Adieu à l’argent cash?

Adieu à l'argent cash?

Version audio de l’article.

Gemmes

J’aime bien utiliser le cash… les petites pièces, en plus, ayant l’avantage d’aider les gens dans la rue, de donner un pourboire ou de verser quelques pièces dans la tirelire d’un enfant. Mais certains commerçants commencent à avoir de plus en plus de mal d’avoir ces petites pièces pour rendre la monnaie. Est-ce que l’on nous pousserait gentiment vers une société « sans cash » plus vite que prévu?

Avec le Covid-19, un nouvel argument est mis en avant : celui de dire que c’est « plus sain » et « moins risqué » de passer de mains en mains des pièces et des billets de monnaie. Certes. Personnellement, mes pièces ou billets ont toujours été accidentellement lavés ! Effectivement, si on touche des pièces ou billets qui n’ont pas été nettoyés depuis des années… c’est un argument majeur et irréfutable !

Crise actuelle de manque de pièces

Aux Etats-Unis, plusieurs articles indiquent que la Réserve Fédérale a officiellement reconnu le problème (1). Depuis le 11 juin dernier, elle a confirmé qu’effectivement, la crise du Covid-19 a de manière significative perturbé la mise à disposition et circulation de monnaie.

Un article paru dans « Le Temps » datant du 30 mars 2020 a littéralement repris la question posée par l’OMS : « Faut-il mettre le cash en quarantaine » (2). « Les Echos » ne sont pas en reste dans un article ayant pour titre « A quand une société sans cash ? » (8).

La tendance du cash avant la crise Covid-19

Les banques ont évidemment des arguments pour mettre fin au cash :

  • Il coûte évidemment plus que de l’argent digital
  • Plus de risques de « casses » !
  • Visibilité des transactions financières et réduction de la circulation « d’argent sale » (disent-ils).
  • Réduction des coûts intermédiaires.

Avec l’invasion du monde digital dans notre vie de tous les jours, où, d’un seul clic, on peut acheter en ligne, bien plus d’un magazine a écrit un article sur la possibilité de la fin proche du cash. « La Tribune », avec son article au titre sans équivoque : « La fin du cash, utopie ou futur proche ? » déjà en 2017 (3).

Le cash résiste !

L’article précédent (de La Tribune) indique à quel point les habitudes sont tenaces si on considère l’étude en Septembre 2013(4) de Mastercard -la société de la carte bancaire au même nom- qui indique qu’environ 85% des transactions commerciales étaient toujours faites en cash en 2017, avec les Allemands en tête.

Mais le cash est inexorablement condamné

La Banque de France et bien d’autres prédisent toutes que le cash devrait disparaitre d’ici quelques décennies, au plus tard dans vingt ans… Si les banques le condamnent, il ne reste plus qu’une seule question : « Quand ? ». La crise du Covid-19 semble avoir précipité les choses.

A voir aussi:  Un passeport sous-cutané: est-ce «la marque»?

Des pays ont fait le pas

Des pays ont déjà fait des pas majeurs vers une société sans cash comme la Suède qui prévoit de l’être complètement en 2023. Ces derniers arborent fièrement tout un site dédié à a ce sujet avec pour titre « La Suède : 1ère société sans cash ? » (5), suivi d’une description qui indique qu’environ 80% des suédois en 2020 utilisent une carte pour effectuer leurs achats, enfants inclus ! Ils en font donc un atout commercial avec une opération de séduction…

La Corée du Sud a lancé une expérimentation depuis 2016 (6) pour devenir un pays « sans pièces » cette année (2020). Mais un article datant du 15 juin 2020 (7) indique qu’ils ont pris du retard et qu’ils ont choisi de former la création d’un groupe consultatif juridique pour évaluer les questions juridiques soulevées par la monnaie digitale de la Banque centrale de Corée du Sud  Ce comité devrait soumettre une feuille de route en mai 2021 pour indiquer quelles lois doivent être révisées et promulguées sans remettre en cause leur décision de devenir une société sans cash.

Argent digital mondial ?

Il semblerait qu’il y ait une course vers une monnaie digitale. La Corée du Sud vise 2021, 2023 pour la Suède. La Chine, avec son « Cryptoyuan » et le Japon se sont lancés. Inutile de faire la liste… la tendance est belle et bien mondiale…

Alors la France dans tout cela ?

Le Monde, dans un article du 07.06.2020 indique que la Banque de France planche dessus (à défaut d’en imprimer plus… – boutade !). Elle teste l’utilisation d’une monnaie digitale – nommée « MDBC » ( « Monnaie Digitale de la Banque Centrale ») (10) décidée depuis Décembre 2019.

C’est la course… on attend le 1er pays

Bref, tous les pays veulent leur e-monnaie magique. 80% des instituts monétaires sont en train d’étudier un projet de monnaie numérique. Seulement voilà, il n’y a pas que les banques nationales des pays qui commencent à vouloir le faire :  Facebook a annoncé sa volonté d’émettre sa cryptomonnaie –Libra- en 2020 (11). Pour l’instant, ce n’est toujours pas mis « en circulation », mais le projet est toujours en cours (12).

