Méditation

Vision pour les perdus de William Booth


Version audio de l’article

Gemmes

William Booth, le fondateur de l’Armée du Salut, eut une vision sur les «perdus» vers la fin du XIXème siècle.

Voici sa vision traduite en français car il vaut mieux que ce soit lui qui la raconte…

 

La vision

Sa vision traduite par nos soins :

«Lors d’un de mes récents voyages, alors que je regardais par la fenêtre de l’autocar, j’ai été amené à réfléchir à la condition des multitudes qui m’entouraient. Elles vivaient dans l’insouciance et la rébellion la plus ouverte et la plus éhontée contre Dieu, sans se soucier de leur bien-être éternel. En regardant par la fenêtre, il me semblait les voir tous… des millions de personnes tout autour de moi, livrées à la boisson et au plaisir, à la danse et à la musique, aux affaires et à l’anxiété, à la politique et à l’agitation. Ignorants – volontairement ignorants dans de nombreux cas – et dans d’autres cas, sachant tout de la vérité et s’en fichant complètement. Mais tous, en masse, s’emportent dans leurs blasphèmes et leurs diableries jusqu’au Trône de Dieu. Tandis que mon esprit était ainsi occupé, j’eus une vision.

Je vis un océan sombre et orageux. Des nuages noirs le recouvraient, traversés de temps à autre par de vifs éclairs et de forts coups de tonnerre, tandis que les vents gémissaient et que les vagues s’élevaient et s’écumaient, s’élevaient et se brisaient, pour ensuite s’élever et s’écumer, s’élever et se briser à nouveau.

Dans cet océan, j’ai cru voir des myriades de pauvres êtres humains plonger et flotter, crier et hurler, maudire, se débattre et se noyer ; et tandis qu’ils maudissaient et criaient, ils s’agitaient hors de l’eau et hurlaient à nouveau, puis certains s’enfonçaient pour ne plus s’en sortir.

Et j’ai vu, au milieu de cet océan sombre et furieux, un puissant Rocher dont le sommet s’élevait au-dessus des nuages noirs qui surplombaient la mer déchaînée. Tout autour de la base de ce grand Rocher, je vis une vaste plate-forme. Sur cette plate-forme, j’ai vu avec joie un certain nombre de pauvres malheureux qui se débattaient et se noyaient, et qui sortaient continuellement de l’océan en colère. Et je vis que quelques-uns de ceux qui étaient déjà en sécurité sur la plate-forme aidaient les pauvres créatures qui se trouvaient encore dans les eaux furieuses à atteindre le lieu de sécurité.

En regardant de plus près, j’ai trouvé un certain nombre de ceux qui avaient été sauvés, travaillant avec ardeur et s’ingéniant, au moyen d’échelles, de cordes, de bateaux et d’autres moyens plus efficaces, à faire sortir de l’eau les malheureux qui se débattaient dans la mer. Ici et là, certains se sont même jetés à l’eau, sans se soucier des conséquences, dans leur passion de « sauver ceux qui périssent ». Et je ne sais pas ce qui m’a le plus réjoui – la vue des pauvres noyés grimpant sur les Rochers pour atteindre un lieu sûr, ou le dévouement et l’abnégation de ceux dont tout l’être s’était consacré à s’efforcer de les délivrer.

En regardant, j’ai vu que les occupants de cette plate-forme étaient assez hétéroclites. C’est-à-dire qu’ils étaient divisés en différents «ensembles» ou «classes», et qu’ils s’adonnaient à des plaisirs et à des emplois différents. Mais seul un très petit nombre d’entre eux semblait s’être donné pour mission de faire sortir les gens de la mer.

Mais ce qui m’a le plus intrigué, c’est le fait que, bien qu’ils aient tous été sauvés un jour ou l’autre de l’océan, presque tous semblaient l’avoir oublié. En tout cas, le souvenir de sa noirceur et de son danger ne semblait plus les troubler. Et ce qui m’a semblé tout aussi étrange et perplexe, c’est que ces gens ne semblaient même pas se soucier – c’est-à-dire se soucier avec angoisse – des pauvres gens qui se débattaient et se noyaient sous leurs yeux… dont beaucoup étaient leurs propres maris et femmes, frères et sœurs, et même leurs propres enfants.

