De la viande humaine en perspective

De la viande humaine en perspective?


Version audio de l’article

Extrait du film «Soleil vert» – une société du futur où la population survie grâce à une substance verte. Le héros découvre ce qui se cache derrière cette substance de survie.

 

Gemmes

La consommation de la viande humaine – l’anthropophagie – est une pratique qui, malheureusement, a eu son origine depuis la nuit des temps mais qui n’existe plus sauf des cas rares dans les faits divers.

Pourtant, des personnes songent sérieusement remettre cette idée sur le tapis pour «sauver la planète».

Voulez-vous en savoir plus?

Table des matières

D’où vient l’idée de consommer de la viande humaine?

Origine du mot «cannibale»

Le mot «cannibale» est un mot qui vient du latin «cannibale» et qui s’est retrouvé dans la langue espagnole. En 1493, Christoph Colomb découvrit les peuples «Cariba» ou «Caniba» en arrivant en Hispaniola puis à la Guadeloupe. Il rapporta dans son journal de bord de quelles manières ces tribus mangeaient leurs prisonniers de guerre, d’où le nom dérivé de «Canibal».  L’équipage de Christoph Colomb tomba même sur des ossements humains.

On pense aussi que ce mot pouvait provenir de la racine  «Canis», qui, en latin, veut dire «chien», souvent tenus responsables de manger de la chair humaine dans des cas extrêmes.

Plus tard, ce mot prendra une connotation d’homme sauvage.

Traces d’ogres dans l’art

Des œuvres d’art nous rappellent que le cannibalisme a laissé des traces dans l’histoire.

Le peintre Francisco de Goya au XIXème siècle, a représenté Saturne dévorant un de ses fils, directement sur les murs de sa maison « la Quinta del Sordo » dans les environs de Madrid. La peinture fut transférée sur une toile après sa mort : on peut la voir au Musée du Prado à Madrid.

Dans la capitale Suisse, à Berne, on peut apercevoir la statue d’une fontaine représentant un ogre dévorant un bébé. Il y a plusieurs hypothèses pour expliquer la signification de cette statue. Certains disent que c’est une satyre contre les juifs accusés de perpétrer des actes rituels et d’autres pensent que cet ogre fait référence à Cronos, qui est en latin le dieu Saturne.

Des contes et légendes ont propagé des histoires d’ogres comme le Chat Botté, le Petit Poucet de Charles Perrault et même dans une des premières versions de la Belle au Bois Dormant sans oublier l’histoire de Hänsel et Gretel.

Est-ce que ces légendes essayaient de se rappeler de souvenirs lointains et sombres?

Une pratique courante en Europe autrefois?

Le Dr Sugg a publié un livre où il a enquêté sur le cannibalisme en Europe qui aurait sévit jusqu’à la fin du XIXème siècle.

Voici ce qu’il a découvert (en partie – voir son livre et interviews pour en savoir plus):

Un livre médical datant du 18ème siècle révèle que des personnes royales britanniques auraient consommé des morceaux de corps humain. Cette pratique ne se serait pas cantonnée qu’à des proches des monarques, mais aussi dans la population en général dans toute l’Europe… Ils seraient même allés jusqu’à boire ou à porter de la poudre venant de momies égyptiennes, à consommer du gras, de la chair, des os, de la peau et du cerveau d’humains. On prélevait de la chair des soldats morts au combat, tout ceci au nom de la médecine, ce qui leur permettait de critiquer les pratiques barbares des cannibales du «Nouveau monde» ne voyant aucun lien avec leur approche scientifique!

Un tableau représente l’exécution du roi Charles Ier d’Angleterre en 1649 : on peut voir des personnes qui se précipitent vers lui pour obtenir un peu de son sang pour ses propriétés curatives. On récupérait le sang des criminels qui étaient décapités pour soigner des épileptiques.

