Qu’est-ce qu’une hydre?

Qu’est-ce qu’une hydre?


Version audio de l’article

Gemmes

Une hydre. Mais qu’est-ce que cela peut bien être? Mais en fait, plusieurs choses dont une qui risque de changer un jour, non seulement la société, mais aussi votre vie…

Voulez-vous en savoir plus?

Qu’est-ce qu’une hydre?

L’histoire

C’est au XVIIIème siècle que l’on retrouve la première description précise d’un «polype d’eau douce» sous la plume du premier naturaliste, Abraham Tremblay.

Tremblay est né à Genève et fit des études de mathématiques avant d’être engagé comme précepteur pour les enfants d’un compte aux Pays-Bas. Pendant son temps libre, il étudiait les plantes et les animaux qui se trouvaient dans les mares et ruisseaux du domaine.

Ses observations le passionnèrent au point de publier, en 1744, «Mémoires pour servir à l’histoire d’un genre de polypes d’eau douce, à bras en forme de cornes». Ce mémoire contient toutes les descriptions méticuleuses que Tremblay avait pris le temps de faire, ainsi que ses expériences.

Au début, il pensait qu’il s’agissait de petites plantes parasites accrochées à d’autres. Mais il observa que l’hydre pouvait bouger «ses bras» en se contractant pour se mouvoir : il ne s’agit donc pas une plante. Il note aussi que ce polype cherche à se  positionner vers l’endroit qui a le plus de lumière même si les rayons changent de position.

Encore plus mystérieux: ces hydres «chassent»! Elles capturent leurs proies grâce à leurs tentacules pour les ingérer : s’agirait-il donc d’un animal?

Ayant un doute, Tremblay fit une expérience: il sectionna des polypes de différentes manières pour voir ce qui se passerait: systématiquement, chaque moitié pouvait reformer un polype entier identique à celui d’origine! Il conclut que l’hydre était un animal.

Origine du nom

C’est Carl von Linné qui décide de nommer cet «animal» en 1758 l’«Hydra». Ce mot grec est celui d’un serpent monstrueux à sept têtes qui repoussaient si on les lui tranchait. Cette histoire vient de la légende de l’hydre de Lerne tirée de la mythologie de la grecque antique.

L’autre nom de l’Hira est « Polype d’eau douce » qui a été donné par le naturaliste Réaumur (1683-1757).

L’Hydre, ou Polype d’eau douce, fait partie du monde zoologique car il s’agit d’un petit animal de l’embranchement des Cnidaires.

Des Cnidaires? Ce sont des animaux avec une structure simple composée de plusieurs cellules complexes.

Mais ce qui a intrigué les scientifiques, c’est que l’hydre est immortelle grâce à ses capacités régénératrices.

Suivant les pays, on peut en retrouver plusieurs espèces. Mais en France, on en retrouve quatre : Hydra oligactis, Hydra vulgaris, Hydra circumcincta et Hydra viridissima, dont la couleur est verte.

Ce qui est plus compliqué, c’est de s’y retrouver, car de précédentes classifications leur ont attribué à chaque fois un nom différent.

Comment se présente-elle?

En fait, l’hydre est vraiment un organisme minuscule qui mesure, au maximum 15 millimètres et qui n’a pas de squelette, d’où le surnom de polype.

Elle vit en eau douce contrairement à la majorité des autres cnidaires qui sont marins.

Lorsqu’elle touche quelque chose, l’Hydre se rétracte pour ne former qu’une petite boule mesurant 2 à 3 millimètres. Elle est donc presque invisible.

A voir aussi:  Le chant des étoiles et la Bible

Lorsqu’on l’observe au microscope, on voit qu’elle a 6 à 10 tentacules urticantes entourant la bouche-anus. Lorsqu’on lui coupe un membre, elle les régénère rapidement.

Grâce à son «pied», elle a la capacité de s’accrocher et de se déplacer pour aller se suspendre à la surface de l’eau. Si elle ne trouve pas de point d’attache, elle se laisse couler lentement dans l’eau car elle ne nage pas.

Etant pluricellulaire, l’hydre n’a pas de bouche mais utilise son orifice (hypostome) pour se nourrir et pour éjecter les déchets.