Au moment où cet article est écrit, il n’y a pas encore une nation qui soit parvenue à avoir 100% de monnaie digitale. C’est donc une course… La Chine est déjà en train de tester sa cryptomonnaie depuis mai 2020  – le DCEP (Digital Currency Electronic Payment) (13) et mène une politique agressive pour en augmenter son utilisation (14).

A voir aussi:  Les étranges œuvres d’art de l’aéroport de Denver

Selon la Bible

La Bible annonce dans un de ses livres, l’Apocalypse, qu’à la fin des temps, un faut Christ prendra le contrôle de la Terre et imposera qu’une marque soit mise sur la main droite ou sur le front des habitants de la terre sans laquelle personne ne pourrait ni acheter ni vendre…

Apocalypse 11 – versets 11 à 18 :

Puis je vis monter de la terre une autre bête, qui avait deux cornes semblables à celles d’un agneau, et qui parlait comme un dragon.

Elle exerçait toute l’autorité de la première bête en sa présence, et elle faisait que la terre et ses habitants adoraient la première bête, dont la blessure mortelle avait été guérie.

Elle opérait de grands prodiges, même jusqu’à faire descendre du feu du ciel sur la terre, à la vue des hommes.

Et elle séduisait les habitants de la terre par les prodiges qu’il lui était donné d’opérer en présence de la bête, disant aux habitants de la terre de faire une image à la bête qui avait la blessure de l’épée et qui vivait.

Et il lui fut donné d’animer l’image de la bête, afin que l’image de la bête parlât, et qu’elle fît que tous ceux qui n’adoreraient pas l’image de la bête fussent tués.

Et elle fit que tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, reçussent une marque sur leur main droite ou sur leur front, et que personne ne pût acheter ni vendre, sans avoir la marque, le nom de la bête ou le nombre de son nom.

C’est ici la sagesse. Que celui qui a de l’intelligence calcule le nombre de la bête. Car c’est un nombre d’homme, et son nombre est six cent soixante-six.

C’est ce qu’on surnomme « la marque de la bête » ou la marque « 666 ».

Cette information précise s’accompagne d’un avertissement ayant un impact pour l’éternité :

Apocalypse 11 – versets 7 à 9 :

Et il lui fut donné de faire la guerre aux saints, et de les vaincre. Et il lui fut donné autorité sur toute tribu, tout peuple, toute langue, et toute nation.

Et tous les habitants de la terre l’adoreront, ceux dont le nom n’a pas été écrit dès la fondation du monde dans le livre de vie de l’agneau qui a été immolé.

Si quelqu’un a des oreilles, qu’il entende!

Le passage qui dit : « ceux dont le nom n’a pas été écrit dès la fondation du monde dans le livre de vie de l’agneau qui a été immolé » veut dire que tous ceux qui auront accepté la marque de la bête ne pourront être sauvés.

A voir aussi:  Les 45 objectifs communistes du 10 janvier 1963

On peut se poser la question : est-ce que cette marque inhiberait la partie du cerveau qui empêcherait de prendre une décision ou de croire en quelque chose ? Une idée à creuser…

Que faut-il retenir ?

Que ce soit les Experts bancaires ou la Bible, ils sont tous d’accord sur un point : le monde va vers une monnaie digitale sans laquelle personne ne pourra ni acheter ni vendre.

Pas mal pour un bouquin datant de plus de 2’000 ans ? C’était pourtant une idée complètement impossible à réaliser il n’y a même pas 70 ans !

Je vous laisse réfléchir…

Références

Copyright

  • Louis Segond (LSG) by Public Domain
  • Image mise en avant : photo personnelle.

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu, pour fournir des fonctionnalités de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Politique de confidentialité et de cookies
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active

Qui sommes-nous ?

L’adresse de notre site Web est : https://k-dit-la-bible.com. Je suis un particulier qui habite en Auvergne en France. Voir la section « Objectif de ce site et qui suis-je? » pour un complément d’information.

Utilisation des données personnelles collectées

Commentaires

Quand vous laissez un commentaire sur notre site web, les données inscrites dans le formulaire de commentaire, mais aussi votre adresse IP et l’agent utilisateur de votre navigateur sont collectés pour nous aider à la détection des commentaires indésirables. Une chaîne anonymisée créée à partir de votre adresse de messagerie (également appelée hash) peut être envoyée au service Gravatar pour vérifier si vous utilisez ce dernier. Les clauses de confidentialité du service Gravatar sont disponibles ici : https://automattic.com/privacy/. Après validation de votre commentaire, votre photo de profil sera visible publiquement à coté de votre commentaire.

Vérification et publication des commentaires

Les commentaires

Les commentaires des visiteurs peuvent être vérifiés à l’aide d’un service automatisé de détection des commentaires indésirables. Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne répondent pas à nos critères de publication (à caractère indésirable ou ne correspondant pas à l’objet du site).