Au Danemark, le jeune Hans Christian Andersen aurait vu des parents faire monter leur enfant malade sur l’échafaud pour boire le sang qui coulait. C’était si populaire que les bourreaux demandaient à leurs assistants de récupérer le sang dans des petites coupes.

On vit pour la dernière fois ce genre de pratique en Allemagne en 1865.

C’est magnifique ce que l’on peut accepter de faire au nom de la science…

Le cannibalisme dans la nature

Dans la nature, il existe des espèces «cannibales». On connaît la mante religieuse qui dévore son partenaire après et des fois pendant l’accouplement. Les punaises aux gros yeux (nom scientifique «Geocoris») limitent la taille de leur population en mangeant leur propre progéniture. Si elles deviennent trop nombreuses, elles déposent leurs œufs un peu partout ce qui augmente les chances de ne pas reconnaître leur couvée: elles se mettent alors à les dévorer.

Erica Wildy, écologiste à la California State University, East Bay, a pu observer que la faim incite les larves de salamandres à longs doigts à se grignoter voire à se manger les unes les autres.

Lorsque les invertébrés vivent en surpopulation et manquent de nourriture elles se mettent à attaquer leur congénères. Certains salamandres tigrées et crapauds deviennent des super cannibales lorsqu’une mare est remplie de larves. Lorsqu’ils deviennent des têtards ils héritent d’une « morphologie cannibale » : ils grossissent et des mâchoires béantes garnies de pseudo-fangs se forment.

On retrouve cette transformation cannibale chez les acariens, les poissons et même les mouches à fruits, dont les larves cannibales sont armées de 20 % de dents en plus sur leurs crochets buccaux que leurs homologues.

A voir aussi:  Cryogénie : où en sommes-nous?

L’inverse peut se produire pour se protéger. Par exemple, les larves du crapaud géant accélèrent leur croissance pour devenir trop volumineuses pour éviter d’être dévorées.

Mais lorsque c’est la nature qui le provoque, ce cannibalisme a un effet positif : la population est plus saine et moins nombreuse.

Ils veulent nous faire consommer de la viande humaine

Veut-on nous faire changer d’avis?

Les peuples qui pratiquaient le cannibalisme le faisaient pour plusieurs raisons : effrayer leurs adversaires, s’emparer de l’essence même de leurs ennemis comme pour acquérir certains pouvoirs proches de celles des dieux, comme un pouvoir de force et de vie éternelle: c’était plutôt associé à une croyance spirituelle.

Mais voilà que de nos jours les médias relancent cette idée comme pour nous préparer à en consommer bientôt sur une grande échelle. On entend de plus en plus l’avis «d’experts» qui semblent découvrir soudainement les bénéfices à devenir cannibales.

Le Professeur Magnus Soderlund de Suède conseille aux gens de consommer de la chair venant de personnes décédées. Apparemment, manger mamie nous sauvera du changement climatique à condition que l’on «s’éveille à cette idée». Il va même plus loin: ce serait meilleur que de manger des insectes…

Jusqu’à présent, le cannibalisme n’a jamais été pratiqué pour régler un problème de surpopulation. Bien sûr, il y a eu des cas extrêmes où les survivants d’une catastrophe ont dû se résoudre à manger les cadavres des morts pour s’en sortir.

Lorsque les tribus ont cessé de pratiquer le cannibalisme, ceux qui l’ont fait par la suite – hormis ceux qui ont cherché à survivre à une catastrophe – l’ont fait de manière barbare et criminelle. La presse relate des cannibales qui ont tué leurs victimes, souvent de manière atroce, et qui les ont démembré pour les consommer plus tard. Ces crimes sont qualifiés de meurtres et de pratiques barbares.

La presse a aussi remonté des histoires de rites associés à des sectes pratiquant l’anthropophagie.

En 1990 pendant les guerres civiles du Libéria (1), «Médecins Sans Frontière» dénonça les chefs qui poussèrent leurs soldats à commettre des actes de cannibalisme.