Cette étonnante insouciance ne pouvait être le résultat d’une ignorance ou d’un manque de connaissance, car ils vivaient là, au vu et au su de tout le monde, et en parlaient même parfois. Beaucoup allaient même régulièrement écouter des conférences et des sermons décrivant l’état terrible de ces pauvres créatures qui se noyaient.

J’ai toujours dit que les occupants de cette plate-forme s’adonnaient à différentes activités et à différents passe-temps. Certains d’entre eux s’occupaient jour et nuit de commerce et d’affaires dans le but de faire des bénéfices, stockant leurs économies dans des boîtes, des coffres-forts et autres.

Beaucoup passaient leur temps à s’amuser à faire pousser des fleurs sur le flanc du Rocher, d’autres à peindre des pièces de tissu ou à jouer de la musique, ou encore à s’habiller de différentes manières et à se promener pour se faire admirer. Certains s’occupaient surtout de manger et de boire, d’autres se disputaient au sujet des pauvres créatures noyées qui avaient déjà été sauvées.

Mais ce qui m’a semblé le plus étonnant, c’est que ceux qu’Il a appelés sur l’estrade, qui ont entendu Sa voix et ont senti qu’ils devaient Lui obéir – du moins ils l’ont dit – ceux qui ont confessé qu’ils L’aimaient beaucoup étaient en pleine sympathie avec Lui dans la tâche qu’Il avait entreprise – qui L’ont adoré ou qui ont professé de le faire – étaient tellement occupés par leurs métiers et leurs professions, par leurs économies d’argent et leurs plaisirs, par leur vie de famille, par leurs relations avec les autres, leurs familles et leurs cercles, leurs religions et leurs disputes à ce sujet, et leurs préparatifs pour aller sur le continent, qu’ils n’écoutaient pas le cri qui leur venait de cet Être Merveilleux qui était Lui-même descendu dans la mer. En tout cas, s’ils L’ont entendu, ils n’y ont pas prêté attention. Ils ne s’en souciaient pas.

C’est ainsi que la multitude continua à se débattre, à crier et à se noyer dans les ténèbres.

J’ai alors vu quelque chose qui m’a semblé encore plus étrange que tout ce qui s’était passé auparavant dans cette étrange vision. J’ai vu que certaines des personnes présentes sur l’estrade, que cet Être merveilleux avait appelées pour qu’elles viennent L’aider dans Sa tâche difficile de sauver ces créatures en perdition, ne cessaient de prier et de crier pour qu’Il vienne à elles !

Certains voulaient qu’Il vienne rester avec eux et qu’Il consacre Son temps et Sa force à les rendre plus heureux. D’autres voulaient qu’Il vienne dissiper les doutes et les inquiétudes qu’ils avaient sur la véracité de certaines lettres qu’Il leur avait écrites. Certains voulaient qu’Il vienne les aider à se sentir plus en sécurité sur le Rocher – si en sécurité qu’ils seraient tout à fait sûrs de ne plus jamais glisser dans l’océan. Beaucoup d’autres voulaient qu’Il leur donne la certitude qu’ils quitteraient vraiment le Rocher et atteindraient un jour la terre ferme, car, en fait, il était bien connu que certains avaient marché si imprudemment qu’ils avaient perdu pied et étaient retombés dans les eaux tumultueuses.

Ces gens se réunissaient donc et montaient le plus haut possible sur le Rocher, et en regardant vers le continent (où ils pensaient que se trouvait le Grand Être), ils criaient : « Viens à nous ! Viens nous aider ! » Et pendant ce temps, Il était en bas (par Son Esprit) parmi les pauvres créatures qui se débattaient et se noyaient dans l’abîme furieux, les entourant de Ses bras pour les tirer de là, et regardant en haut – oh ! si ardemment mais en vain – vers ceux qui étaient sur le Rocher, leur criant de Sa voix rauque à force d’appeler : « Venez à Moi ! Venez, et aidez-Moi !

A voir aussi:  Dieu vous relève

C’est alors que j’ai tout compris.

