire, mais aussi votre adresse IP et l’agent utilisateur de votre navigateur sont collectés pour nous aider à la détection des commentaires indésirables. Une chaîne anonymisée créée à partir de votre adresse de messagerie (également appelée hash) peut être envoyée au service Gravatar pour vérifier si vous utilisez ce dernier. Les clauses de confidentialité du service Gravatar sont disponibles ici : https://automattic.com/privacy/. Après validation de votre commentaire, votre photo de profil sera visible publiquement à coté de votre commentaire.

Vérification et publication des commentaires

Les commentaires

Les commentaires des visiteurs peuvent être vérifiés à l’aide d’un service automatisé de détection des commentaires indésirables. Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne répondent pas à nos critères de publication (à caractère indésirable ou ne correspondant pas à l’objet du site).

Formulaires de contact

Cookies

Si vous déposez un commentaire sur notre site, il vous sera proposé d’enregistrer votre nom, adresse de messagerie et site web dans des cookies. C’est uniquement pour votre confort afin de ne pas avoir à saisir ces informations si vous déposez un autre commentaire plus tard. Ces cookies expirent au bout d’un an. Si vous vous rendez sur la page de connexion, un cookie temporaire sera créé afin de déterminer si votre navigateur accepte les cookies. Il ne contient pas de données personnelles et sera supprimé automatiquement à la fermeture de votre navigateur. Lorsque vous vous connecterez, nous mettrons en place un certain nombre de cookies pour enregistrer vos informations de connexion et vos préférences d’écran. La durée de vie d’un cookie de connexion est de deux jours, celle d’un cookie d’option d’écran est d’un an. Si vous cochez « Se souvenir de moi », votre cookie de connexion sera conservé pendant deux semaines. Si vous vous déconnectez de votre compte, le cookie de connexion sera effacé. En modifiant ou en publiant une publication, un cookie supplémentaire sera enregistré dans votre navigateur. Ce cookie ne comprend aucune donnée personnelle. Il indique simplement l’ID de la publication que vous venez de modifier. Il expire au bout d’un jour.

Contenu embarqué depuis d’autres sites

Les articles de ce site peuvent inclure des contenus intégrés (par exemple des vidéos, images, articles…). Le contenu intégré depuis d’autres sites se comporte de la même manière que si le visiteur se rendait sur cet autre site. Ces sites web pourraient collecter des données sur vous, utiliser des cookies, embarquer des outils de suivis tiers, suivre vos interactions avec ces contenus embarqués si vous disposez d’un compte connecté sur leur site web.

Statistiques et mesures d’audience

Nous faisons des statistiques et mesures d’audience en interne (non publiées sur le site). Nous affichons seulement les statistiques classiques d’un site web : le nombre de vues sur les pages et le nombre de visites sur le site.

Utilisation et transmission de vos données personnelles

Nous ne faisons aucun commerce ni échange de données personnelles.

Durées de stockage de vos données

Les commentaires

Les commentaires des visiteurs peuvent être vérifiés à l’aide d’un service automatisé de détection des commentaires indésirables. Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne répondent pas à nos critères de publication. Si vous laissez un commentaire, le commentaire et ses métadonnées sont conservés indéfiniment. Cela permet de reconnaître et approuver automatiquement les commentaires suivants au lieu de les laisser dans la file de modération. Tous les utilisateurs et utilisatrices peuvent voir, modifier ou supprimer leurs informations personnelles à tout moment (à l’exception de leur nom d’utilisateur/trice). Les gestionnaires du site peuvent aussi voir et modifier ces informations. A venir : Pour les utilisateurs et utilisatrices qui s’inscrivent sur notre site (si cela est possible), nous stockons également les données personnelles indiquées dans leur profil.

Les droits que vous avez sur vos données

Si vous avez laissé des commentaires sur le site, vous pouvez demander à recevoir un fichier contenant toutes les données personnelles que nous possédons à votre sujet, incluant celles que vous nous avez fournies. Vous pouvez également demander la suppression des données personnelles vous concernant. Cela ne prend pas en compte les données stockées à des fins administratives, légales ou pour des raisons de sécurité.

Droits d'auteur

L'ensemble de ce site relève de la législation française et internationale sur le droit d'auteur et la propriété intellectuelle. Tous les droits de reproduction sont réservés, y compris pour les documents téléchargeables et les représentations iconographiques et photographiques. Certains visuels d'illustration de ce site sont propriété de l’auteur de ce site ou acheté à des tiers. Les droits d'utilisation, de reproduction et de diffusion sont strictement réservés à la communication de ce site. La reproduction de tout ou partie de ce site sur un support électronique quel qu'il soit est formellement interdite sauf autorisation expresse du directeur de la publication. La reproduction des textes de ce site sur un support papier est autorisée, tout particulièrement dans le cadre pédagogique, sous réserve du respect des trois conditions suivantes :
  •     Gratuité de la diffusion,
  •     Respect de l'intégrité des documents reproduits : pas de modification ni altération d'aucune sorte,
  •     Citation claire et lisible de la source, par exemple, sous la forme suivante « Ce document provient du site Internet K Dit la Bible https://www.k-dit-la-bible.com Les droits de reproduction sont réservés et strictement limités. »
Pour d'autres utilisations, veuillez contacter le responsable du site. Les marques citées ou sources sur ce site sont déposées par les sociétés qui en sont propriétaires.

Informations de contact

Vous pouvez nous contacter à cette adresse email : contact@k-dit-la-bible.com pour toute demande ou question. Nous vous remercions !

Mentions de Copyright

Les mentions de Copyright de chaque image(s) utilisée(s) sont indiquées par chaque article qui les utilise. La musique utilisée dans les versions audio des articles (mp3) et des vidéos hébergées par ce site a été acquise (achat) et est sous licence.  Source:  Envato - Purchase of "Adventure Cinematic” by Music Aura.
Save settings
Cookies settings