Le Human Meat Project

Si vous pensez que le cannibalisme humain est rare de nos jours et qu’il restera dans la catégorie «actes barbares», et bien détrompez-vous!

Des projets sont en cours pour lancer la consommation de viande à base d’humains à grande échelle.

Un site web est même dédié à un programme qui consiste à remettre la viande humaine au goût du jour (manière de s’exprimer!). C’est le projet mondial : Human Meat Project.

Les motifs qu’ils invoquent? Consommer de la viande humaine résoudrait le problème de surpopulation qui provoque l’effet de serre.. Pour eux, il s’agit d’une viande comme une autre qui offre une qualité nutritive élevée.

Ils clament pourtant aimer les humains et la vie, mais cette pratique du cannibalisme serait un moyen de sauver notre planète et aiderait directement «à réparer les dégâts de l’ère industrielle». Bref, cette pratique de manger son prochain contribuerait à «offrir à tous les habitants du monde une bonne vie».

Bitlab : un site qui vous fait goûter de la viande de «célébrités»

Le site Bitlab vous propose d’acheter un mélange de viandes animales et de cellules de célébrités américaines sous forme de viande. Hummmm… un petit salami de Kanye West ou de Jenifer Lawrence. Cela vous met-il l’eau à la bouche? Pas moi!!

Même s’ils affirment que leur viande ne prend que des cellules satellites musculaires prélevées par la biopsie pourquoi veulent-ils nous amener à consommer des cellules venant d’un être humain? Et comment des célébrités ont pu se prêter à cette idée plutôt lugubre?

Ou craindraient-ils une pénurie alimentaire qui nous obligerait à passer à cet extrême?

Ce type de cellules souches sont prélevées des muscles d’adultes et ont pour rôle de réparer les muscles endommagés. Comme autrefois au 18ème siècle, cette pratique aurait des vertus médicales : ils pensent que si vous en mangez, vos muscles seront plus forts et que cela améliorera la circulation du sang et du rythme cardiaque.

Un peu de sang humain dans notre quotidien

Il semblerait que l’on essaie de nous faire passer l’idée que de prendre le sang ou de manger de la viande humaine «n’est rien» et que c’est positif puisque cela permet de sauver la planète.

Nike et sa gamme de chaussures sataniques

En 2021, Nike a assigné en justice le collectif artistique MSCHF de Brooklyn pour avoir violé leur modèle déposé. Ce collectif avait créé une série limitée à 666 paires de tennis de Nike avec une goutte de vrai sang humain logée dans la semelle.  Ce cas a été surnommé «le cas des chaussures sataniques».  Les deux parties ont trouvé une entente qui n’a pas été divulguée. Bien que les chaussures se soient vendues en 1 minute, MSCHF a dit qu’elle était prête à rembourser les clients qui le désiraient.

Liquid death

Une boisson (100% eau) s’appelle «Liquid death» (mort liquide en anglais) : elle a diffusé une vidéo pour présenter Tony Hawk, connu pour ses prouesses de skateboardeur et ses rôles dans des films, pendant qu’on lui prélève son sang. Pendant la vidéo, il dit que cette boisson possède complètement son âme. Une édition limitée de skate boards a été créée en intégrant son propre sang.  Les annonces publicitaires de la boisson visent les enfants et les adultes avec des valeurs basées sur le meurtre, le cannibalisme, mais tout cela pour sauver la planète des plastiques qui traînent partout. Sur une de ses pages, Liquid death fait de la pub pour un steak 100% vegan avec une pub plutôt ambiguë qui fait sous-entendre que c’est de la viande humaine… Mais en précisant qu’il s’agit d’une viande 100% végane démunie de cruauté humaine.

Comment pensez-vous que les gens, surtout les jeunes, réagiront à la longue à force de voir des publicités sanglantes qui présentent des choses innocentes (de l’eau, un steak vegan) avec des détails qui font penser, au contraire, à du cannibalisme, tout cela sous le couvert de «sauver la planète»? Jugez vous-mêmes leurs bandes annonces (voir dans la section «En savoir plus»).

