Le Suaire de Turin

Le Suaire de Turin - Menez votre enquête...

Version audio de l’article.

Gemmes

Le Suaire de Turin suscite bien des débats !

Il s’agit d’un drap de lin jauni (un linceul) faisant environ 4.4 sur 1.1 mètres (14 ft 5 in × 3 ft 7 in).

Pendant des siècles, il est passé de mains en mains pour parvenir jusqu’à nous.

En 1958, le Pape Pius XII a officiellement reconnu qu’il a une image « imprimée » associée à Jésus.

Comment est-ce que l’on a pu arriver à cette affirmation ?

Lorsque l’on regarde ce linceul à l’œil nu, on ne voit rien de spectaculaire : c’est juste un vieux morceau de drap.

Pourtant, le 28 mai 1898, un avocat italien qui se nommait Secondo Pia fut le premier (officiellement) à faire une photographie du Suaire de Turin. Mais il eut un choc en développant ses photos : le négatif des photos a révélé une image d’un corps que l’on ne voit pas à l’œil nu.

Ce fut le début d’une série d’analyses, de commissions d’enquêtes, d’études scientifiques et qui durent encore de nos jours. L’église catholique l’expose régulièrement aux médias.

Enfant, j’ai le souvenir d’avoir regardé un documentaire datant de 1978 sur les analyses et résultats de scientifiques. J’étais fascinée, par exemple, par le résultat du pollen qui avait été trouvé et qui localisait la provenance de ce linceul à un tout petit morceau de région en Israël. Tous les crucifiés n’avaient pas non plus une couronne d’épines alors qu’on voyait bien que « l’image » en avait eu une.

Et le visage de cet homme n’est pas tordu par la douleur, mais semble juste « endormi »…. Trop de coïncidences… Pourtant, ces dernières années, des articles semblent mettre en doute ces résultats… A vous de vous faire une idée sur le sujet.

Ce n’est pas une image

Les scientifiques s’accordent sur un fait : il ne s’agit pas d’une simple « image », mais belle et bien l’impression d’un corps sur le drap après avoir été enveloppé dedans. Ils ont pu reconstituer une image 3D de l’homme du Suaire.

Il y a plusieurs éléments en témoignent :

En 1973 et 1978 :

Analyse des pollens. Des pollens présents sur le drap ont été prélevés et le résultat publié en 1976 confirmant encore que le suaire n’était pas une peinture. C’est le criminologue Suisse, Max Frei qui a fait ces analyses pour essayer de déterminer la provenance du Suaire. Il a trouvé 58 espèces végétales et la majorité des pollens provenaient de Jérusalem et de ses environs. Cela va même plus loin : le Professeur Avinoam Danon, de l’Université Hébraïque de Jérusalem, a trouvé des plantes originaires de la région qui se trouve entre Jérusalem et Hébron. Encore plus précis !

En 1976, des chercheurs ont utilisé un appareil VP-8 (la Nasa analysait la surface des planètes avec) : ils ont obtenu une projection tridimensionnelle du visage. Résultat : ils ont découvert que le suaire contient une dimension 3D : l’intensité de l’image varie selon la distance qui sépare la toile du corps. Il ne pouvait donc pas s’agir d’une peinture *à plat*

Gilbert Raes découpa un échantillon et découvrit des traces de coton.

En 1978 :

C’est la première étude scientifique médiatisée et qui a été reconnue par le Vatican. Elle fut menée par les docteurs Jackson et Jumper (USA) et une équipe d’une vingtaine de personnes (STURP – the Shroud of Turin Research Project) (*1). Trois Italiens les assistaient : Giovanni Rigi (micro-analyste) et Luigi Gonella (Conseiller Scientifique du Cardinal de Turin) ainsi que le Professeur Baima Bolonne (Institut Médico Légal de Turin). Ils prélevèrent des échantillons. Le but était d’analyser les substances sur le Suaire pour voir s’il s’agissait de peinture ou d’autres choses. Conclusion de leurs travaux :

·        Ce n’est pas l’œuvre d’un peintre : pas de trace de peinture ni de teinture.

·        Ce qui donne l’image en négatif provient du lien brunit de manière superficielle. Il semblerait que le tissu ait reçu l’image du corps comme une plaque photosensible.

·        La forme du corps est conforme aux proportions d’un corps humain.