Tout était clair.

La mer était l’océan de la vie, la mer de l’existence humaine réelle, actuelle. Cet éclair était la lueur de la vérité perçante venant du Trône de Jéhovah. Ce tonnerre était l’écho lointain de la colère de Dieu. Ces multitudes de gens qui criaient, se débattaient et agonisaient dans la mer agitée, c’étaient des milliers et des milliers de pauvres prostituées et des maquereaux, d’ivrognes et de faiseurs d’ivrognes, de voleurs, de menteurs, de blasphémateurs et d’impies de toute espèce, de toute langue et de toute nation.

Quelle mer noire ! Et quelle multitude de riches et de pauvres, d’ignorants et d’érudits s’y trouvaient. Ils étaient tous si différents dans leurs circonstances et conditions extérieures, mais tous semblables en une chose – tous pécheurs devant Dieu – tous retenus  et s’accrochant à quelque iniquité, fascinés par quelque idole, esclaves de quelque convoitise diabolique, et gouvernés par l’immonde démon de l’abîme !

«Tous semblables en une chose ?»

Non, tous semblables en deux choses – non seulement identiques dans leur méchanceté mais, à moins d’être sauvés, identiques dans leur enfoncement, enfoncement, enfoncement, enfoncement… jusqu’à la même terrible condamnation.

Le grand Rocher qui les abritait représentait le Calvaire, le lieu où Jésus était mort pour eux. Et les gens qui s’y trouvaient étaient ceux qui avaient été sauvés. La façon dont ils utilisaient leurs énergies, leurs dons et leur temps représentait les occupations et les divertissements de ceux qui professaient être sauvés du péché et des disciples de l’enfer du Seigneur Jésus-Christ.

La poignée d’hommes acharnés et déterminés qui risquaient leur propre vie pour sauver ceux qui périssaient étaient de véritables soldats de la croix de Jésus. Cet être puissant qui les appelait du milieu des eaux en colère était le Fils de Dieu, «le même hier, aujourd’hui et éternellement», qui lutte et intercède toujours pour sauver les multitudes mourantes qui nous entourent de ce terrible destin de damnation, et dont la voix peut être entendue au-dessus de la musique, des machines et du bruit de la vie, appelant les personnes sauvées à venir L’aider à sauver le monde.

Mes amis en Christ, vous êtes sauvés des eaux, vous êtes sur le Rocher, Il est dans la mer sombre et vous appelle à venir à Lui et à L’aider. Allez-vous y aller ? Regardez par vous-mêmes. La mer déchaînée de la vie, encombrée de multitudes en perdition, roule jusqu’à l’endroit même où vous vous tenez. Laissant la vision, j’en viens maintenant au fait – un fait qui est aussi réel que la Bible, aussi réel que le Christ suspendu à la croix, aussi réel que le jour du jugement, et aussi réel que le ciel et l’enfer qui le suivront.

Regardez ! Ne vous laissez pas tromper par les apparences – les hommes et les choses ne sont pas ce qu’ils semblent être. Tous ceux qui ne sont pas sur le Rocher sont dans la mer ! Regardez-les du point de vue du grand Trône blanc, et quelle vision vous avez ! Jésus-Christ, le Fils de Dieu, est, par Son Esprit, au milieu de cette multitude mourante, luttant pour la sauver. Et Il vous appelle à sauter dans la mer – à aller immédiatement à ses côtés et à L’aider dans cette lutte sacrée. Allez-vous sauter ? C’est-à-dire, allez-vous vous mettre à Ses pieds et vous mettre absolument à Sa disposition ?

Une jeune chrétienne est venue me voir un jour et m’a dit que depuis un certain temps, elle donnait au Seigneur sa profession, ses prières et son argent, mais qu’elle voulait maintenant Lui donner sa vie. Elle voulait aller directement au combat. En d’autres termes, elle voulait L’aider dans la mer. De même qu’un homme du rivage, voyant un autre se débattre dans l’eau, enlève les vêtements qui l’entravent et saute à la rescousse, de même, vous qui vous attardez encore sur la rive, pensant, chantant et priant pour les pauvres âmes qui périssent, mettez de côté votre honte, votre orgueil, votre souci de l’opinion des autres, votre amour de la facilité et tous les amours égoïstes qui vous ont si longtemps retenus, et précipitez-vous au secours de cette multitude d’hommes et de femmes qui meurent.