Des hydres modifiées génétiquement

En 2016, les équipements d’imagerie cellulaire ont permis de modifier génétiquement les hydres. Les cellules de la peau d’une hydre peuvent modifier leur apparence grâce à des muscles, formés de cellules ayant une force de plusieurs nanonewtons, pour former une sorte de trou qui se dilate comme une pupille au point d’être des fois plus large que son corps d’origine.

Ce qui intéresse les chercheurs, c’est qu’ils ont découvert qu’ils peuvent contrôler cette «bouche» à l’aide de signaux neuronaux et chimiques.

L’intérêt?

Cette capacité à réagir à ces signaux ouvre une perspective dans le domaine de la biomécanique, la microrobotique et de la biomimétique (1).

En 2021, des scientifiques ont fait une découverte surprenante dans la composition des ‘vaccins’ anticovid expérimentaux dits «thérapies géniques ARN» : de l’oxyde de graphène réduit, de l’acier inoxydable, du chrome, de l’aluminium, du titane… mais aussi de l’hydre selon plusieurs sources (2).

Du coup, cela soulève une question: que font ces composants dans ce qui est sensé être un médicament?

L’hydre selon la mythologie

L’hydre, en mythologie grecque ancienne, est un animal fabuleux, une sorte de serpent ou dragon ou chien -suivant les versions de légendes- à plusieurs têtes (cent, cinq ou neuf suivant la version).

Mais cet animal à une caractéristique: lorsqu’on lui tranche une tête, deux nouvelles têtes repoussent au même emplacement. Chacune de ses têtes exhale un poison.  Le seul moyen de la vaincre est de lui couper toutes ses têtes en même temps.

Le nom de ce «serpent» en Grec veut dire « serpent d’eau ». Comme se monstre habitait les marais de Lerne, on lui ajouta ce nom.

Histoire de l’Hydre

L’histoire dit que l’Hydre proviendrait de l’union de Typhon et d’Echidna.

Edchina, la mère, a le haut du corps d’une belle femme alors que le bas de son corps est celui d’une vipère recouvert d’écailles dont les couleurs changent souvent. Elle se nourri de chairs ensanglantées venant des entrailles de la Terre sacrée. Elle habite dans une antre profonde, loin des regards des hommes et des immortels.

Typhon, le père, est soit le  Titan des vents forts et des tempêtes ou, dans la tradition de l’Hymne homérique à Apollon, est un démon enfanté par Héra pour se venger de Zeus. Il est considéré comme étant le père de tous les monstres. Physiquement, on le représente souvent avec des yeux projetant des flammes, de taille gigantesque au point de toucher le ciel, ailé et possèdent cent têtes de dragons ou vipères sortant de ses épaules ou cuisses. Chaque tête grimaçante montre une langue noire.

L’Hydre n’est pas la seule issue de cette union. Echidna enfanta aussi le chien Orthos de Géryon, Cerbère qui est connu pour être le gardien de l’Hadès (autre nom de l’enfer).

A voir aussi:  Qu’est-ce qu’un xénobot?

L’Hydre est ensuite enlevée par Héra alors qu’elle se trouvait sous un platane près d’une source appelée «Amymone» et des marais de Lerne.

Héra est la fille des Titans, Cronos et Rhéa. Cette dernière est la sœur et la femme de Zeus. Elle est la déesse du mariage, protectrice des femmes et gardienne de leur fécondité et de leur accouchement. Certaines traditions en font la déesse qui personnifie la belle saison et est identifiée sous le nom de Junon dans la mythologie romaine.

Héra a donc enlevé Hydre pour assouvir sa haine contre Hercule.

Ils ont pas mal d’histoires de famille semblerait-il. :))

L’Hydre et les douze travaux d’Hercule.

L’Hydre fit face à Hercule (Héraclès) pendant son combat pour venir à bout des «douze travaux». Hercule se recouvrit d’une peau de lion pour se protéger. Pendant le combat, l’Hydre a essayé de distraire Hercule à l’aide du crabe envoyé par Héra. Mais Hercule, avec l’aide de son neveu Lolaos, vainquit le crabe en le piétinant et vint à bout de l’Hydre en brûlant les blessures de l’Hydre avec des tissons ardents et coupèrent la tête du milieu, celle de l’immortalité, en dernier. Hercule trempa ses flèches du sang de l’Hydre, en faisant une arme redoutable qui infligeait des blessures dont personne ne pouvait se relever.

