Bye bye au droit de propriété privée?

Bye bye au droit de propriété privée


Version audio de l’article

Gemmes

Certains pays ont annoncé leurs études envisageant de renoncer à la notion de propriété individuelle. De quoi s’agit-il? Pourquoi une telle idée? Regardons ensemble ce qui se passe…

L’origine de cette idée

La Révolution Française a déclaré vouloir abolir le système féodal qui asservissait les serfs aux nobles.

La déclaration universelle des droits de l’homme, article 17, décrète depuis que :

  • « toute personne, aussi bien seule qu’en collectivité, a droit à la propriété. Nul ne peut être arbitrairement privé de sa propriété ».

Plus tard, Marx, le père du communisme inspira le Manifeste du parti communisme en 1848. Pour lui, le problème se résume à sa fameuse citation:  «l’histoire de toute société jusqu’à nos jours est l’histoire de la lutte des classes».

En gros, «le bourgeois» est celui qui possède les moyens de production (usines, machines, etc.) et qui fait travailler «les prolétaires».

Il faut préciser qu’à l’époque de Marx, rares étaient les «prolétaires» qui étaient propriétaires de ces moyens de production.

La solution s’est donc imposée d’elle-même :  abolir la notion de propriété privée ce qui changeait peu de chose par rapport à ce qui se passait dans la société d’alors puisque c’était déjà le cas pour la grande majorité de la population.

Alors qui sera propriétaire? Seul l’Etat, pour devenir un état providence. C’est ce que Marx appelle la socialisation des biens où non seulement le droit à la propriété est aboli, mais aussi l’héritage.

Annoncé dans le livre de Klaus Schwab, le «Grand Reset»

Le Marxisme a voulu une nouvelle société… Klaus Schwab, le co-fondateur du Forum de Davos, le World Economic Forum, annonce dans ses livres la transformation qui nous amène vers la 4ème révolution industrielle.

Il écrit dans son livre «Le Grand Reset» (la grande réinitialisation) :

  • «suite à la pandémie, nous allons vers un autre système économique et de société. C’est une grande réinitialisation où un retour en arrière n’est plus possible.

Ne croyez pas que ce soit un individu qui prône une simple philosophie. Schwab influence tous les présidents et têtes couronnées de la terre qui se rassemblent tous les ans à Davos pour discuter de ce qu’ils comptent bien faire.

Pour lui, le capitalisme est fini : il a montré toutes ses faiblesses pendant la pandémie. Il faut donc passer par une phase de «grande réinitialisation».

Dans son livre «Covid-19: la grande réinitialisation», Schwab écrit qu’il faut:

  • « saisir l’occasion de cette crise sanitaire et économique pour repenser le monde et changer radicalement les politiques.”

Pour lui, si on ne possède plus rien, on pourra vivre heureux.

  • «L’état providence, aidée par l’intelligence artificielle, vont gérer votre quotidien, votre corps, votre santé dans les moindre détails bien mieux que ce que vous pouvez faire pour vous-même : «Vous ne posséderez rien, mais vous serez heureux”,

écrit-il.

Il pense que c’est le moment idéal puisqu’il insiste dans son livre :

  • «La pandémie représente une fenêtre d’opportunité rare mais étroite pour repenser, réinventer et réinitialiser notre monde ».

Il a organisé, dans ce but, un sommet intitulé le Jobs Reset Summit qui a commencé en 2021. Si je traduis le nom de ce sommet, cela donne : Sommet sur la réinitialisation du travail.

Le Global Future Councils du FEM a annoncé que la propriété privée serait certainement abolie dans les dix ans à venir.

Cela va au-delà de ce que le Marxisme cherchait à faire : il s’agit non seulement de mettre les « moyens de production » entre les mains de l’État mais de rendre la notion de propriété individuelle caduque. Bienvenue dans le meilleur des mondes…

On pourrait penser que cette idée va rester collée aux pages des livres de Schwab, sauf qu’il y a eu quelques soubresauts annonçant que l’idée fait son chemin en Europe.

Le Premier Ministre socialiste Pedro Sanchez en Espagne a préfacé un rapport en mai 2021 qui propose un plan pour régler la crise : celui de renoncer à la notion de propriété individuelle. Cela va très loin : c’est non seulement renoncer à être propriétaire d’une maison, mais aussi d’être logé de manière individuelle.

A voir aussi:  Maison de famille d’Abraham: un centre pour une religion mondiale?