La mer déferlante vous paraît-elle sombre et dangereuse ? C’est incontestable. Il ne fait aucun doute que le saut, pour vous comme pour tous ceux qui le font, est synonyme de difficultés, de mépris et de souffrance. Pour vous, cela peut signifier plus que cela. Il peut signifier la mort. Celui qui vous fait signe depuis la mer sait cependant ce que cela signifiera – et sachant cela, il vous fait signe encore et vous demande de venir.

Vous devez le faire ! Vous ne pouvez pas vous retenir.

Vous vous êtes suffisamment amusés dans le christianisme. Vous avez eu des sentiments agréables, des chants agréables, des réunions agréables, des perspectives agréables. Il y a eu beaucoup de bonheur humain, beaucoup de battements de mains et de cris de louanges – beaucoup de paradis sur terre.

Maintenant, allez voir Dieu et dites-Lui que vous êtes prêts, autant que nécessaire, à tourner le dos à tout cela, et que vous êtes prêts à passer le reste de vos jours à lutter au milieu de ces multitudes en perdition, quoi qu’il vous en coûte.

Vous devez le faire.

Avec la lumière qui a pénétré dans votre esprit, l’appel qui résonne à vos oreilles et les mains qui vous font signe devant vos yeux, vous n’avez pas d’autre choix. Descendre parmi les foules en perdition est votre devoir. Votre bonheur consistera désormais à partager leur misère, votre aisance à partager leur douleur, votre couronne à les aider à porter leur croix, et votre ciel à aller dans les mâchoires mêmes de l’enfer pour les secourir. »

 

Selon la Bible

William Booth a dédié sa vie à annoncer la Bonne Nouvelle et à venir en aide aux plus nécessiteux qui étaient souvent négligés par les églises de son époque.

Mais cet appel à annoncer la Bonne Nouvelle est donné à TOUS LES CROYANTS.

Voici ce que Jésus a commandé :

Marc 16 verset 15.

  • Puis il leur dit: Allez par tout le monde, et prêchez la bonne nouvelle à toute la création.

Jésus nous a montré l’exemple et formé Ses disciples à le faire :

Matthieu 4 verset 23.

  • Jésus parcourait toute la Galilée, enseignant dans les synagogues, prêchant la bonne nouvelle du royaume, et guérissant toute maladie et toute infirmité parmi le peuple.

Les disciples ont été envoyés  par Jésus pour faire à leur tour ce que Jésus faisait pendant Son séjour sur Terre :

Luc 9 verset 6.

  • Ils partirent, et ils allèrent de village en village, annonçant la bonne nouvelle et opérant partout des guérisons.

Jésus ne nous a jamais dit d’arrêter :

Matthieu 24 verset 14.

  • Cette bonne nouvelle du royaume sera prêchée dans le monde entier, pour servir de témoignage à toutes les nations. Alors viendra la fin.

 

Que faut-il retenir ?

Nous vivons une époque troublée où beaucoup de gens sont désespérés et ne savent plus vers qui se tourner.

A voir aussi:  Le chemin du pardon (la Cabane)

Si nous sommes un disciple de Jésus, alors nous devons faire ce qu’Il a fait : annoncer la Bonne Nouvelle de l’Évangile pour qu’ils sachent qu’Il y a un Dieu qui les aime et qui désire les secourir.

Si vous ne pouvez pas vous déplacer, il y a des milliers de moyens de le faire :

  • Écrire une lettre
  • Appeler
  • Le faire pendant les activités quotidiennes autour de nous.
  • Le faire sur les plates-formes de médias sociaux
  • Mettre une affichette, des versets sur votre porte…

C’est le moment d’utiliser votre imagination.

Alors ? Qu’allez-vous faire maintenant ?

 

Vous avez aimé cet article ?