Zeus positionna le crabe dans la constellation du Cancer et l’Hydre dans sa propre constellation.

La constellation de l’Hydre

Une des constellation porte son nom: la constellation de l’Hydre. Elle fut citée par le poète Aratus puis répertoriée par l’astronome Ptolémée.

Seulement, au fil des siècles, elle reçu différents noms suivant les astronomes romains, arabes et grecs:

Latin: Hydri, Asina, Serpens Aquaticus, Monstrum, Anguis, Furiosus, etc.

Arabe: Idrus, Idra, Serpent, Alshugia, Elhanic, Alsuia, etc.

Selon la Bible

Lorsque Dieu créa la terre et tout ce qu’elle contient, Il décréta, à chaque phase de la création, que «c’était bon» (voir Genèse 1).

L’homme est toujours en quête de l’immortalité: l’hydre présente une capacité d’autoreproduction qui les séduit pour l’utiliser dans de nouveaux systèmes de production associant l’industriel et la biologie : la biomécanique, la microrobotique et la biomimétique.

C’est exactement l’erreur fatale qu’Adam et Eve, le premier couple, commis: celui de chercher à devenir Dieu par eux-mêmes.

Genèse 3 versets 4-5.

  • Alors le serpent dit à la femme: Vous ne mourrez point; mais Dieu sait que, le jour où vous en mangerez, vos yeux s’ouvriront, et que vous serez comme des dieux, connaissant le bien et le mal.

En refusant d’obéir à Dieu, ils ont choisi de manger «le fruit défendu» qui leur fit découvrir l’inverse de ce à quoi ils s’attendaient. Satan, sous les traits d’un serpent, les avait séduits, trompés.

Genèse 3 verset 13.

  • Et l’Eternel Dieu dit à la femme: pourquoi as-tu fait cela? La femme répondit: le serpent m’a séduite, et j’en ai mangé.

Quelles furent les conséquences: d’immortels, ils devinrent mortels. D’innocents, purs et sans péchés, ils commencèrent à vivre les conséquences du péché: le chaos, le mensonge, les meurtres et bien d’autres mauvaises choses.

A voir aussi:  Apophis: astéroïde de l'Apocalypse?

Détails intéressants

L’antéchrist qui viendra guérira d’une blessure mortelle comme s’il avait un élément qui l’auto-guérit et le regénère au point de revenir à la vie (xénébote, hydre?).

Apocalypse 13:3

  • Et je vis l’une de ses têtes comme blessée à mort; mais sa blessure mortelle fut guérie. Et toute la terre était dans l’admiration derrière la bête.

Et pour le peuple qui sera resté sur terre (voir notre article sur l’enlèvement de l’église) :

Apocalypse 9:6

  • En ces jours-là, les hommes chercheront la mort, et ils ne la trouveront pas; ils désireront mourir, et la mort fuira loin d’eux.

Exactement la caractéristique de l’Hydre: celui de ne plus arriver à mourir.

Que faut-il retenir ?

Comme le serpent séduisit Adam et Eve en leur faisant croire qu’ils auraient plus que ce que Dieu ne leur mettait à disposition, il fait de même aujourd’hui avec le transhumanisme. Car c’est bien de cela qu’il s’agit: combiner le biologique avec la technologie en utilisant les caractéristiques de l’hydre pour «s’auto-régénérer». Avoir un corps qui ne vieillit jamais et qui s’auto-régénère indéfiniment. Voilà à nouveau cette grande séduction qui a plongé l’humanité dans des millénaires de souffrance.

L’Hydre, issue d’un père aux cents têtes de dragon et père des monstres, et d’une mère et qui donna naissance au chien qui est le gardien de l’enfer… comme si la mythologie avait gardé la trace d’une histoire qui a été masquée mais qui a des éléments prophétiques.

L’histoire se répète et les leçons ne sont jamais apprises.

Mais la Bible se termine sur une bonne fin: le diable, le serpent ancien, sera vaincu:

Apocalypse 20 verset 3.