Formulaires de contact

Cookies

Si vous déposez un commentaire sur notre site, il vous sera proposé d’enregistrer votre nom, adresse de messagerie et site web dans des cookies. C’est uniquement pour votre confort afin de ne pas avoir à saisir ces informations si vous déposez un autre commentaire plus tard. Ces cookies expirent au bout d’un an. Si vous vous rendez sur la page de connexion, un cookie temporaire sera créé afin de déterminer si votre navigateur accepte les cookies. Il ne contient pas de données personnelles et sera supprimé automatiquement à la fermeture de votre navigateur. Lorsque vous vous connecterez, nous mettrons en place un certain nombre de cookies pour enregistrer vos informations de connexion et vos préférences d’écran. La durée de vie d’un cookie de connexion est de deux jours, celle d’un cookie d’option d’écran est d’un an. Si vous cochez « Se souvenir de moi », votre cookie de connexion sera conservé pendant deux semaines. Si vous vous déconnectez de votre compte, le cookie de connexion sera effacé. En modifiant ou en publiant une publication, un cookie supplémentaire sera enregistré dans votre navigateur. Ce cookie ne comprend aucune donnée personnelle. Il indique simplement l’ID de la publication que vous venez de modifier. Il expire au bout d’un jour.

Contenu embarqué depuis d’autres sites

Les articles de ce site peuvent inclure des contenus intégrés (par exemple des vidéos, images, articles…). Le contenu intégré depuis d’autres sites se comporte de la même manière que si le visiteur se rendait sur cet autre site. Ces sites web pourraient collecter des données sur vous, utiliser des cookies, embarquer des outils de suivis tiers, suivre vos interactions avec ces contenus embarqués si vous disposez d’un compte connecté sur leur site web.

Statistiques et mesures d’audience

Nous faisons des statistiques et mesures d’audience en interne (non publiées sur le site). Nous affichons seulement les statistiques classiques d’un site web : le nombre de vues sur les pages et le nombre de visites sur le site.

Utilisation et transmission de vos données personnelles

Nous ne faisons aucun commerce ni échange de données personnelles.

Durées de stockage de vos données

Les commentaires

Les commentaires des visiteurs peuvent être vérifiés à l’aide d’un service automatisé de détection des commentaires indésirables. Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne répondent pas à nos critères de publication. Si vous laissez un commentaire, le commentaire et ses métadonnées sont conservés indéfiniment. Cela permet de reconnaître et approuver automatiquement les commentaires suivants au lieu de les laisser dans la file de modération. Tous les utilisateurs et utilisatrices peuvent voir, modifier ou supprimer leurs informations personnelles à tout moment (à l’exception de leur nom d’utilisateur/trice). Les gestionnaires du site peuvent aussi voir et modifier ces informations. A venir : Pour les utilisateurs et utilisatrices qui s’inscrivent sur notre site (si cela est possible), nous stockons également les données personnelles indiquées dans leur profil.

Les droits que vous avez sur vos données

Si vous avez laissé des commentaires sur le site, vous pouvez demander à recevoir un fichier contenant toutes les données personnelles que nous possédons à votre sujet, incluant celles que vous nous avez fournies. Vous pouvez également demander la suppression des données personnelles vous concernant. Cela ne prend pas en compte les données stockées à des fins administratives, légales ou pour des raisons de sécurité.

Droits d'auteur

L'ensemble de ce site relève de la législation française et internationale sur le droit d'auteur et la propriété intellectuelle. Tous les droits de reproduction sont réservés, y compris pour les documents téléchargeables et les représentations iconographiques et photographiques. Certains visuels d'illustration de ce site sont propriété de l’auteur de ce site ou acheté à des tiers. Les droits d'utilisation, de reproduction et de diffusion sont strictement réservés à la communication de ce site. La reproduction de tout ou partie de ce site sur un support électronique quel qu'il soit est formellement interdite sauf autorisation expresse du directeur de la publication. La reproduction des textes de ce site sur un support papier est autorisée, tout particulièrement dans le cadre pédagogique, sous réserve du respect des trois conditions suivantes :
  •     Gratuité de la diffusion,
  •     Respect de l'intégrité des documents reproduits : pas de modification ni altération d'aucune sorte,
  •     Citation claire et lisible de la source, par exemple, sous la forme suivante « Ce document provient du site Internet K Dit la Bible https://www.k-dit-la-bible.com Les droits de reproduction sont réservés et strictement limités. »
Pour d'autres utilisations, veuillez contacter le responsable du site. Les marques citées ou sources sur ce site sont déposées par les sociétés qui en sont propriétaires.

Informations de contact

Vous pouvez nous contacter à cette adresse email : contact@k-dit-la-bible.com pour toute demande ou question. Nous vous remercions !

Mentions de Copyright

Les mentions de Copyright de chaque image(s) utilisée(s) sont indiquées par chaque article qui les utilise. La musique utilisée dans les versions audio des articles (mp3) et des vidéos hébergées par ce site a été acquise (achat) et est sous licence.  Source:  Envato - Purchase of "Adventure Cinematic” by Music Aura.
Save settings
Cookies settings