Le gouvernement espagnol pense ainsi régler le problème de manque de logement en proposant ce nouveau concept : un monde où nous possédons nos biens selon une notion de propriété «temporaire». Oui, nos biens seront loués, de la maison au plus petit objet utilisé dans notre vie.

Du coup, il applique le même concept pour régler le problème de chômage : fini les postes fixes et indéterminés (CDI). L’employeur aura le droit de placer les travailleurs là où se trouve le travail. Tant mieux, puisqu’il n’y aurait plus la notion de propriété privée : on pourra donc déplacer les gens sur le nouveau lieu de leur «location», leur propriété temporaire…

Le travail sera alloué selon la disponibilité de chacun. Vous êtes libres? On vous met «là»…

Et de nos jours en France?

Les français sont à 60% propriétaires de leur logement, un taux bien inférieur à leurs voisins : 73% pour les italiens et 90 % pour les espagnols.

Le gouvernement français, au lieu de veiller à ce que plus de citoyens accèdent à la propriété, voit les choses sous un autre angle.

Un organisme qui s’appelle «France stratégie», rattaché directement au Premier ministre, entrevoit une solution pour éponger la dette publique : décréter que l’Etat devienne copropriétaire de tous les terrains construits résidentiels.

Ainsi, une partie du loyer correspondant à l’occupation des sols irait remplir les caisses de l’Etat. Le droit de propriété deviendrait « incessible ». Qu’est-ce que cela veut dire? Si le propriétaire refuse ou ne peut plus verser à   l’Etat son dû, ce dernier récupérerait ce qu’on lui doit lors de la vente ou de la transmission du bien.

Mais est-ce juste une idée qui circule pour discuter de cette éventualité ou quelque chose qui est en marche dans ce sens?

Un pas vers cette nouvelle notion

Le 28 novembre 2019, les députés ont adopté, en première lecture, une proposition de loi sur l’immobilier qui dissocie le bâti du foncier dans la notion de droit de propriété.

Concrètement, cela veut dire que l’on peut être propriétaire des murs  sans être propriétaire du terrain du logement. C’est le principe de la loi Lagleize mais qui s’applique sur l’ensemble des logements sans conditions de ressources, contrairement aux lois Elan et Alur qui permettaient à ceux qui ont des revenus modestes d’accéder plus facilement à la propriété. Cela veut dire qu’un particulier deviendrait propriétaire des murs de sa maison, mais sans le terrain sur lequel celle-ci a été construite. Le détenteur du logement devra, en retour, verser un loyer à l’Etat puisque l’on utilise un avantage : le logement.

Il s’agit d’un nouveau principe de droit de propriété qui s’ajoute au droit de propriété du foncier et à celui de la nue-propriété et de l’usufruit.

Pour l’instant, la loi Lagleize a été bloquée et se retrouve enterrée : mais pour combien de temps? Nous n’avons pas encore perdu le droit à la propriété individuelle, mais des projets de lois font un pas de plus vers la réinitialisation du droit de propriété surtout que Schwab, celui qui influence toutes les têtes présidentielles et couronnées l’a mis dans son agenda…

Selon la Bible

Les crises. La Bible mentionne une crise qui fut traversée par l’Egypte (1) : elle dû faire face à trois ans et demi de famine. Imaginez : trois ans et demi sans rien avoir à manger.

Joseph fut l’homme suscité par Dieu pour résoudre la crise. Mais grâce à un songe divin qui fut répété deux fois à Pharaon sur ce qui devait arriver, Joseph eut trois ans et demi pour engranger, dans tout le pays, le blé et autres céréales au point où il n’y eut plus de nombre pour quantifier ce stock.

A voir aussi:  Que signifie s’agenouiller devant une personne ?

Genèse 41 verset 49.

  • Joseph amassa du blé, comme le sable de la mer, en quantité si considérable que l’on cessa de compter, parce qu’il n’y avait plus de nombre.

Cette préparation leur permis de surmonter les trois autres années et demies de famine annoncées par Dieu.

Mais Joseph fit quelque chose de révolutionnaire : au fur et à mesure que les effets de la famine s’amplifiaient sur le peuple, ce dernier, chaque année, s’est vu obligé de renoncer  à quelque chose en contrepartie du blé qui leur permettait de survivre :

  • Les troupeaux
  • Leurs terres et leurs corps.

A la fin de la famine, Pharaon s’est retrouvé propriétaire de toutes les terres d’Egypte et ses habitants devenus ainsi ses perpétuels serviteurs : ce fut l’instauration du premier impôt mentionné dans la Bible.  Cet impôt était en fait le loyer versé par les habitants en contrepartie d’avoir été sauvés de la famine. Pharaon s’est retrouvé maître de tout sauf des terres des prêtres qui avaient un droit inaliénable sur leurs terres.