  •  Et le diable, qui les séduisait, fut jeté dans l’étang de feu et de soufre, où sont la bête et le faux prophète. Et ils seront tourmentés jour et nuit, aux siècles des siècles.

Se demander jusqu’où le transhumanisme ira lorsque l’on voit ce qui existe déjà de nos jours (les xénobots, le métaverse etc.).

Qu’en pensez-vous?

Vous avez aimé cet article ?

Ne pas hésiter à laisser un commentaire, vous abonner pour recevoir une notification lorsqu’il y a un nouvel article, de partager sur les réseaux sociaux…

Plus de détails, sources et références sont donnés dans la section ci-dessous « En savoir plus… ».

Références :

‘(1) Définitions:

  • Biomécanique : discipline qui associe biologie et mécanique.
  • Microrobotique : robotique étudiant les microrobots, donc des éléments mesurant moins d’un millimètre.
  • Biomimétique : qui copie et reproduit des propriétés physiques et biologiques.

‘(2) Voir les vidéos de la chercheuse Astrid Zuckelberger (français), le Dr Carrie Madej (anglophone) et celle-ci: ‘reaction19.fr/reaction19/enquetes-reaction19/140921-composition-des-pseudo-vaccins-dr-robert-young/

Sources externes

Articles :

En Français

En anglais

  • Réaction19 (.fr) – Pr. Young’s report on the ‘vaccine’s’ components. Link : ‘reaction19.fr/reaction19/enquetes-reaction19/140921-composition-des-pseudo-vaccins-dr-robert-young/

Copyright

  • Louis Segond (LSG) by Public Domainsauf si spécifié autrement.
  • Image mise en avant : image modifée à partir de deux images : celle d’un hydre zoologique – Par Oinari-san — 投稿者本人が撮影 (Own work), Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=4126153.Image de l’hydre mythologique: ‘https://pixabay.com/fr/illustrations/serpent-monstre-cr%C3%A9ature-hydra-5923741/ – Auteur : Barroa_Artworks

 

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu, pour fournir des fonctionnalités de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Politique de confidentialité et de cookies
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active

Qui sommes-nous ?

L’adresse de notre site Web est : https://k-dit-la-bible.com. Je suis un particulier qui habite en Auvergne en France. Voir la section « Objectif de ce site et qui suis-je? » pour un complément d’information.

Utilisation des données personnelles collectées

Commentaires

Quand vous laissez un commentaire sur notre site web, les données inscrites dans le formulaire de commentaire, mais aussi votre adresse IP et l’agent utilisateur de votre navigateur sont collectés pour nous aider à la détection des commentaires indésirables. Une chaîne anonymisée créée à partir de votre adresse de messagerie (également appelée hash) peut être envoyée au service Gravatar pour vérifier si vous utilisez ce dernier. Les clauses de confidentialité du service Gravatar sont disponibles ici : https://automattic.com/privacy/. Après validation de votre commentaire, votre photo de profil sera visible publiquement à coté de votre commentaire.

Vérification et publication des commentaires

Les commentaires

Les commentaires des visiteurs peuvent être vérifiés à l’aide d’un service automatisé de détection des commentaires indésirables. Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne répondent pas à nos critères de publication (à caractère indésirable ou ne correspondant pas à l’objet du site).

Formulaires de contact

Cookies

Si vous déposez un commentaire sur notre site, il vous sera proposé d’enregistrer votre nom, adresse de messagerie et site web dans des cookies. C’est uniquement pour votre confort afin de ne pas avoir à saisir ces informations si vous déposez un autre commentaire plus tard. Ces cookies expirent au bout d’un an. Si vous vous rendez sur la page de connexion, un cookie temporaire sera créé afin de déterminer si votre navigateur accepte les cookies. Il ne contient pas de données personnelles et sera supprimé automatiquement à la fermeture de votre navigateur. Lorsque vous vous connecterez, nous mettrons en place un certain nombre de cookies pour enregistrer vos informations de connexion et vos préférences d’écran. La durée de vie d’un cookie de connexion est de deux jours, celle d’un cookie d’option d’écran est d’un an. Si vous cochez « Se souvenir de moi », votre cookie de connexion sera conservé pendant deux semaines. Si vous vous déconnectez de votre compte, le cookie de connexion sera effacé. En modifiant ou en publiant une publication, un cookie supplémentaire sera enregistré dans votre navigateur. Ce cookie ne comprend aucune donnée personnelle. Il indique simplement l’ID de la publication que vous venez de modifier. Il expire au bout d’un jour.