Ne pas hésiter à laisser un commentaire, vous abonner pour recevoir une notification lorsqu’il y a un nouvel article, de partager sur les réseaux sociaux…

Vous trouverez plus de détails, les références et les sources dans la section ci-dessous « En savoir plus… ».

 

Sources externes

Source la de la vision qui contient le texte d’oigine en anglais :

Site : whatsaiththescripture (.com) page A.Vision.of.the.Lost

The vision

On one of my recent journeys, as I gazed from the coach window, I was led into a train of thought concerning the condition of the multitudes around me. They were living carelessly in the most open and shameless rebellion against God, without a thought for their eternal welfare. As I looked out of the window, I seemed to see them all… millions of people all around me given up to their drink and their pleasure, their dancing and their music, their business and their anxieties, their politics and their troubles. Ignorant- willfully ignorant in many cases- and in other instances knowing all about the truth and not caring at all. But all of them, the whole mass of them, sweeping on and up in their blasphemies and devilries to the Throne of God. While my mind was thus engaged, I had a vision.

I saw a dark and stormy ocean. Over it the black clouds hung heavily; through them every now and then vivid lightening flashed and loud thunder rolled, while the winds moaned, and the waves rose and foamed, towered and broke, only to rise and foam, tower and break again.

In that ocean I thought I saw myriads of poor human beings plunging and floating, shouting and shrieking, cursing and struggling and drowning; and as they cursed and screamed they rose and shrieked again, and then some sank to rise no more.

And I saw out of this dark angry ocean, a mighty rock that rose up with it’s summit towering high above the black clouds that overhung the stormy sea. And all around the base of this great rock I saw a vast platform. Onto this platform, I saw with delight a number of the poor struggling, drowning wretches continually climbing out of the angry ocean. And I saw that a few of those who were already safe on the platform were helping the poor creatures still in the angry waters to reach the place of safety.

On looking more closely I found a number of those who had been rescued, industriously working and scheming by ladders, ropes, boats and other means more effective, to deliver the poor strugglers out of the sea. Here and there were some who actually jumped into the water, regardless of the consequences in their passion to « rescue the perishing. » And I hardly know which gladdened me the most- the sight of the poor drowning people climbing onto the rocks reaching a place of safety, or the devotion and self-sacrifice of those whose whole being was wrapped up in the effort for their deliverance.

As I looked on, I saw that the occupants of that platform were quite a mixed company. That is, they were divided into different « sets » or classes, and they occupied themselves with different pleasures and employments. But only a very few of them seemed to make it their business to get the people out of the sea.

But what puzzled me most was the fact that though all of them had been rescued at one time or another from the ocean, nearly everyone seemed to have forgotten all about it. Anyway, it seemed the memory of its darkness and danger no longer troubled them at all. And what seemed equally strange and perplexing to me was that these people did not even seem to have any care- that is any agonizing care- about the poor perishing ones who were struggling and drowning right before their very eyes… many of whom were their own husbands and wives, brothers and sisters and even their own children.

Now this astonishing unconcern could not have been the result of ignorance or lack of knowledge, because they lived right there in full sight of it all and even talked about it sometimes. Many even went regularly to hear lectures and sermons in which the awful state of these poor drowning creatures was described.

I have always said that the occupants of this platform were engaged in different pursuits and pastimes. Some of them were absorbed day and night in trading and business in order to make gain, storing up their savings in boxes, safes and the like.

Many spent their time in amusing themselves with growing flowers on the side of the rock, others in painting pieces of cloth or in playing music, or in dressing themselves up in different styles and walking about to be admired. Some occupied themselves chiefly in eating and drinking, others were taken up with arguing about the poor drowning creatures that had already been rescued.

But the thing to me that seemed the most amazing was that those on the platform to whom He called, who heard His voice and felt that they ought to obey it- at least they said they did- those who confessed to love Him much were in full sympathy with Him in the task He had undertaken- who worshipped Him or who professed to do so- were so taken up with their trades and professions, their money saving and pleasures, their families and circles, their religions and arguments about it, and their preparation for going to the mainland, that they did not listen to the cry that came to them from this Wonderful Being who had Himself gone down into the sea. Anyway, if they heard it they did not heed it. They did not care. And so the multitude went on right before them struggling and shrieking and drowning in the darkness.