21 avril 1988 :

Datation. Prélèvements d’échantillons supplémentaires sur le bord du drap. Ils sont soumis à la datation au carbone 14. C’est le Cardinal Anastasio Ballestrero, Archevêque de Turin et Custode Pontifical du Saint Suaire qui annonce les résultats des laboratoires (Oxford, Zürich, Tucson). Le Suaire daterait entre 1260 et 1390 après J.C. Une petite précision : Dr Tite du British Museum, nommé pour garantir le bon déroulement des analyses a refusé qu’il y ait une étude faites par plusieurs corps disciplinaires. L’échantillon du Suaire a été fait dans un coin du drap le plus salit ( ??). Mais ce résultat a suscité d’autres débats au point que des tests ont été refaits plus tard pour de nouveau revoir cette datation :

o   Août 2008 : un chimiste du LANL, aux USA, Robert Villarreal, lors de la cConférence « Ohio Shroud of Turin » a indiqué que le résultat d’analyses de son équipe démontrait que le drap n’était pas en lin, mais en coton ! Il remet donc en question le résultat de la datation. Une chose est sûre : le linceul ne date pas du Moyen-Age.  La datation faite en 1988 avait donc pris un coin du linceul qui avait été réparé au Moyen-Age (le drap a été endommagé aux coins pendant qu’il était plié).

1997Feu qui a menacé le Linceul.  Le 12 avril 1997, un incendie menaça l’endroit où était préservé le Suaire : la chapelle de Turin s’enflamme. C’est la troisième fois que le Suaire est menacé par un incendie dans son histoire. Heureusement, le 24 février 1993, le Linceul avait été déposé sur l’autel de la Chapelle pendant des travaux, dans un réceptacle fait spécialement pour le protéger. Si cela n’avait pas été le cas, il aurait été détruit. Les pompiers le sortirent avant de continuer à essayer de sauver la Chapelle du feu qui fut maîtrisé vers 4 :30 du matin par 200 pompiers.
201230 août 2012. Rapport fait par l’Université d’Arizona (rapport STERA). University of Arizona Radiocarbon Dating Laboratory Macro Photography. Cliquer ici pour voir le détail (en anglais)- Il contient des photos agrandit des tissus.
201710 octobre 2017 – Analyse du sang pour en déterminer le groupe. Kelly P. Kearse PH.D. Le sang trouvé a subi des analyses chimiques pour déterminer si ce sang est humain, son groupe sanguin. La réponse : oui, c’est bien du sang humain, mais il y a toujours un débat sur son groupe sanguin.
2018

17 avril 2018. Etude francophone sur le sujet.

Sortie du livre « Le Linceul de Turin » de Sébastien Cataldo. Lien.

Frère Spitzer fait une conférence sur les caractéristiques uniques du sang sur le Suaire (sur les résultats, entre autres, du Dr Giulio Fanti…). Les faits qu’il annonce :

·        Il y a bien de l’hémoglobine sur le suaire (véritable sang) et les traces de sang se sont déposées avant l’image. Lorsque le sang sèche sur la peau, son sérum se sépare et forme une sorte d’auréole autour de la blessure. Mais sur le Suaire, les blessures se superposent verticalement. En d’autres mots, le sang a coagulé (séché) en se séparant vers le bas. Pourquoi ? Parce que cet homme est mort en position verticale (sur la croix).

·        Le groupe sanguin est AB+ avec une présence d’enzymes seulement présentes en cas de stress sévère.

·        Les blessures correspondent avec l’unique crucifixion de Jésus :

o   Notamment la couronne d’épines parce que ses détracteurs l’ont accusé de se proclamer roi des juifs. Les autres condamnés à la crucifixion n’ont pas eu cette couronne.

o   Blessures faites dans la côte par une lance (normalement les Romains rompent les jambes pour hâter la mort des crucifiés, mais Jésus est une exception). On voit une grande blessure entre la 4ème et 5ème côte. Cela pourrait correspondre à la lance car ils ont fait un essai : on peut remonter le fer de lance jusqu’au cœur. Lorsque le cœur d’un mort est percé, un liquide sort exactement comme la Bible a décrit : comme de l’eau et du sang.

o   Chevilles et poignées des mains clouées. Normalement, les Romains attachaient les pieds et mains des crucifiés avec des cordes pour faire durer la torture entre 8h et 12h pour finir par suffoquer. Être crucifié avec des clous était donc rare. De plus, le Suaire montre les clous au bon endroit pour éviter que pieds et mains soient arrachés par le poids du corps : aux chevilles et aux poignets et non pas dans le creux de la main ou du pied. En fait, le clou est planté dans le poignet et remonte vers le haut pour toucher un nerf sensible vers le creux de la main. C’était donc beaucoup plus douloureux que les cordes. Chaque fois qu’il se soulevait pour essayer de respirer devait susciter une vague supplémentaire de douleurs aigües.

o   La flagellation romaine était par contre typique.

o   Des nanoparticules de créatinine trouvées sur le tissu avec de la ferrihydrite prouve que cet homme à souffert : ce sont des particules relâchées par le corps en cas de stress très fort.