Contenu embarqué depuis d’autres sites

Les articles de ce site peuvent inclure des contenus intégrés (par exemple des vidéos, images, articles…). Le contenu intégré depuis d’autres sites se comporte de la même manière que si le visiteur se rendait sur cet autre site. Ces sites web pourraient collecter des données sur vous, utiliser des cookies, embarquer des outils de suivis tiers, suivre vos interactions avec ces contenus embarqués si vous disposez d’un compte connecté sur leur site web.

Statistiques et mesures d’audience

Nous faisons des statistiques et mesures d’audience en interne (non publiées sur le site). Nous affichons seulement les statistiques classiques d’un site web : le nombre de vues sur les pages et le nombre de visites sur le site.

Utilisation et transmission de vos données personnelles

Nous ne faisons aucun commerce ni échange de données personnelles.

Durées de stockage de vos données

Les commentaires

Les commentaires des visiteurs peuvent être vérifiés à l’aide d’un service automatisé de détection des commentaires indésirables. Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne répondent pas à nos critères de publication. Si vous laissez un commentaire, le commentaire et ses métadonnées sont conservés indéfiniment. Cela permet de reconnaître et approuver automatiquement les commentaires suivants au lieu de les laisser dans la file de modération. Tous les utilisateurs et utilisatrices peuvent voir, modifier ou supprimer leurs informations personnelles à tout moment (à l’exception de leur nom d’utilisateur/trice). Les gestionnaires du site peuvent aussi voir et modifier ces informations. A venir : Pour les utilisateurs et utilisatrices qui s’inscrivent sur notre site (si cela est possible), nous stockons également les données personnelles indiquées dans leur profil.

Les droits que vous avez sur vos données

Si vous avez laissé des commentaires sur le site, vous pouvez demander à recevoir un fichier contenant toutes les données personnelles que nous possédons à votre sujet, incluant celles que vous nous avez fournies. Vous pouvez également demander la suppression des données personnelles vous concernant. Cela ne prend pas en compte les données stockées à des fins administratives, légales ou pour des raisons de sécurité.

Droits d'auteur

L'ensemble de ce site relève de la législation française et internationale sur le droit d'auteur et la propriété intellectuelle. Tous les droits de reproduction sont réservés, y compris pour les documents téléchargeables et les représentations iconographiques et photographiques. Certains visuels d'illustration de ce site sont propriété de l’auteur de ce site ou acheté à des tiers. Les droits d'utilisation, de reproduction et de diffusion sont strictement réservés à la communication de ce site. La reproduction de tout ou partie de ce site sur un support électronique quel qu'il soit est formellement interdite sauf autorisation expresse du directeur de la publication. La reproduction des textes de ce site sur un support papier est autorisée, tout particulièrement dans le cadre pédagogique, sous réserve du respect des trois conditions suivantes :
  •     Gratuité de la diffusion,
  •     Respect de l'intégrité des documents reproduits : pas de modification ni altération d'aucune sorte,
  •     Citation claire et lisible de la source, par exemple, sous la forme suivante « Ce document provient du site Internet K Dit la Bible https://www.k-dit-la-bible.com Les droits de reproduction sont réservés et strictement limités. »
Pour d'autres utilisations, veuillez contacter le responsable du site. Les marques citées ou sources sur ce site sont déposées par les sociétés qui en sont propriétaires.

Informations de contact

Vous pouvez nous contacter à cette adresse email : contact@k-dit-la-bible.com pour toute demande ou question. Nous vous remercions !

Mentions de Copyright

Les mentions de Copyright de chaque image(s) utilisée(s) sont indiquées par chaque article qui les utilise. La musique utilisée dans les versions audio des articles (mp3) et des vidéos hébergées par ce site a été acquise (achat) et est sous licence.  Source:  Envato - Purchase of "Adventure Cinematic” by Music Aura.
Save settings
Cookies settings