A voir aussi:  De la poussière intelligente

N’est-ce pas plutôt une campagne pour nous habituer à cette idée de s’y mettre un jour?

Risques du cannibalisme pour les humains

Les risques pathologiques

Le cannibalisme n’est pas sans risque : chaque humain a des agents pathogènes qui lui sont propres. Si on mange un sujet infecté, on risquera de contracter la ou les mêmes maladies. On voit ce qui est arrivé avec les vaches folles après leur avoir fait manger de la vache. Comme si une vache qui en mange une autre est naturel…

Du point de vue de l’évolution humaine, la dernière chose à faire est de manger sa progéniture.

Dans les années 1950, le peuple Fore de Nouvelle-Guinée fut infecté par une maladie cérébrale rare et mortelle : le kuru. Cette maladie c’était propagée lorsque les familles cuisinaient et mangeaient la chair de leurs proches décédés pendant des rites funéraires. La maladie prit fin lorsque ce peuple arrêta cette pratique.

De nos jours, le cannibalisme est considéré comme un crime majeur : un meurtre et un acte de barbarie.

Si «demain» on considère qu’il y a trop d’humains et qu’on veut recycler les morts qui font partie du surplus, est-ce que le danger ne sera pas aussi de pousser la population à l’euthanasie «pour sauver la planète»?… Comme dans le film «Soleil vert».

Le scénario du film «Soleil vert»?

Ce film présente une histoire qui se déroule en 2022… Quelle coïncidence…

Le scénario : nous sommes dans une société future où les hommes ont épuisé les ressources naturelles sous les effets de la pollution et de la surpopulation (tiens tiens?). La population survit grâce à une substance verte donnée sous forme de pastille : c’est le soleil vert. Mais personne n‘en connaît les composants. Le héros va le découvrir… Les personnes âgées sont encouragées à s’euthanasier. On met tout en œuvre pour rendre les conditions de l’euthanasie «agréables» : elles meurent devant les images de la nature semblable à un paradis trouvé avant de mourir…

On retrouve tous les ingrédients dans ce film : une société qui survie à la pollution industrielle, une catastrophe écologique, une surpopulation. Les solutions qui sont mises en œuvre : une population totalement contrôlée, une nourriture – ce fameux soleil vert- venant de la chair humaine de ceux qui ont été euthanasiés… Est-ce le scénario prophétique annoncé pour notre époque?

Selon la Bible

La Bible indique clairement qui est celui qui détruit et celui qui apporte la vie :

Jean 10 verset 10.

  • Le voleur ne vient que pour dérober, égorger et détruire; moi, je suis venu afin que les brebis aient la vie, et qu’elles soient dans l’abondance.

Celui qui apporte la vie en abondance, c’est Jésus. Celui qui tue est le voleur : le diable.

Il faut pousser le raisonnement jusqu’au bout et se poser des questions :

Qui prendra la décision de manger qui? Est-ce que l’on nous invite à manger nos morts?

Réfléchissons bien : si leur objectif est de régler le problème de surpopulation avec l’anthropophagie, c’est qu’il faudra bien éliminer, dans un premier temps du moins, ceux qui sont en «surplus», donc…. vivants!

Des personnes seront donc prêtes à décider qui doit vivre ou mourir.

Dieu n’a jamais rien fait de tel: Il nous donne le libre arbitre. Il nous laisse à chacun le choix de choisir la vie ou la mort et nous insuffle même la solution : Choisis la vie!

Deutéronome 38 versets 19-20.

  • J’en prends aujourd’hui à témoin contre vous le ciel et la terre: j’ai mis devant toi la vie et la mort, la bénédiction et la malédiction. Choisis la vie, afin que tu vives, toi et ta postérité, pour aimer l’Éternel, ton Dieu, pour obéir à sa voix, et pour t’attacher à lui: car de cela dépendent ta vie et la prolongation de tes jours, et c’est ainsi que tu pourras demeurer dans le pays que l’Éternel a juré de donner à tes pères, Abraham, Isaac et Jacob.