And then I saw something that seemed to me even more strange than anything that had gone on before in this strange vision. I saw that some of these people on the platform whom this Wonderful Being had called to, wanting them to come and help Him in His difficult task of saving these perishing creatures, were always praying and crying out to Him to come to them!

Some wanted Him to come and stay with them, and spend His time and strength in making them happier. Others wanted Him to come and take away various doubts and misgivings they had concerning the truth of some letters He had written them. Some wanted Him to come and make them feel more secure on the rock- so secure that they would be quite sure that they should never slip off again into the ocean. Numbers of others wanted Him to make them feel quite certain that they would really get off the rock and onto the mainland someday: because as a matter of fact, it was well known that some had walked so carelessly as to loose their footing, and had fallen back again into the stormy waters.

A voir aussi:  Jésus dans la Bible

So these people used to meet and get up as high on the rock as they could, and looking towards the mainland (where they thought the Great Being was) they would cry out, « Come to us! Come and help us! » And all the while He was down (by His Spirit) among the poor struggling, drowning creatures in the angry deep, with His arms around them trying to drag them out, and looking up- oh! so longingly but all in vain- to those on the rock, crying to them with His voice all hoarse from calling, « Come to Me! Come, and help Me!

And then I understood it all. It was plain enough. The sea was the ocean of life- the sea of real, actual human existence. That lightening was the gleaming of piercing truth coming from Jehovah’s Throne. That thunder was the distant echoing of the wrath of God. Those multitudes of people shrieking, struggling and agonizing in the stormy sea, was the thousands and thousands of poor harlots and harlot-makers, of drunkards and drunkard makers, of thieves, liars, blasphemers and ungodly people of every kindred, tongue and nation.

Oh what a black sea it was! And oh, what multitudes of rich and poor, ignorant and educated were there. They were all so unalike in their outward circumstances and conditions, yet all alike in one thing- all sinners before God- all held by, and holding onto, some iniquity, fascinated by some idol, the slaves of some devilish lust, and ruled by the foul fiend from the bottomless pit!

« All alike in one thing? » No, all alike in two things- not only the same in their wickedness but, unless rescued, the same in their sinking, sinking… down, down, down… to the same terrible doom.

That great sheltering rock represented Calvary, the place where Jesus had died for them. And the people on it were those who had been rescued. The way they used their energies, gifts and time represented the occupations and amusements of those who professed to be saved from sin and hell followers of the Lord Jesus Christ. The handful of fierce, determined ones, who were risking their own lives in saving the perishing were true soldiers of the cross of Jesus. That Mighty Being who was calling to them from the midst of the angry waters was the Son of God, « the same yesterday, today and forever » who is still struggling and interceding to save the dying multitudes about us from this terrible doom of damnation, and whose voice can be heard above the music, machinery, and noise of life, calling on the rescued to come and help Him save the world.

My friends in Christ, you are rescued from the waters, you are on the rock, He is in the dark sea calling on you to come to Him and help Him. Will you go? Look for yourselves. The surging sea of life, crowded with perishing multitudes rolls up to the very spot on which you stand. Leaving the vision, I now come to speak of the fact- a fact that is as real as the Bible, as real as the Christ who hung upon the cross, as real as the judgment day will be, and as real as the heaven and hell that will follow it.

Look! Don’t be deceived by appearances- men and things are not what they seem. All who are not on the rock are in the sea! Look at them from the standpoint of the great White Throne, and what a sight you have! Jesus Christ, the Son of God is, through His Spirit, in the midst of this dying multitude, struggling to save them. And He is calling on you to jump into the sea- to go right away to His side and help Him in the holy strife. Will you jump? That is, will you go to His feet and place yourself absolutely at His disposal?

A young Christian once came to me, and told me that for some time she had been giving the Lord her profession and prayers and money, but now she wanted to give Him her life. She wanted to go right into the fight. In other words, she wanted to go to His assistance in the sea. As when a man from the shore, seeing another struggling in the water, takes off those outer garments that would hinder his efforts and leaps to the rescue, so will you who still linger on the bank, thinking and singing and praying about the poor perishing souls, lay aside your shame, your pride, your cares about other people’s opinions, your love of ease and all the selfish loves that have kept you back for so long, and rush to the rescue of this multitude of dying men and women.