Selon la Bible

Il est clair que la Bible ne mentionne pas un Suaire, mais elle indique de quelles marques Jésus a pu recevoir sur son corps (pour comparer avec le Suaire) et dans quoi il a été enterré.

Que faut-il retenir ?

Si Jésus est vraiment qui Il dit, ce ne serait pas surprenant qu’une preuve matérielle, des indices aient été laissées par Dieu lui-même.

Le documentaire de 1978 m’a laissé une trace indélébile même si je ne me rappelle pas de tout. Les probabilités que ce soit le même linceul qui ait enveloppé le corps de Jésus sont tellement incroyables qu’elles font frémir.

A vous de forger une opinion et de prendre une décision : car si vous pensez qu’Il s’agisse du Christ seriez-vous prêt à considérer ce qu’il a dit, vu qu’il a annoncé qu’il allait être crucifié et qu’il allait ressusciter ?

CommentairesRéférence en version Louis Segond (LSG)
Jésus a annoncé qu’il allait mourir et qu’il ressusciterait.

Matthieu 16

Dès lors Jésus commença à faire connaître à ses disciples qu’il fallait qu’il allât à Jérusalem, qu’il souffrît beaucoup de la part des anciens, des principaux sacrificateurs et des scribes, qu’il fût mis à mort, et qu’il ressuscitât le troisième jour.

On lui a craché dessus et donné des coups de poings et il a reçu des soufflets (fortes gifles).

Marc 14

65 Et quelques-uns se mirent à cracher sur lui, à lui voiler le visage et à le frapper à coups de poing, en lui disant: Devine! Et les serviteurs le reçurent en lui donnant des soufflets.

Il fut battu de verges. Il s’agit d’un instrument de torture qui s’appelle “Flagellation” ou “Flagrum” d’où le verbe « flageller ».

Il y avait souvent de petits os au bout qui arrachaient des pans entiers de chair. Rien que cela provoquait une lente hémorragie mortelle.

Jean 19:

1 Alors Pilate prit Jésus, et le fit battre de verges.

On lui a tressé une couronne d’épines ; des épines longues d’après ce qui poussent dans la région et qui sont entrées dans sa tête.

Ils ont craché sur lui et lui ont tapé la tête avec un roseau pour ensuite, après les moqueries, l’emmener pour être crucifié.

Il se moquait de lui dans ce simulacre car ses détracteurs l’avaient accusé d’avoir dit qu’il était le roi des Juifs (faux).

Matthieu 27

27 Les soldats du gouverneur conduisirent Jésus dans le prétoire, et ils assemblèrent autour de lui toute la cohorte.

28 Ils lui ôtèrent ses vêtements, et le couvrirent d’un manteau écarlate.

29 Ils tressèrent une couronne d’épines, qu’ils posèrent sur sa tête, et ils lui mirent un roseau dans la main droite; puis, s’agenouillant devant lui, ils le raillaient, en disant: Salut, roi des Juifs!

30 Et ils crachaient contre lui, prenaient le roseau, et frappaient sur sa tête.

31 Après s’être ainsi moqués de lui, ils lui ôtèrent le manteau, lui remirent ses vêtements, et l’emmenèrent pour le crucifier.

Il a porté une lourde croix, après avoir été torturé, sur son épaule. Et il fut crucifié : avec des clous aux mains et pieds.

Jean 19

17 Jésus, portant sa croix, arriva au lieu du crâne, qui se nomme en hébreu Golgotha.

18 C’est là qu’il fut crucifié, et deux autres avec lui, un de chaque côté, et Jésus au milieu.

Le Psaumes 22 a prophétisé (par le roi David) qu’il serait crucifié (verset 16) et qu’ils partageraient ses vêtements entre eux et tireraient sa tunique au sort.

Psaumes 22

15 (22:16) Ma force se dessèche comme l’argile, Et ma langue s’attache à mon palais; Tu me réduis à la poussière de la mort.

16 (22:17) Car des chiens m’environnent, Une bande de scélérats rôdent autour de moi, Ils ont percé mes mains et mes pieds.

17 (22:18) Je pourrais compter tous mes os. Eux, ils observent, ils me regardent;

18 (22:19) Ils se partagent mes vêtements, Ils tirent au sort ma tunique.

19 (22:20) Et toi, Éternel, ne t’éloigne pas! Toi qui es ma force, viens en hâte à mon secours!

Les soldats firent ce que le Psaume 22 avait prophétisé (voir ligne précédente).