Genèse 47 verset 20b.

  • Et le pays devint la propriété de Pharaon.

Pour faciliter la répartition des récoltes afin que le peuple mange, Joseph incita les gens à venir en ville d’un bout  à l’autre du pays. C’est exactement ce qui est dans le plan de Schwab avec les «villes intelligentes».

Genèse 47 verset 21.

  • Il fit passer le peuple dans les villes, d’un bout à l’autre des frontières de l’Égypte.

Cela peut paraître excessif, mais tout le monde y trouvait son compte. Les Egyptiens continuaient d’avoir un logement, des animaux et terres à cultiver et payaient au Pharaon cet impôt comme un loyer. A cette époque, ce n’était que 20%!

C’est une solution qui paraît très séduisante même de nos jours. Seulement des théologiens pensent que cette histoire préfigure ce que l’antichrist va faire un jour au niveau mondial, non pas pour le bien du peuple, mais pour prendre bien au-delà des 20% d’impôts que les Egyptiens ont eu!

Que faut-il retenir ?

La loi Lagleize est bloquée pour l’instant, mais elle démontre qu’elles sont les intentions sur la politique du logement et des droits liés au droit de propriété privé. Pourquoi? Parce que Schwab a amené les pays à plancher dessus : sur comment régler les crises du logement, du travail, et des questions sanitaires. L’idée de supprimer la notion de propriété privée est séduisante pour l’Etat puisque ce dernier percevrait de nouveaux fonds provenant des loyers en échange de ses services d’Etat providence.  Les individus seraient plus faciles à déplacer : pas de propriété, donc on peut lui demander d’aller là où il y a du travail. On résoud d’une pierre les problèmes de logements, de chômage et de questions sanitaires facilitant les déplacements des populations pour «les protéger» et pour «leur bien». Les grands gagnants seraient l’Etat et les sociétés qui ont un marché avec lui…

En d’autres mots, c’est l’histoire de l’Egypte qui se répète, mais avec un futur pharaon qui sera de moins bonne augure…

Qu’en pensez-vous?

Vous avez aimé cet article ?

Ne pas hésiter à laisser un commentaire, vous abonner pour recevoir une notification lorsqu’il y a un nouvel article, de partager sur les réseaux sociaux…

Plus de détails, sources et références sont donnés dans la section ci-dessous « En savoir plus… ».

Ce que dit la Bible

Commentaires

Ecritures

Référence (1)

L’histoire de la famine d’Egypte (voir aussi Genèse 41) et le contexte de l’instauration du premier impôt mentionné dans la Bible.

Genèse 47 versets 13-21.

Il n’y avait plus de pain dans tout le pays, car la famine était très grande; le pays d’Égypte et le pays de Canaan languissaient, à cause de la famine.

Joseph recueillit tout l’argent qui se trouvait dans le pays d’Égypte et dans le pays de Canaan, contre le blé qu’on achetait; et il fit entrer cet argent dans la maison de Pharaon.

Quand l’argent du pays d’Égypte et du pays de Canaan fut épuisé, tous les Égyptiens vinrent à Joseph, en disant: Donne-nous du pain! Pourquoi mourrions-nous en ta présence? car l’argent manque.

Joseph dit: Donnez vos troupeaux, et je vous donnerai du pain contre vos troupeaux, si l’argent manque.

Ils amenèrent leurs troupeaux à Joseph, et Joseph leur donna du pain contre les chevaux, contre les troupeaux de brebis et de boeufs, et contre les ânes. Il leur fournit ainsi du pain cette année-là contre tous leurs troupeaux.

Lorsque cette année fut écoulée, ils vinrent à Joseph l’année suivante, et lui dirent: Nous ne cacherons point à mon seigneur que l’argent est épuisé, et que les troupeaux de bétail ont été amenés à mon seigneur; il ne reste devant mon seigneur que nos corps et nos terres.

Pourquoi mourrions-nous sous tes yeux, nous et nos terres? Achète-nous avec nos terres contre du pain, et nous appartiendrons à mon seigneur, nous et nos terres. Donne-nous de quoi semer, afin que nous vivions et que nous ne mourions pas, et que nos terres ne soient pas désolées.

Joseph acheta toutes les terres de l’Égypte pour Pharaon; car les Égyptiens vendirent chacun leur champ, parce que la famine les pressait. Et le pays devint la propriété de Pharaon.