Dieu veut que personne ne périsse.

1 Timothée 2 verset 4.

  • Cela est bon et agréable devant Dieu notre Sauveur, qui veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité.

Et c’est là toute l’histoire de l’Évangile: Dieu a envoyé Son fils unique, Jésus, afin que personne ne périsse mais qu’il reçoive Sa vie afin d’être avec Lui pour l’éternité. Parce qu’il y a un «après» : le futur de la Terre est annoncé à la fin du livre d’Apocalypse :

Apocalypse 21 versets 1,3-5.

  • Puis je vis un nouveau ciel et une nouvelle terre; car le premier ciel et la première terre avaient disparu, et la mer n’était plus.
    Et j’entendis du trône une forte voix qui disait: Voici le tabernacle de Dieu avec les hommes! Il habitera avec eux, et ils seront son peuple, et Dieu lui-même sera avec eux.
    Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n’y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu.
    Et celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles. Et il dit: Écris; car ces paroles sont certaines et véritables.

Une nouvelle Terre, de nouveaux cieux avec Dieu qui habitera au milieu de nous et qui nous fera oublier les douleurs passées… Dieu nous offre un futur rempli d’espoir.

La coupe et le pain

Pendant des siècles, il y a eu une rumeur :  l’empereur romain Néron aurait brûlé Rome dans le but de la reconstruire selon son bon désir. Il aurait accusé les chrétiens de l’avoir fait en les faisant passer pour des buveurs de sang et mangeurs de chair.

A voir aussi:  Allons-nous avoir un code-barre génétique?

Si c’est bien arrivé, il aurait déformé la pratique de la Communion, qui est un rite pratiqué par les chrétiens pour se rappeler de ce que Jésus a fait pour eux.

Il s’agit de prendre une coupe remplie de vin ou d’un jus de raisin et de prendre du pain en considérant la coupe comme le sang versé par Jésus et le pain comme étant Son corps donné en sacrifice pour nous.

Ce rite n’a rien d’anthropophage et n’a jamais été pratiqué dans ce sens.

Cette pratique en révèle une autre : celui d’une alliance de sang. Pendant des siècles, des tribus, notamment en Afrique et en Amérique, ont pratiqué une alliance de sang avec d’anciens ennemis en signe de réconciliation. Cette alliance consistait à avoir un représentant de chaque tribu qui s’entaillait le poignet pour mélanger leur sang respectif dans le but d’officialiser cet accord inviolable entre les deux tribus. David Livingston en fut témoin lors d’une de ses expéditions d’Afrique. Mais c’est un autre sujet…

Que faut-il retenir ?

Songer à «manger de la chair humaine» au lieu de résoudre la racine du problème qui est la forte industrialisation, c’est tout simplement avoir une vision erronée de la situation et des solutions possibles.

Réduire la population mondiale par ce biais tout en continuant à vivre selon un mode de consommation qui détruit la planète est juste ridicule et abject, car la vie humaine est sacrée et doit continuer à l’être si la race humaine veut garder sa dignité. Une telle pratique abandonne l’idée d’honorer ses ancêtres et ceux qui sont vivants. C’est refuser d’honorer la vie et d’en voir ce qui est sacré.

Dans la nature, le cannibalisme est un phénomène qui régule la population. Mais pour les humains, c’est les réduire à un simple produit, une «chose» et à les mettre au rang de charognards. Les êtres humains doivent montrer qu’ils sont capable d’agir avec respect et dignité envers la Terre et la nature.

Ce sinistre scénario ressemble à celui du film le «Soleil vert».

Pourtant, la Terre a d’énormes capacités si on apprend à la respecter… On devrait mieux commencer par là plutôt que de chercher à nous faire manger de la chair humaine sans traiter le problème à sa source..

Qu’en pensez-vous?