Jean 19

23 Les soldats, après avoir crucifié Jésus, prirent ses vêtements, et ils en firent quatre parts, une part pour chaque soldat. Ils prirent aussi sa tunique, qui était sans couture, d’un seul tissu depuis le haut jusqu’en bas. Et ils dirent entre eux:

24 Ne la déchirons pas, mais tirons au sort à qui elle sera. Cela arriva afin que s’accomplît cette parole de l’Écriture: Ils se sont partagé mes vêtements, Et ils ont tiré au sort ma tunique. Voilà ce que firent les soldats.

Ses jambes, contrairement à la pratique des romains de les rompre pour accélérer la mort des crucifiés, ne furent pas rompues. Lorsque les jambes sont rompues, le crucifié ne peut plus s’appuyer sur ses jambes pour soulever son thorax afin de respirer.

Mais pour s’assurer que Jésus ne simulait pas d’être mort ou un malaise, un soldat lui perça le côté (sous le cœur) avec UNE LANCE (ce n’est pas un petit trou !). L’eau et le sang qui en surgir prouvèrent qu’il était bien mort.

Jean 19

32 Les soldats vinrent donc, et ils rompirent les jambes au premier, puis à l’autre qui avait été crucifié avec lui.

33 S’étant approchés de Jésus, et le voyant déjà mort, ils ne lui rompirent pas les jambes;

34 mais un des soldats lui perça le côté avec une lance, et aussitôt il sortit du sang et de l’eau.

35 Celui qui l’a vu en a rendu témoignage, et son témoignage est vrai; et il sait qu’il dit vrai, afin que vous croyiez aussi.

36 Ces choses sont arrivées, afin que l’Écriture fût accomplie: Aucun de ses os ne sera brisé.

37 Et ailleurs l’Écriture dit encore: Ils verront celui qu’ils ont percé.

Le corps de Jésus fut emporté par Joseph et Nicodème qui l’embaumèrent selon les coutumes de l’époque.

Jean 19

38 Après cela, Joseph d’Arimathée, qui était disciple de Jésus, mais en secret par crainte des Juifs, demanda à Pilate la permission de prendre le corps de Jésus. Et Pilate le permit. Il vint donc, et prit le corps de Jésus.

39 Nicodème, qui auparavant était allé de nuit vers Jésus, vint aussi, apportant un mélange d’environ cent livres de myrrhe et d’aloès.

40 Ils prirent donc le corps de Jésus, et l’enveloppèrent de bandes, avec les aromates, comme c’est la coutume d’ensevelir chez les Juifs.

La raison pour laquelle Jésus a été crucifié :

C’était pour être l’agneau immolé à notre place. Un sacrifice pour prendre le châtiment à notre place afin qu’il n’y ait plus de barrière entre nous et Dieu.

Par son sang, nos péchés sont pardonnés et par ses meurtrissures, nous sommes guéris.

Esaïe 53

3 Méprisé et abandonné des hommes, Homme de douleur et habitué à la souffrance, Semblable à celui dont on détourne le visage, Nous l’avons dédaigné, nous n’avons fait de lui aucun cas.

4 Cependant, ce sont nos souffrances qu’il a portées, C’est de nos douleurs qu’il s’est chargé; Et nous l’avons considéré comme puni, Frappé de Dieu, et humilié.

5 Mais il était blessé pour nos péchés, Brisé pour nos iniquités; Le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui, Et c’est par ses meurtrissures que nous sommes guéris.

6 Nous étions tous errants comme des brebis, Chacun suivait sa propre voie; Et l’Éternel a fait retomber sur lui l’iniquité de nous tous.

Sources externes

(*1) L’équipe du STURP

Sites web

En Français

En Anglais:

Vidéos à rechercher (*):

En français:

  • L’enigme du suaire de Turin (vidéo Dailymotion)
  • Expertise scientifique du Dr Pierre Merat – Le linceul de Turin (vidéo YouTube).
  • Conférence en français du 25 avril 2020 (vidéo YouTube)
  • Le Linceul de Turin ne peut venir que de la Résurrection du Christ (YouTube)

En Anglais:

  • Discovery Channel – Unwrapping the Shroud of Turin New Evidence (YouTube).
  • BBC – Shroud of Turin Evidence 2008 (YouTube).
  • History Channel – The Shroud of Turin (YouTube)
  • Roman Flagrum product review cat of Nine Tails Cat O Nine Tails (YouTube).
  • Discovery Channels Documentary (non visible en Europe)
  • Does the Shroud of Turin match the wounds of Christ ? – Fr. Spitzer (anglais – vidéo Youtube)

Copyright

  • Louis Segond (LSG) by Public Domain
  • (*) Les liens vidéos Youtube ne sont pas autorisés sur le texte d’un article.

Laisser un commentaire