Il fit passer le peuple dans les villes, d’un bout à l’autre des frontières de l’Égypte.

Seulement, il n’acheta point les terres des prêtres, parce qu’il y avait une loi de Pharaon en faveur des prêtres, qui vivaient du revenu que leur assurait Pharaon: c’est pourquoi ils ne vendirent point leurs terres.

Joseph dit au peuple: Je vous ai achetés aujourd’hui avec vos terres, pour Pharaon; voici pour vous de la semence, et vous pourrez ensemencer le sol.

A la récolte, vous donnerez un cinquième à Pharaon, et vous aurez les quatre autres parties, pour ensemencer les champs, et pour vous nourrir avec vos enfants et ceux qui sont dans vos maisons.

Ils dirent: Tu nous sauves la vie! que nous trouvions grâce aux yeux de mon seigneur, et nous serons esclaves de Pharaon.

Joseph fit de cela une loi, qui a subsisté jusqu’à ce jour, et d’après laquelle un cinquième du revenu des terres de l’Égypte appartient à Pharaon; il n’y a que les terres des prêtres qui ne soient point à Pharaon.

Sources externes

Articles :

En Français

A voir aussi:  L’identité digitale mondiale

 

Vidéos à rechercher :

En Français

 

Copyright

  • Louis Segond (LSG) by Public Domainsauf si spécifié autrement.
  • Image mise en avant : dessin personnel.

 

2 réflexions sur “Bye bye au droit de propriété privée?

  • août 2, 2022 à 3:06
    Permalien

    Très intéressant, comme d’habitude.
    Je me demande ce qui adviendra des gens qui vivent dans des fourgons aménagé et autres nomades?
    Dans l’histoire de Joseph, les étrangers pouvaient venir acheter de la nourriture ( comme sa propre famille) mais pas s’installer me semble t’il?

    Répondre
    • août 3, 2022 à 4:47
      Permalien

      Bonjour
      Merci pour votre commentaire. Si on lit ce qu’ils disent sur le plan du Grand Reset, ils envisagent de reconstruire les villes sur le principe de « Néom » (voir l’article). Le pass sanitaire deviendrait un pass vert, écologique, basé sur un quota d’émission de taux de carbone tout en combinant le dossier de santé et d’identité pour avoir tout en un. Du moment que les nomades sont traçables, je ne pense pas qu’ils les forceront à s’établir quelque part… Quoiqu’ils étaient, autrefois, dans la ligne de mire des nazis. Tout va dépendre de leur interprétation de l’application du grand reset. Je n’ai pas vu ce cas être mentionné dans un livre de Schwab.

      Répondre

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu, pour fournir des fonctionnalités de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Politique de confidentialité et de cookies
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active

Qui sommes-nous ?

L’adresse de notre site Web est : https://k-dit-la-bible.com. Je suis un particulier qui habite en Auvergne en France. Voir la section « Objectif de ce site et qui suis-je? » pour un complément d’information.

Utilisation des données personnelles collectées

Commentaires

Quand vous laissez un commentaire sur notre site web, les données inscrites dans le formulaire de commentaire, mais aussi votre adresse IP et l’agent utilisateur de votre navigateur sont collectés pour nous aider à la détection des commentaires indésirables. Une chaîne anonymisée créée à partir de votre adresse de messagerie (également appelée hash) peut être envoyée au service Gravatar pour vérifier si vous utilisez ce dernier. Les clauses de confidentialité du service Gravatar sont disponibles ici : https://automattic.com/privacy/. Après validation de votre commentaire, votre photo de profil sera visible publiquement à coté de votre commentaire.

Vérification et publication des commentaires

Les commentaires

Les commentaires des visiteurs peuvent être vérifiés à l’aide d’un service automatisé de détection des commentaires indésirables. Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne répondent pas à nos critères de publication (à caractère indésirable ou ne correspondant pas à l’objet du site).