Vous avez aimé cet article ?

Ne pas hésiter à laisser un commentaire, vous abonner pour recevoir une notification lorsqu’il y a un nouvel article, de partager sur les réseaux sociaux…

Plus de détails, sources et références sont donnés dans la section ci-dessous « En savoir plus… ».

Ce que dit la Bible

Commentaires

Ecritures

Dieu veut que personne ne périsse, mais que tous soient sauvés. Mais nous avons un choix.

1 Timothée 2 versets 1-4.

 J’exhorte donc, avant toutes choses, à faire des prières, des supplications, des requêtes, des actions de grâces, pour tous les hommes, pour les rois et pour tous ceux qui sont élevés en dignité, afin que nous menions une vie paisible et tranquille, en toute piété et honnêteté.

Cela est bon et agréable devant Dieu notre Sauveur, qui veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité.

Dieu vous a aimé au point d’avoir envoyé Jésus pour que ce soit Lui qui prenne vos fautes sur Lui et que vous puissiez, pour l’éternité, être dans la présence de Dieu!

Jean 3 verset 16.

Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle.

Sources externes

Sites web :

En Français

En anglais

Livres :

En anglais

  • «Mummies, Cannibals and Vampires» de Dr Richard Sugg, from Durham University.

Articles :

En Français

En anglais

Vidéos à rechercher :

En Français

En anglais

Copyright

  • Louis Segond (LSG) by Public Domain sauf si spécifié autrement.
  • Image mise en avant : image personnelle.

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu, pour fournir des fonctionnalités de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Politique de confidentialité et de cookies
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active

Qui sommes-nous ?

L’adresse de notre site Web est : https://k-dit-la-bible.com. Je suis un particulier qui habite en Auvergne en France. Voir la section « Objectif de ce site et qui suis-je? » pour un complément d’information.

Utilisation des données personnelles collectées

Commentaires

Quand vous laissez un commentaire sur notre site web, les données inscrites dans le formulaire de commentaire, mais aussi votre adresse IP et l’agent utilisateur de votre navigateur sont collectés pour nous aider à la détection des commentaires indésirables. Une chaîne anonymisée créée à partir de votre adresse de messagerie (également appelée hash) peut être envoyée au service Gravatar pour vérifier si vous utilisez ce dernier. Les clauses de confidentialité du service Gravatar sont disponibles ici : https://automattic.com/privacy/. Après validation de votre commentaire, votre photo de profil sera visible publiquement à coté de votre commentaire.

Vérification et publication des commentaires

Les commentaires

Les commentaires des visiteurs peuvent être vérifiés à l’aide d’un service automatisé de détection des commentaires indésirables. Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne répondent pas à nos critères de publication (à caractère indésirable ou ne correspondant pas à l’objet du site).

Formulaires de contact

Cookies

Si vous déposez un commentaire sur notre site, il vous sera proposé d’enregistrer votre nom, adresse de messagerie et site web dans des cookies. C’est uniquement pour votre confort afin de ne pas avoir à saisir ces informations si vous déposez un autre commentaire plus tard. Ces cookies expirent au bout d’un an. Si vous vous rendez sur la page de connexion, un cookie temporaire sera créé afin de déterminer si votre navigateur accepte les cookies. Il ne contient pas de données personnelles et sera supprimé automatiquement à la fermeture de votre navigateur. Lorsque vous vous connecterez, nous mettrons en place un certain nombre de cookies pour enregistrer vos informations de connexion et vos préférences d’écran. La durée de vie d’un cookie de connexion est de deux jours, celle d’un cookie d’option d’écran est d’un an. Si vous cochez « Se souvenir de moi », votre cookie de connexion sera conservé pendant deux semaines. Si vous vous déconnectez de votre compte, le cookie de connexion sera effacé. En modifiant ou en publiant une publication, un cookie supplémentaire sera enregistré dans votre navigateur. Ce cookie ne comprend aucune donnée personnelle. Il indique simplement l’ID de la publication que vous venez de modifier. Il expire au bout d’un jour.