Does the surging sea look dark and dangerous? Unquestionably it is so. There is no doubt that the leap for you, as for everyone who takes it, means difficulty and scorn and suffering. For you it may mean more than this. It may mean death. He who beckons you from the sea however, knows what it will mean – and knowing, He still calls to you and bids to you to come.

You must do it! You cannot hold back. You have enjoyed yourself in Christianity long enough. You have had pleasant feelings, pleasant songs, pleasant meetings, pleasant prospects. There has been much of human happiness, much clapping of hands and shouting of praises- very much of heaven on earth.

Now then, go to God and tell Him you are prepared as much as necessary to turn your back upon it all, and that you are willing to spend the rest of your days struggling in the midst of these perishing multitudes, whatever it may cost you.

You must do it. With the light that is now broken in upon your mind and the call that is now sounding in your ears, and the beckoning hands that are now before your eyes, you have no alternative. To go down among the perishing crowds is your duty. Your happiness from now on will consist in sharing their misery, your ease in sharing their pain, your crown in helping them to bear their cross, and your heaven in going into the very jaws of hell to rescue them.

Vidéos à rechercher (*):

En Français

  • YouTube – Joseph Prince – Vivre sans stress

Copyright

  • Louis Segond (LSG) by Public Domain sauf si spécifié autrement.
  • (*) Les liens Youtube ne sont pas autorisés sur le texte d’un article. Il faut faire une recherche dans Youtube en utilisant les informations de la section ‘Vidéos à rechercher’.
  • Image mise en avant : dessin personnel.

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu, pour fournir des fonctionnalités de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Politique de confidentialité et de cookies
Privacy & Cookies policy
Cookie nameActive

Qui sommes-nous ?

L’adresse de notre site Web est : https://k-dit-la-bible.com. Je suis un particulier qui habite en Auvergne en France. Voir la section « Objectif de ce site et qui suis-je? » pour un complément d’information.

Utilisation des données personnelles collectées

Commentaires

Quand vous laissez un commentaire sur notre site web, les données inscrites dans le formulaire de commentaire, mais aussi votre adresse IP et l’agent utilisateur de votre navigateur sont collectés pour nous aider à la détection des commentaires indésirables. Une chaîne anonymisée créée à partir de votre adresse de messagerie (également appelée hash) peut être envoyée au service Gravatar pour vérifier si vous utilisez ce dernier. Les clauses de confidentialité du service Gravatar sont disponibles ici : https://automattic.com/privacy/. Après validation de votre commentaire, votre photo de profil sera visible publiquement à coté de votre commentaire.

Vérification et publication des commentaires

Les commentaires

Les commentaires des visiteurs peuvent être vérifiés à l’aide d’un service automatisé de détection des commentaires indésirables. Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne répondent pas à nos critères de publication (à caractère indésirable ou ne correspondant pas à l’objet du site).

Formulaires de contact

Cookies

Si vous déposez un commentaire sur notre site, il vous sera proposé d’enregistrer votre nom, adresse de messagerie et site web dans des cookies. C’est uniquement pour votre confort afin de ne pas avoir à saisir ces informations si vous déposez un autre commentaire plus tard. Ces cookies expirent au bout d’un an. Si vous vous rendez sur la page de connexion, un cookie temporaire sera créé afin de déterminer si votre navigateur accepte les cookies. Il ne contient pas de données personnelles et sera supprimé automatiquement à la fermeture de votre navigateur. Lorsque vous vous connecterez, nous mettrons en place un certain nombre de cookies pour enregistrer vos informations de connexion et vos préférences d’écran. La durée de vie d’un cookie de connexion est de deux jours, celle d’un cookie d’option d’écran est d’un an. Si vous cochez « Se souvenir de moi », votre cookie de connexion sera conservé pendant deux semaines. Si vous vous déconnectez de votre compte, le cookie de connexion sera effacé. En modifiant ou en publiant une publication, un cookie supplémentaire sera enregistré dans votre navigateur. Ce cookie ne comprend aucune donnée personnelle. Il indique simplement l’ID de la publication que vous venez de modifier. Il expire au bout d’un jour.