Formulaires de contact

Cookies

Si vous déposez un commentaire sur notre site, il vous sera proposé d’enregistrer votre nom, adresse de messagerie et site web dans des cookies. C’est uniquement pour votre confort afin de ne pas avoir à saisir ces informations si vous déposez un autre commentaire plus tard. Ces cookies expirent au bout d’un an. Si vous vous rendez sur la page de connexion, un cookie temporaire sera créé afin de déterminer si votre navigateur accepte les cookies. Il ne contient pas de données personnelles et sera supprimé automatiquement à la fermeture de votre navigateur. Lorsque vous vous connecterez, nous mettrons en place un certain nombre de cookies pour enregistrer vos informations de connexion et vos préférences d’écran. La durée de vie d’un cookie de connexion est de deux jours, celle d’un cookie d’option d’écran est d’un an. Si vous cochez « Se souvenir de moi », votre cookie de connexion sera conservé pendant deux semaines. Si vous vous déconnectez de votre compte, le cookie de connexion sera effacé. En modifiant ou en publiant une publication, un cookie supplémentaire sera enregistré dans votre navigateur. Ce cookie ne comprend aucune donnée personnelle. Il indique simplement l’ID de la publication que vous venez de modifier. Il expire au bout d’un jour.

Contenu embarqué depuis d’autres sites

Les articles de ce site peuvent inclure des contenus intégrés (par exemple des vidéos, images, articles…). Le contenu intégré depuis d’autres sites se comporte de la même manière que si le visiteur se rendait sur cet autre site. Ces sites web pourraient collecter des données sur vous, utiliser des cookies, embarquer des outils de suivis tiers, suivre vos interactions avec ces contenus embarqués si vous disposez d’un compte connecté sur leur site web.

Statistiques et mesures d’audience

Nous faisons des statistiques et mesures d’audience en interne (non publiées sur le site). Nous affichons seulement les statistiques classiques d’un site web : le nombre de vues sur les pages et le nombre de visites sur le site.

Utilisation et transmission de vos données personnelles

Nous ne faisons aucun commerce ni échange de données personnelles.

Durées de stockage de vos données

Les commentaires

Les commentaires des visiteurs peuvent être vérifiés à l’aide d’un service automatisé de détection des commentaires indésirables. Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne répondent pas à nos critères de publication. Si vous laissez un commentaire, le commentaire et ses métadonnées sont conservés indéfiniment. Cela permet de reconnaître et approuver automatiquement les commentaires suivants au lieu de les laisser dans la file de modération. Tous les utilisateurs et utilisatrices peuvent voir, modifier ou supprimer leurs informations personnelles à tout moment (à l’exception de leur nom d’utilisateur/trice). Les gestionnaires du site peuvent aussi voir et modifier ces informations. A venir : Pour les utilisateurs et utilisatrices qui s’inscrivent sur notre site (si cela est possible), nous stockons également les données personnelles indiquées dans leur profil.

Les droits que vous avez sur vos données

Si vous avez laissé des commentaires sur le site, vous pouvez demander à recevoir un fichier contenant toutes les données personnelles que nous possédons à votre sujet, incluant celles que vous nous avez fournies. Vous pouvez également demander la suppression des données personnelles vous concernant. Cela ne prend pas en compte les données stockées à des fins administratives, légales ou pour des raisons de sécurité.

Droits d'auteur

L'ensemble de ce site relève de la législation française et internationale sur le droit d'auteur et la propriété intellectuelle. Tous les droits de reproduction sont réservés, y compris pour les documents téléchargeables et les représentations iconographiques et photographiques. Certains visuels d'illustration de ce site sont propriété de l’auteur de ce site ou acheté à des tiers. Les droits d'utilisation, de reproduction et de diffusion sont strictement réservés à la communication de ce site. La reproduction de tout ou partie de ce site sur un support électronique quel qu'il soit est formellement interdite sauf autorisation expresse du directeur de la publication. La reproduction des textes de ce site sur un support papier est autorisée, tout particulièrement dans le cadre pédagogique, sous réserve du respect des trois conditions suivantes :
  •     Gratuité de la diffusion,
  •     Respect de l'intégrité des documents reproduits : pas de modification ni altération d'aucune sorte,
  •     Citation claire et lisible de la source, par exemple, sous la forme suivante « Ce document provient du site Internet K Dit la Bible https://www.k-dit-la-bible.com Les droits de reproduction sont réservés et strictement limités. »
Pour d'autres utilisations, veuillez contacter le responsable du site. Les marques citées ou sources sur ce site sont déposées par les sociétés qui en sont propriétaires.

Informations de contact

Vous pouvez nous contacter à cette adresse email : contact@k-dit-la-bible.com pour toute demande ou question. Nous vous remercions !

Mentions de Copyright

Les mentions de Copyright de chaque image(s) utilisée(s) sont indiquées par chaque article qui les utilise. La musique utilisée dans les versions audio des articles (mp3) et des vidéos hébergées par ce site a été acquise (achat) et est sous licence.  Source:  Envato - Purchase of "Adventure Cinematic” by Music Aura.
Save settings
Cookies settings