Contenu embarqué depuis d’autres sites

Les articles de ce site peuvent inclure des contenus intégrés (par exemple des vidéos, images, articles…). Le contenu intégré depuis d’autres sites se comporte de la même manière que si le visiteur se rendait sur cet autre site. Ces sites web pourraient collecter des données sur vous, utiliser des cookies, embarquer des outils de suivis tiers, suivre vos interactions avec ces contenus embarqués si vous disposez d’un compte connecté sur leur site web.

Statistiques et mesures d’audience

Nous faisons des statistiques et mesures d’audience en interne (non publiées sur le site). Nous affichons seulement les statistiques classiques d’un site web : le nombre de vues sur les pages et le nombre de visites sur le site.

Utilisation et transmission de vos données personnelles

Nous ne faisons aucun commerce ni échange de données personnelles.

Durées de stockage de vos données

Les commentaires

Les commentaires des visiteurs peuvent être vérifiés à l’aide d’un service automatisé de détection des commentaires indésirables. Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne répondent pas à nos critères de publication. Si vous laissez un commentaire, le commentaire et ses métadonnées sont conservés indéfiniment. Cela permet de reconnaître et approuver automatiquement les commentaires suivants au lieu de les laisser dans la file de modération. Tous les utilisateurs et utilisatrices peuvent voir, modifier ou supprimer leurs informations personnelles à tout moment (à l’exception de leur nom d’utilisateur/trice). Les gestionnaires du site peuvent aussi voir et modifier ces informations. A venir : Pour les utilisateurs et utilisatrices qui s’inscrivent sur notre site (si cela est possible), nous stockons également les données personnelles indiquées dans leur profil.

Les droits que vous avez sur vos données

Si vous avez laissé des commentaires sur le site, vous pouvez demander à recevoir un fichier contenant toutes les données personnelles que nous possédons à votre sujet, incluant celles que vous nous avez fournies. Vous pouvez également demander la suppression des données personnelles vous concernant. Cela ne prend pas en compte les données stockées à des fins administratives, légales ou pour des raisons de sécurité.

Droits d'auteur

L'ensemble de ce site relève de la législation française et internationale sur le droit d'auteur et la propriété intellectuelle. Tous les droits de reproduction sont réservés, y compris pour les documents téléchargeables et les représentations iconographiques et photographiques. Certains visuels d'illustration de ce site sont propriété de l’auteur de ce site ou acheté à des tiers. Les droits d'utilisation, de reproduction et de diffusion sont strictement réservés à la communication de ce site. La reproduction de tout ou partie de ce site sur un support électronique quel qu'il soit est formellement interdite sauf autorisation expresse du directeur de la publication. La reproduction des textes de ce site sur un support papier est autorisée, tout particulièrement dans le cadre pédagogique, sous réserve du respect des trois conditions suivantes :
  •     Gratuité de la diffusion,
  •     Respect de l'intégrité des documents reproduits : pas de modification ni altération d'aucune sorte,
  •     Citation claire et lisible de la source, par exemple, sous la forme suivante « Ce document provient du site Internet K Dit la Bible https://www.k-dit-la-bible.com Les droits de reproduction sont réservés et strictement limités. »
Pour d'autres utilisations, veuillez contacter le responsable du site. Les marques citées ou sources sur ce site sont déposées par les sociétés qui en sont propriétaires.

Informations de contact

Vous pouvez nous contacter à cette adresse email : contact@k-dit-la-bible.com pour toute demande ou question. Nous vous remercions !

Mentions de Copyright

Les mentions de Copyright de chaque image(s) utilisée(s) sont indiquées par chaque article qui les utilise. La musique utilisée dans les versions audio des articles (mp3) et des vidéos hébergées par ce site a été acquise (achat) et est sous licence.  Source:  Envato - Purchase of "Adventure Cinematic” by Music Aura.
Save settings
Cookies settings