Contenu embarqué depuis d’autres sites

Les articles de ce site peuvent inclure des contenus intégrés (par exemple des vidéos, images, articles…). Le contenu intégré depuis d’autres sites se comporte de la même manière que si le visiteur se rendait sur cet autre site. Ces sites web pourraient collecter des données sur vous, utiliser des cookies, embarquer des outils de suivis tiers, suivre vos interactions avec ces contenus embarqués si vous disposez d’un compte connecté sur leur site web.

Statistiques et mesures d’audience

Nous faisons des statistiques et mesures d’audience en interne (non publiées sur le site). Nous affichons seulement les statistiques classiques d’un site web : le nombre de vues sur les pages et le nombre de visites sur le site.

Utilisation et transmission de vos données personnelles

Nous ne faisons aucun commerce ni échange de données personnelles.

Durées de stockage de vos données

Les commentaires

Les commentaires des visiteurs peuvent être vérifiés à l’aide d’un service automatisé de détection des commentaires indésirables. Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne répondent pas à nos critères de publication. Si vous laissez un commentaire, le commentaire et ses métadonnées sont conservés indéfiniment. Cela permet de reconnaître et approuver automatiquement les commentaires suivants au lieu de les laisser dans la file de modération. Tous les utilisateurs et utilisatrices peuvent voir, modifier ou supprimer leurs informations personnelles à tout moment (à l’exception de leur nom d’utilisateur/trice). Les gestionnaires du site peuvent aussi voir et modifier ces informations. A venir : Pour les utilisateurs et utilisatrices qui s’inscrivent sur notre site (si cela est possible), nous stockons également les données personnelles indiquées dans leur profil.

Les droits que vous avez sur vos données

Si vous avez laissé des commentaires sur le site, vous pouvez demander à recevoir un fichier contenant toutes les données personnelles que nous possédons à votre sujet, incluant celles que vous nous avez fournies. Vous pouvez également demander la suppression des données personnelles vous concernant. Cela ne prend pas en compte les données stockées à des fins administratives, légales ou pour des raisons de sécurité.

Droits d'auteur

L'ensemble de ce site relève de la législation française et internationale sur le droit d'auteur et la propriété intellectuelle. Tous les droits de reproduction sont réservés, y compris pour les documents téléchargeables et les représentations iconographiques et photographiques. Certains visuels d'illustration de ce site sont propriété de l’auteur de ce site ou acheté à des tiers. Les droits d'utilisation, de reproduction et de diffusion sont strictement réservés à la communication de ce site. La reproduction de tout ou partie de ce site sur un support électronique quel qu'il soit est formellement interdite sauf autorisation expresse du directeur de la publication. La reproduction des textes de ce site sur un support papier est autorisée, tout particulièrement dans le cadre pédagogique, sous réserve du respect des trois conditions suivantes :
  •     Gratuité de la diffusion,
  •     Respect de l'intégrité des documents reproduits : pas de modification ni altération d'aucune sorte,
  •     Citation claire et lisible de la source, par exemple, sous la forme suivante « Ce document provient du site Internet K Dit la Bible https://www.k-dit-la-bible.com Les droits de reproduction sont réservés et strictement limités. »
Pour d'autres utilisations, veuillez contacter le responsable du site. Les marques citées ou sources sur ce site sont déposées par les sociétés qui en sont propriétaires.

Informations de contact

Vous pouvez nous contacter à cette adresse email : contact@k-dit-la-bible.com pour toute demande ou question. Nous vous remercions !

Mentions de Copyright

Les mentions de Copyright de chaque image(s) utilisée(s) sont indiquées par chaque article qui les utilise. La musique utilisée dans les versions audio des articles (mp3) et des vidéos hébergées par ce site a été acquise (achat) et est sous licence.  Source:  Envato - Purchase of "Adventure Cinematic” by Music Aura.
Save settings
Cookies settings